Les nouvelles du Pays


  • Conférence de presse sur le nouveau Plan de Développement Economique et Social (2017­- 2021) en prélude à la Table ronde de Paris

    Conférence de presse sur le nouveau Plan de Développement Economique et Social (2017­- 2021) en prélude à la Table ronde de Paris

Prison Niamey 3Diffa, Tahoua, Tllabéri, les attaques terroristes s’intensifient et se déplacent un peu partout sur le territoire national. La dernière en date a provoqué la mort de 4 de nos gendarmes à Wanzarbé, région de Tillabéri. Elle intervient 2 semaines après celle de Tiloua ayant causé le décès prématuré d’une dizaine de nos vaillants militaires. Ces assauts, les uns aussi meurtriers que les autres suscitent moult émois mais surtout interrogations dans la conscience collective. Dans la plus part des cas, ceux qui viennent nous agresser repartent tranquillement comme ils étaient venus et c’est bien plus tard que le gouvernement nous informe que des « opérations de ratissage sont en cours » mais les résultats de ces « ratissages » ne sont jamais connus. L’on s’étonne également que ces attaques durent souvent des heures et à quelques kilomètres seulement de la capitale mais sans que les renforts ne puissent arriver à temps pour sauver nos soldats et détruire l’ennemi. A l’exemple de l’attaque du département de Ouallam, situé à quelques 80 km de Niamey mais que les assaillants ont pu cette fois encore s’échapper. Que vaut une distance de moins de 100 km pour un hélicoptère de combat ou un avion de guerre ? Pourtant ….

 

En parlant d’opérations de « ratissage », à quoi servent tous ces drones américains et français qui perturbent le sommeil des niaméyens par leurs vols nocturnes si tant est qu’ils sont incapables d’aider nos forces à repérer l’ennemi après qu’il nous ait attaqué ? Cette situation d’agression impunie à l’intérieur de nos frontières alors même que nous avons déployés des milliers de soldats au Mali et au Nigéria pour combattre les terroristes intriguent plus d’un à Niamey. Dans une déclaration le 27 février dernier, l’opposition politique FRDDR s’est posée de grave interrogations à propos de cette insécurité omniprésente.

« le problème vient-il d’un manque vaillance, de courage ou de patriotisme ? D’un relâchement de l’engagement de nos soldats ? Ou plutôt dans le fait que nos hommes soient sous équipés  » se demande le front de l’opposition avant d’esquisser des pistes de réponses.« Pourtant, il n’est un secret pour personne que les armes modernes et appropriées à la situation, capables d’amener nos soldats à répondre efficacement à la menace sécuritaire actuelle comme ils l’ont toujours fait par le passé, sont aujourd’hui sous scellé, stockées au palais présidentiel pour la seule protection du prince ! » Puis le FRDDR tire une conclusion tout aussi inquiétante : « nous pensons, la mort dans l’âme, que la sécurité territoriale est ébranlée, et la souveraineté nationale gravement mise en cause ! »

L’heure est donc grave. C’est indéniable. Le plus surprenant est qu’aucune sanction n’est prise à la suite de ces attaques. Ce qui laisse penser que celles-ci ne sont nullement dues à des insuffisances dans le dispositif sécuritaire ni dans la bravoure et l’engagement des hommes et femmes chargés de notre sécurité. On se rappelle que suite à un repli lors d’une attaque dans la région de Diffa, des centaines de soldats ont été arrêtés et accusés d’avoir fuis face à l’ennemi. Mais alors, pourquoi après toutes ces attaques aucune sanction ne tombe, ni aucun remaniement dans le commandement ? La réponse à l’interrogation du FRDDR qui se demandait si nos forces seraient « sous-équipées » serait-elle la raison de cette situation délétère ? Rien n’est moins sûr !

Autre interrogation : où sont passés nos services de renseignements ? À chaque fois, nos forces semblent surprises par les attaques si elles ne tombent pas simplement dans une embuscade. Preuve que les renseignements sur les mouvements des terroristes ne leur parviennent pas. D’où une insuffisance de la collecte des informations nécessaires à préservation de la sécurité nationale. La mémoire collective n’a pas encore oublié les déclarations du président de la République qui disait que sans les occidentaux, nos armées seraient « sourdes et muettes ». Mais alors, quels types d’informations nous livrent les services français et américains et qui ne peuvent nous prévenir des assauts armés de terroristes sans foi ni loi ? D’ailleurs qui est cet incapable qui gère nos services de renseignement ?

Nous avons vendu notre souveraineté en permettant l’installation illégale (c'est-à-dire non-conforme à la Constitution du 25 février 2010) en contrepartie de notre sécurité. Et finalement, nous avons tout perdu : et notre sécurité et notre souveraineté. Quel mauvais deal !

