Les Résidences Goggodou : Le coin chic pour se loger à Niamey

Les nouvelles du Pays


  • Commentaire : La paix, ce bien précieux

    Commentaire : La paix, ce bien précieux

 
Societe Civile Niger 06Réuni à l’effet d’examiner les derniers développements de la situation scolaire et universitaire au Niger, au lendemain des manifestations des élèves et étudiants à Niamey et à l’intérieur du pays, le collectif des organisations de la société civile, fait la déclaration dont la teneur suit :
A peine deux (2) jours après l’interpellation du gouvernement par les députés nationaux au sujet de la situation particulièrement grave que traverse l’école publique nigérienne, les manifestations des élèves et étudiants, tant à Niamey qu’à l’intérieur du pays, sont venues montrer aux yeux du monde entier que les autorités en place n’ont finalement aucune réponse concrète aux légitimes revendications des acteurs du secteur de l’éducation en dehors des discours creux et de la répression policière.
En effet, alors que les manifestations des élèves et étudiants étaient tout à fait prévisibles depuis l’ultimatum lancé par le Comité directeur de l’Union des Scolaires Nigériens (USN), les autorités en place, convaincues que les forces de l’ordre se feraient le devoir de contrecarrer toute action de protestation dans les rues, n’ont engagé aucun dialogue avec les responsables de cette organisation ; préférant ainsi laisser les élèves et étudiants sortir dans les rues de Niamey et des villes de l’intérieur du pays se mesurer à des éléments des forces de l’ordre équipés de tous le matériel nécessaire à la répression et visiblement très déterminés à en découdre avec les jeunes frères et sœurs.
Aussi, profondément attaché au respect des droits humains et des valeurs de la démocratie, totalement résolu à empêcher par tous les moyens légaux le retour à l’autoritarisme d’antan, convaincu de la nécessité d’une large mobilisation citoyenne non partisane pour la réhabilitation de l’école publique et la défense des acquis des luttes antérieures, indéfectiblement attaché à la sacralité de la vie humaine, le collectif des organisations de la société civile :
1-Condamne avec la dernière énergie l’usage disproportionné de la force contre les manifestations scolaires et estudiantines du 10 avril 2017, dont le bilan officiel dressé par les autorités fait cas d’un étudiant tué, de 88 blessés et 313 interpellés ;
2-Présente ses condoléances les plus attristées, sa compassion et sa solidarité aux familles et aux proches des victimes de cette répression barbare d’un autre âge, souhaitant bon rétablissement aux blessés ;
3-Dénonce vigoureusement l’hostilité manifeste des autorités en place à l’exercice légitime et légal de la liberté de manifestation consacrée par les instruments juridiques internationaux et la Constitution du 25 novembre 2010, ainsi que leur propension maladive à user de la force brute contre les manifestants non armés ;
4-Réaffirme devant l’opinion nationale et internationale sa détermination à s’élever contre l’usage disproportionné de la force dont est devenu coutumier le régime en place à Niamey, et qui a entrainé plusieurs fois, depuis 2011, mort d’hommes et atteintes à l’intégrité physique des manifestants ;
5-Exprime sa profonde indignation devant les discours méprisants et mensongers débités par des autorités gouvernementales qui cherchent par tous les moyens à s’exonérer de toute responsabilité par rapport au drame survenu sur le campus universitaire de Niamey, et plus généralement par rapport à l’état de déliquescence du système éducatif nigérien ;
6-Rappelle aux éléments des forces de l’ordre qu’il est dans leur intérêt, chaque fois qu’ils sont envoyés sur le terrain pour réprimer des manifestants pacifiques, de garder à l’esprit qu’ils sont au service des citoyens et non d’un quelconque gouvernement, et que leurs responsabilités individuelles et collectives restent engagées en cas d’atteintes à la vie et à l’intégrité physique des manifestants ;
7-Exige des plus hautes autorités le limogeage de tous les responsables des forces de l’ordre engagés dans la répression des manifestations du 10 avril, des responsables ministériels et universitaires qui ont autorisé la violation des franchises universitaires, et l’ouverture d’une enquête visant à établir les responsabilités individuelles des agents qui ont exercé des brutalités contre les manifestants ;
8-Dénonce les violences exercées par les forces de l’ordre à l’endroit des journalistes et les exhorte à continuer à accomplir avec courage et détermination leur mission d’information du public ;
9-Exige la libération immédiate et sans conditions de toutes les personnes arrêtées dans le cadre des manifestations du 10 avril 2017 et la réouverture de tous les campus universitaires fermés, et apporte tout son soutien aux élèves et étudiants, ainsi qu’aux enseignants, qui luttent courageusement pour l’amélioration de leurs conditions de vie et de travail, ainsi que pour la réhabilitation de l’école publique nigérienne aujourd’hui en totale déliquescence ;
10-Invite l’ensemble des forces vives de la Nation, indépendamment de toutes considérations partisanes ou autres, à se joindre au collectif des organisations de la société civile en vue de faire, le mercredi 19 avril 2017à partir de 15h, une grande marche citoyenne, à l’échelle nationale, pour défendre le droit à l’éducation de nos enfants, dénoncer la répression sauvage des manifestants pacifiques, réclamer justice pour les victimes, et s’élever contre l’impunité pour tous ceux qui se croient en droit de lancer des hordes policières contre des enfants désarmés.
Enfin, le collectif des organisations de la société civile invite, d’ores et déjà, tous les Imams et leaders musulmans à profiter de l’occasion de la prière hebdomadaire de vendredi pour faire, dans toutes les mosquées du Niger, des invocations et des prières pour le repos des âmes des victimes de la barbarie policière, mais aussi pour le succès de la mobilisation citoyenne du mercredi 19 avril 2017.
 
