Duel Hama-Issoufou : La condition N°1, complètement acquise !

Nous ne faisons que relayer les idées et autres dires de grands milieux politiciens de notre pays. Mais, pour être plus précis, nous évoquerons la substance de quelques sujets de causerie à la " natte ". Le concept de natte voudra signifier cette fada de causerie politique sur laquelle les membres s'assoient sur des tapis a-même le sol, le premier modèle étant celui du domicile privé de l'ancien ministre des Affaires étrangères Abrdrhamane Hama, même si une " natte " concurrente a par la suite vu le jour à la résidence de Sanoussi Jackou, président du PNA Al Ouma. Ainsi donc, la natte est un haut lieu de politique, disons de débat politique. Entre autres sujets débattus ces derniers jours, cette affaire de libération de personnes accusées de tentative de coup d'Etat en novembre 2015. Selon une version largement partagée par les adeptes de deux " nattes ", la libération des militants de l'opposition serait le premier acte de négociations entre deux acteurs politiques majeurs à savoir Hama Amadou et bien sur le président Issoufou. 

 

Mahamadou. C'est aussi pour dire que même vivant depuis de longs mois à l'extérieur, le président du Moden Lumana dispose toujours de quelques marges de manœuvre pour " brouiller " les pistes de plusieurs dossiers relatifs à la politique intérieur de notre pays. Pour mieux étayer notre propos, l'on a même dit que le récent séjour de l'actuel président de l'assemblée Nationale de France, n'aurait d'autre but qu'une tentative de rapprochement entre les deux ogres de la politique nigérienne. Ainsi Claude Bartolone se serait s'entendu selon nos sources sur un minimum, avant tout chose : Hama ne négociera pas, tant que les militants de son parti continuent à être retenus dans les prisons du pays.

Voilà alors comment auraient pu intervenir les dernières libérations de militants de l'opposition dans l'affaire dite tentative de coup d'Etat de novembre 2015. Ce sont de gens comme Oumarou Dogari, le député national Issoufou Issaka, l'opérateur économique Seyni Yacouba Mereda, qui visiblement avaient été épinglés en raison de leur activisme proLumana. Mis au parfum de leur libération, Hama aurait notamment affirmé à ses interlocuteurs ceci : " Si les camarades du Lumana sont libres, j'en arrive pour ma part à régler les 2/3 de mes ennuis politiques…. "

C'est aussi à notre sens, le premier pas d'Issoufou Mahamadou vers celui qui est considéré comme étant son principal adversaire. 

Nous en déduisons qu'il s'agit là d'une bonne initiative, tant elle aidera à redynamiser notre démocratie. Qui plus est, les adversaires politiques se doivent respect mutuel et considération, pensons-nous. Il n'y a donc pas de place à la division, à la haine et au débat stérile entre deux adversaires politiques fussentils concurrents à un prestigieux fauteuil, celui de président de la République.

A présent donc que la première condition de Hama aurait été acquise, il faudra envisager les autres questions épineuses qui ne cessent de polluer, depuis bientôt 4 à 5 ans, l'atmosphère politique national. Nous voulons parler notamment de cette histoire de bébés importés. 

" De plus, s'il peut se trouver dans la posture de revenir au bercail, nous pensons qu'il s'agit là de la meilleure opportunité pour lui de jouer son véritable rôle d'opposant, qui s'organisera en conséquence pour créer les conditions de l'alternance politique au Niger….

 Les jours à venir, nous vous édifierons d'avantage dans le cadre de la recherche de l'accalmie politique au Niger… 

Amadou El Hadj Moussa

06 avril 2017
Source : L'Actualité 

 

 

ImprimerE-mail

La Palmerais Niger Pub 01

Politique