Les nouvelles du Pays


  • Conférence de presse sur le nouveau Plan de Développement Economique et Social (2017­- 2021) en prélude à la Table ronde de Paris

    Conférence de presse sur le nouveau Plan de Développement Economique et Social (2017­- 2021) en prélude à la Table ronde de Paris

Hama_AmadouLe lundi 13 mars 2017 est désormais inscrit en lettre rouge dans les annales politico-judiciaires de notre pays. 
Et pour cause ! L’invraisemblable affaire des bébés stigmatisés a connu une décision de justice au fond et au pénal. C’était impensable mais c’est arrivé. Ainsi, le dossier de « supposition d’enfants » que tout présageait pour un procès au civile a fini sa course au pénal. Entre temps, il a rendu un grand service au président de la République Issoufou Mahamadou qui a vu son adversaire au second tour des présidentielles « ligoté » dans une cellule de prison pendant que lui parcourait le pays dans tous les sens en campagne électorale contre un « fantôme ». En fin de comptes le président Issoufou s’est retrouvé réélu avec 92,51% des suffrages. Aujourd’hui, c’est la Cour d’appel de Niamey qui condamne Hama Amadou et son épouse à un (1) an de prison ferme pour « complicité de déclaration mensongère ». L’ensemble des avocats de la défense ont quitté la salle d’audience, estimant que les droits de la défense sont bafoués.

« tous les droits qui sont reconnus y compris l’exception d’inconstitutionnalité que nous avons soulevé parce qu’il y a des gens qui sont quand-même protégé par l’immunité parlementaire qui n’a pas été levé, le juge a joint l’exception au fond c'est-à-dire, que lui, il a déjà préjugé qu’il va au fond. Or, dans cette affaire-là, il n’y a que l’Appel du procureur de la république relativement à l’exception d’incompétence. On n’a jamais statué au fond. Pour juger au fond, il faut que le fond existe or personne n’a plaidé au fond et le procureur de la République n’a pas fait un Appel contre un jugement au fond. Et lorsqu’il y a le fond, on le fait par un Arrêt, on le fait par un Arrêt qui permet aux parties de l’attaquer et le président (ndlr, de la Cour) a dit que lui il a décidé il n’a pas à renvoyer. On s’est même retiré, ce n’est pas qu’on se retire mais nous, nous estimons que lorsque la justice prend la responsabilité de piétiner les droits de la défense, on n’est plus dans un cadre légal, on n’est plus dans un cadre juridique. Parce que si les règles prévues par la loi ne sont pas respectées, un avocat n’a pas sa place » a expliqué à la presse Me Souley Oumarou, avocat de Hama Amadou. Et l’avocat de tirer la conclusion suivante : pourquoi nous estimons : ils n’ont qu’à les juger. Ils veulent les condamner. Et l’objectif, nous l’avons su, ils veulent appliquer à Hama l’article sur la déchéance des droits civils et politiques. L’objectif aujourd’hui, c’est de rendre une décision qui rend Hama inéligible aux prochaines élections, donc c’est un objectif politique et il faut que les gens mènent un combat politique puisqu’il s’agit de politique ! »

Les avocats ne sont pas les seuls à se plaindre du respect de la légalité, les magistrats également. C’est du moins le cas du syndicat autonome des magistrats du Niger (SAMAN) qui, au lendemain de certaines nominations au Conseil d’État et à la Cour des comptes a exprimé de sérieuses inquiétude qu’en au fonctionnement de l’appareil judiciaire. « Comment, peut-on, espérer une justice impartiale et neutre lorsqu’on remplit ces juridictions de personnalités dont l’appartenance politique affichée ne fait l’ombre d’aucun doute ?

Avec ces dernières affectations, les choses sont désormais claires : l’Exécutif entreprend une “infiltration massive“ de l’appareil judiciaire à travers la mise à l’écart progressive des magistrats professionnels en procédant à leur remplacement par des intrus, des purs mercenaires à sa solde. »D’autres déclarations publiques des magistrats nigériens ressortent clairement ces inquiétudes.

Quoi qu’il en soit, Hama Amadou et son épouse sont condamnés au même titre que d’autres accusés. Maintenant les regards sont tournés vers la Cour constitutionnelle saisie par rapport à l’inconstitutionnalité d’une loi. Les condamnés ont aussi la possibilité de pourvoir en cassation. Et pour l’instant, on note que la décision rendue par la Cour d’appel ne fait pas mention de déchéance de droits civils et politiques à l’égard d’aucun accusé. Et à moins que le régime de la Renaissance n’ait un autre tour dans son sac, comme il nous a habitué, on peut croire que ce dessein n’est pas encore atteint. Cependant, il faut être prudent puisque déjà certains évoquent des dispositions du Code pénal qui retireraient de fait les droits civils et politiques en cas de condamnation pour certains crimes ou délits. En attendant donc les explications des connaisseurs du droit, une seule certitude : rien n’est moins sûr !

