Mal gouvernance : Guri et ses scandales à milliards qui n’en finissent pas

franc cfa NigerAlors que le regard des paysans nigériens (environ 80% de la population) est tourné vers le ciel à l’approche de la saison pluvieuse, c’est une pluie de scandales qui leur tombe sur la tête. 200 milliards par-ci, 270 millions pour accueillir un président français par-là, 250 millions pour casser des boutiques et ruiner l’économie du pays … . Nous sommes en plein dans la saison des scandales ….
Le Niger serait-il devenu un pays où toutes les libertés sont permises avec les biens et deniers publics ? Cette interrogation pose une autre : comment en sommes-nous arrivés là ? C’est apparemment à tour de rôle que nos dirigeants se transmettent les scandales financiers. Si dans l’affaire de l’achat de l’avion présidentiel, les Minutes de discussions avec AREVA et récemment le transfert de 200 milliards de la SOPAMIN sur un compte privé sont à mettre à l’actif de Hassoumi Massoudou (SG du PNDS Tarayya, le parti au pouvoir),

Directeur de cabinet du président Issoufou à l’époque des faits, c’est le nom de Bazoum Mohamed (président du PNDS Tarayya) qui est cité dans la délivrance du passeport nigérien à un libyen, ceux de Brigi Rafini (Premier ministre) et de Gandou Zakara (SG du gouvernement) dans le marécage dénommé Affaire AFRICARD tandis que Mme Ali Mariama (1er  Secrétaire Adjoint à l’Environnement et au Cadre de Vie du PNDS Tarayya) est embourbée dans l’histoire des Etablissements Bedir. L’affaire des containeurs de la SORAZ implique plusieurs personnalités du parti au pouvoir. L’obscure prêt d’EXIMBANK de Chine dans lequel jusqu’à présent les Nigériens ne savent pas si c’est 500 ou 1 000 milliards que le pays a emprunté auprès de celui de Mao. Quant au locataire du ministère de l’Energie et du Pétrole, Pierre Foumakoye Gado, Vice-président du PNDS Tarayya, qui est subitement devenu richissime homme politique jusqu’à offrir des véhicules 4x4 à son parti politique. Pour quelqu’un qui mordait la poussière et tombait en panne d’essence dans les ruelles de Niamey, il y a seulement 6 ans, l’on peut se demander où est-ce qu’il a eu tout cet argent.

Dès lors, on comprend bien pourquoi, Bazoum Mohamed s’est empressé de vociférer que son camarade Massoudou ne démissionnera pas ; pas plus qu’il ne sera pas démis de ses fonctions à cause de l’affaire des 200 milliards de la SOPAMIN. Si chacun a ses sales dossiers, il est clair que nul ne peut souhaiter voir « le feu » à la barbe de l’autre.

Ces sales affaires qui se succèdent sans se ressembler viennent conforter la conviction que le président de la République, Issoufou Mahamadou, a toujours eue : le Niger n’est pas pauvre mais il est mal géré ! Ça, c’était ses paroles d’opposant. Pourtant, depuis six ans qu’il est aux commandes de l’État, la mal gouvernance n’a fait que s’accentuer, se généraliser, se pérenniser pour devenir presque anodin, presque normal. Il ne peut en être autrement lorsque l’État de droit se résume à tolérer les manquements aussi graves soient-ils dans la gestion des affaires collectives pour autant qu’ils mettent en cause l’entourage du président de la République. A la veille des éclaboussures de l’uraniumgate, les publications proches du régime annonçaient une pile de dossiers transmis à la justice et l’imminence d’interpellations tous azimuts. Mais depuis que les Nigériens ont découvert le pot aux roses, l’opération Maïboulala s’est subitement estompée. Et pour cause ? L’examen, au fond de certains dossiers, risque fort d’aboutir à des conclusions qui impliqueraient des personnalités « intouchables » et les alliés reprennent de plus en plus du poil de la bête devant l’ogre rose. C’est ce qui explique la sortie médiatique, la semaine dernière, du président du Conseil de ville de Niamey, Assane Saïdou. Accusé par le puissant ministre des Finances, par ailleurs SG du parti au pouvoir, il a cru être en devoir de dire ses vérités. Ȧ peine 72 heures après, des inspecteurs sont lancés à ses trousses pour certainement trouver de quoi lui faire boucler le bec ou au pire des cas, le dégager de son piédestal. Cela est non seulement une punition contre « l’arrogant » maire, mais c’est aussi et surtout une leçon à tous les autres qui seraient tentés de se défendre lorsque les camarades socialistes auront envie de les utiliser comme boucs émissaires. Voilà le visage hideux de la Renaissance du président Issoufou Mahamadou. Gare à l’allié qui osera élever de la voix.

Ibrahim A. YERO

14 mars 2014
Source Le Canard en Furie

Imprimer E-mail

La Palmerais Niger Pub 01

Affiche Amintchi Niger SIM Nigerdiaspora Main Botom

Politique