Ibrahim A. YERO   

12 mars 2017 
Source : Le Monde d'Aujourdhui 

Le Nigérien de la semaine


Anne Rachel Inne
 
 
 
 
 

Revue de Presse Labari

Idées et opinions

Société

Interview

Culture

Conférence de presse, en prélude au concert de MALI YARO

YOUNBAN c’est le nom du prochain album de l’artiste MALI YARO qui sera vernis le 9 décembre prochain au palais des congres de Niamey. En prélude à ce ... ...

Niger - Aïcha Macky : "J'ai voulu changer le regard sur l'infertilité"

C'est sa 41e récompense. Cette fois, c'est une étoile, celle de la SCAM (Société civile des auteurs multimédias), qui distingue chaque année les 30 me... ...

Portrait d’artiste : Mali Yaro, l’enfant sacré de Sirki Koira

Né en 1973 à Sirfi Koira, dans le département de Téra, année durant laquelle une bonne partie de l’Afrique de l’ouest a connu une disette, DOULAYE BOU... ...

Artiste chanteur Ismaêl Diallo : Ismo One, la force tranquille

La world music, c’est ce mélange d’Afro Zouk, Hip Hop, Reggae, Ragga et Funk comme effet de temps et de mode. Parmi les artistes en vogue dans ce doma... ...

Agadez : le Bianou, l’unité dans la ferveur

Le samedi 30 septembre 2017, Agadez a vibré aux sons, rythmes et danses de la fête de Bianou. Des moments de joie et de communion Une fête religieuseF... ...

In ’Gall : la grande fête annuelle des éleveurs nomades du Niger

L’édition 2017 de la Cure Salée s'ouvre aujourd’hui à In‘Gall. A l'’instar des années antérieures, ce sont des milliers d’éleveurs, venus d’horizons... ...

4ème édition du festival international de danse « Rue Dance Niger» : Promouvoir le patrimoine culturel à travers la danse

La 4ème édition du festival international de danse « Rue Dance Niger» a débuté hier après midi à Niamey. La cérémonie officielle d’ouverture de cette ... ...

Le festival de Kazan à l'heure du Niger : Projection du film Zin'naariyâ! de Rahmatou KEÏTA

Pour la première fois, un film Nigérien en compétition au Festival International du Cinéma Musulman de Kazan (Tatarstan - ... ...

Portrait : Amadou Edouard Lompo : Dramaturge, écrivain et scénariste nigérien

Conseiller pédagogique de français de son Etat, Amadou Edouard Lompo est un passionné de la littérature. Il termine son do... ...

Politique

Actu africaine

Tant que l’Afrique restera désunie…

C’est vrai qu’il faut casser le caillou sur lequel on s’est brisé le front en trébuchant. Mais il est plus indiqué de repartir s’enquérir des nouvelle... ...

Sécurité "C'est l'heure pour l'Afrique de se prendre en charge"

Le président sénégalais, hôte du 4ème Forum international sur la paix et la sécurité de Dakar a rendu hommage aux Forces Armées sénégalaise, ici le 1... ...

Forum économique de Malabo : faciliter les échanges commerciaux en Afrique

13% tel est le taux de l’ensemble des activités de commerce sur le continent africain, selon la Commission Economique des Nations-Unies pour l’A... ...

Chômage des jeunes en Afrique : la vraie raison !

Dans son article, Karol Boudreaux, explique d’abord ce qu’elle entend par chômeur (sans emploi, sous employés, secteur informel). Elle décortique ensu... ...

NEPAD : de nouvelles stratégies pour transformer l'agriculture africaine à l'étude

De nouvelles stratégies pour la transformation de l'agriculture sur le continent africain sont en cours d'élaboration par le Nouveau partenariat pour ... ...

Côte d'Ivoire : Après l'inauguration du barrage de Soubré, le tarif de l'électricité va baisser

Le prix de l'électricité va baisser en Côte d'Ivoire. Du moins si l'on suit sa logique et s'en tient au discours prononcé par le président de la Répub... ...

Afrique centrale: la libre circulation des personnes devient une réalité

La Communauté économique et monétaire d'Afrique centrale (Cemac) a "pris acte" mardi de la ratification fin octobre, par tous les Etats membres, de l... ...

Communiqué final issu de la 4ème Réunion de la Task Force sur le Programme de la monnaie unique de la CEDEAO (2)

Les Etats membres invités à poursuivre les réformes structurelles engagées pour s'affranchir des fluctuations des cours des matières premières et perm... ...

« L’Afrique n’a pas besoin d’aide, un système financier moins cynique lui suffirait »

Echange de dollars contre des dinars au marché noir, à Tunis, en août 2017. Crédits : Zoubeir Souissi/REUTERSPour notre chroniqueur, « l’aide au ... ...