Quant à l’opinion publique, elle s’étonne de la rapidité avec laquelle on tient à prononcer des condamnations dans cette affaire qui est loin d’être une préoccupation nationale. Alors que les Nigériens attendent impatiemment du nouveau dans plusieurs affaires dont les 200 milliards de la SOPAMIN. Mais à ce sujet, c’est un ministre de la République, en l’occurrence, Bazoum Mohamed qui sort publiquement pour annoncer que le présumé impliqué dans cette affaire ne sera pas mis à la disposition de la justice. Donc, on remue ciel et terre pour parvenir à une condamnation dans une affaire qui n‘a de mérite que ternir l’image de notre pays, qui plus est, ne concerne que quelques individus et on feint d’ignorer une autre dont les conséquences se font sentir sur les 18 millions de Nigériens et même les générations futures. En voilà un mépris, voire une provocation à l’égard de tout un peuple. Ajoutez à cela l’arrogance de Bazoum Mohamed vis-à-vis des citoyens et leur école publique, on se rend compte que : la Renaissance se fout vraiment de des Nigériens ! 

Ibrahim A. YERO

16 mars 2016 
Source : Le Monde d'Aujourd'hui

Le Nigérien de la semaine


Anne Rachel Inne
 
 
 
 
 

Revue de Presse Labari

Idées et opinions

Société

Interview

Culture

Conférence de presse, en prélude au concert de MALI YARO

YOUNBAN c’est le nom du prochain album de l’artiste MALI YARO qui sera vernis le 9 décembre prochain au palais des congres de Niamey. En prélude à ce ... ...

Niger - Aïcha Macky : "J'ai voulu changer le regard sur l'infertilité"

C'est sa 41e récompense. Cette fois, c'est une étoile, celle de la SCAM (Société civile des auteurs multimédias), qui distingue chaque année les 30 me... ...

Portrait d’artiste : Mali Yaro, l’enfant sacré de Sirki Koira

Né en 1973 à Sirfi Koira, dans le département de Téra, année durant laquelle une bonne partie de l’Afrique de l’ouest a connu une disette, DOULAYE BOU... ...

Artiste chanteur Ismaêl Diallo : Ismo One, la force tranquille

La world music, c’est ce mélange d’Afro Zouk, Hip Hop, Reggae, Ragga et Funk comme effet de temps et de mode. Parmi les artistes en vogue dans ce doma... ...

Agadez : le Bianou, l’unité dans la ferveur

Le samedi 30 septembre 2017, Agadez a vibré aux sons, rythmes et danses de la fête de Bianou. Des moments de joie et de communion Une fête religieuseF... ...

In ’Gall : la grande fête annuelle des éleveurs nomades du Niger

L’édition 2017 de la Cure Salée s'ouvre aujourd’hui à In‘Gall. A l'’instar des années antérieures, ce sont des milliers d’éleveurs, venus d’horizons... ...

4ème édition du festival international de danse « Rue Dance Niger» : Promouvoir le patrimoine culturel à travers la danse

La 4ème édition du festival international de danse « Rue Dance Niger» a débuté hier après midi à Niamey. La cérémonie officielle d’ouverture de cette ... ...

Le festival de Kazan à l'heure du Niger : Projection du film Zin'naariyâ! de Rahmatou KEÏTA

Pour la première fois, un film Nigérien en compétition au Festival International du Cinéma Musulman de Kazan (Tatarstan - ... ...

Portrait : Amadou Edouard Lompo : Dramaturge, écrivain et scénariste nigérien

Conseiller pédagogique de français de son Etat, Amadou Edouard Lompo est un passionné de la littérature. Il termine son do... ...

Politique

Actu africaine

Tant que l’Afrique restera désunie…

C’est vrai qu’il faut casser le caillou sur lequel on s’est brisé le front en trébuchant. Mais il est plus indiqué de repartir s’enquérir des nouvelle... ...

Sécurité "C'est l'heure pour l'Afrique de se prendre en charge"

Le président sénégalais, hôte du 4ème Forum international sur la paix et la sécurité de Dakar a rendu hommage aux Forces Armées sénégalaise, ici le 1... ...

Forum économique de Malabo : faciliter les échanges commerciaux en Afrique

13% tel est le taux de l’ensemble des activités de commerce sur le continent africain, selon la Commission Economique des Nations-Unies pour l’A... ...

Chômage des jeunes en Afrique : la vraie raison !

Dans son article, Karol Boudreaux, explique d’abord ce qu’elle entend par chômeur (sans emploi, sous employés, secteur informel). Elle décortique ensu... ...

NEPAD : de nouvelles stratégies pour transformer l'agriculture africaine à l'étude

De nouvelles stratégies pour la transformation de l'agriculture sur le continent africain sont en cours d'élaboration par le Nouveau partenariat pour ... ...

Côte d'Ivoire : Après l'inauguration du barrage de Soubré, le tarif de l'électricité va baisser

Le prix de l'électricité va baisser en Côte d'Ivoire. Du moins si l'on suit sa logique et s'en tient au discours prononcé par le président de la Répub... ...

Afrique centrale: la libre circulation des personnes devient une réalité

La Communauté économique et monétaire d'Afrique centrale (Cemac) a "pris acte" mardi de la ratification fin octobre, par tous les Etats membres, de l... ...

Communiqué final issu de la 4ème Réunion de la Task Force sur le Programme de la monnaie unique de la CEDEAO (2)

Les Etats membres invités à poursuivre les réformes structurelles engagées pour s'affranchir des fluctuations des cours des matières premières et perm... ...

« L’Afrique n’a pas besoin d’aide, un système financier moins cynique lui suffirait »

Echange de dollars contre des dinars au marché noir, à Tunis, en août 2017. Crédits : Zoubeir Souissi/REUTERSPour notre chroniqueur, « l’aide au ... ...