Fait à Niamey, le 12 Avril 2017
 

Revue de Presse Labari

Idées et opinions

Interview

Culture

Niger: le grand griot zarma, Djilbo Badjé, s'est éteint à près de 80 ans

Djibo Badjé, dit Dialba, était le plus grand griot historien zarma encore vivant, il s'est éteint à près de 80 ans. © © Gustave DeghilageIl était la ... ...

Rahmatou Keïta Visiteur Illustre du « Centro de Saberes Africanos, Americanos Y Caribeños » Au Venezuela

Rahmatou Keïta - dont les festivals ne tarissent pas d’éloges sur son nouveau film Zin’naariyâ ! - est nommée « Visiteur Illustre » d... ...

Port du turban : Signe de matérialisation de la culture nomade

Image d'illustrationDans les sociétés africaines, particulièrement au Niger, l’identité culturelle est fondamentale. Les accoutrements, les parures so... ...

Niger : lancement de la 25ème édition de la fête nationale de l'artisanat à Niamey

Image d'illustration Les festivités de la 25ème édition de la fête nationale de l'artisanat ont été officiellement lancées dimanche au Village Artisan... ...

Au plus loin dans le noir : Quand un acteur porte un film par son talent

Une des dernières réalisations du désormais vétéran du cinéma nigérien, le film Au plus loin dans le noir constitue avec La quatrième nuit noir, les t... ...

Vient de paraître! Itinéraire d’un combat ! Décryptage des dossiers brûlants au Niger : par Moustapha KADI OUMANI

Préface d’Albert Michel WRIGHT Dans cet ouvrage, l’auteur met en évidence des questions d’actualité sur le Niger. Il nous invite à lire les événements... ...

Vient de paraître! Partis politiques, démocratie et État de droit en Afrique : l’exemple du Niger - Par Abdourahamane Oumarou LY

Partis politiques, démocratie et État de droit en Afrique : l’exemple du Niger C’est une évidence de dire que la démocratie en Afrique est en panne. D... ...

Palmarès de la 2ème édition Toukountchi Festival de Cinéma du Niger ( TFCN) 2017

Catégorie fiction et Série télévisuelle : ( Jury: Président Harouna Niandou, Président de l'association des Cinéastes du Niger , ancien ministre, et p... ...

La réalisatrice nigérienne Rahmatou Keïta est marraine de Toukountchi Festival de Cinéma du Niger 2017, Niamey

La réalisatrice nigérienne Rahmatou Keïta, marraine 2017Placée sous le haut patronage de Monsieur Assoumana Malam Issa, ministre de la Renaissance Cul... ...

Politique

Actu africaine

Industrie textile : l’Afrique s’organise pour barrer la route aux friperies

Les vêtements de seconde main occupent une place importante sur le marché du continent. Pour nombre d’analystes, ce phénomène serait la com... ...

Un pays d’Afrique change de nom : Le Swaziland s'appelle désormais eSwatini

Le roi du Swaziland, dernier monarque absolu d'Afrique, a annoncé que son pays changeait de nom pour s'appeler «eSwatini», une décision rendue publiqu... ...

La sécurité en Afrique : Sécuriser le Sahel, l'engagement des pays Africains

Maman S. Sidikou, Secrétaire permanent du G-5 SahelLa signature de l'Accord sur la Zone le Libre-Échange Continentale (ZLEC), a suscité de grands espo... ...

Cette Afrique qui avance

M. Abiy Ahmed Ali, le nouveau Premier ministre éthiopien En l'espace de quelques jours, deux événements ont témoigné de réelles avancées démocratiques... ...

L’Afrique : Un continent en pleine révolution digitale

L'Afrique comptera 1,6 milliards de personnes en 2030 | ©Getty Images Continent des millennials, très urbanisé, disposant d’une classe moyenne émer... ...

Innovation : l'agritech pour bouleverser l'agriculture africaine

Au moins 65 % de la population active d'Afrique travaille dans l'agriculture, un chiffre qui fait du secteur une composante indissociable des éco... ...

Investissements en Afrique : Le top 10 des destinations les plus attrayantes en 2018

L’édition 2018 de l’Africa Investment Index -le classement des pays africains selon leur attractivité pour les investissements- vient de paraître. Le ... ...

L’Afrique veut accélérer sa croissance

La Banque africaine de développement, dont la Suisse est actionnaire, lance une augmentation de son capital. Selon son vice-président Charle... ...

Pour l'Afrique, la reprise économique est là, selon la Banque mondiale

La ville de Lagos (Nigeria)Le choc a été violent.  La chute des prix des matières premières, en 2014, a non seulement marqué la fin du super-cycl... ...