Les nouvelles du Pays


  • Présentation du PDES 2017-2021 à la Conférence de la Renaissance, à Paris (France) : Sous le thème : « Un Niger renaissant pour un peuple prospère»

    Présentation du PDES 2017-2021 à la Conférence de la Renaissance, à Paris (France) : Sous le thème : « Un Niger renaissant pour un peuple prospère»

Issoufou Bazoum Brigi Ouhoumoudou" Guerre " de succession au PNDS-Tarayya. Bazoum se prépare, Ouhoumoudou bataille, Brigi manigance et Issoufou n'a pas encore dit son dernier mot. La " guerre " de tranchée, s'il faut l'appeler ainsi, bat son plein dans les entrailles du parti au pouvoir. Issoufou Mahamadou qu'il a porté, par deux fois, à la magistrature suprême ayant fait la profession de foi de n'avoir aucune velléité à outrepasser son dernier mandat constitutionnel, tous les " présidentiables " affûtent leurs armes pour aller à la conquête de l'après-Issoufou. Les clans sont nombreux, la bataille âpre. Analyse …

Bazoum se prépare.
Bazoum Mohamed, le dauphin naturel du président de la République, a qui, est confiée la direction du parti présidentiel depuis le début du premier mandat, pense que son heure a enfin sonné après près de 30 ans de fidélité au parti rose. Ses avantages, il est membre fondateur du parti ; donc, il le connaît par coeur, et il a été de toutes les luttes politiques ayant permis son ascension. Bazoum est dans le pré-carré qui a toujours participé aux choix et décisions du PNDS-Tarayya. Le premier mandat lui a permis de se faire un carnet d'adresse non négligeable avec le portefeuille de ministre des Affaires étrangères. Aujourd'hui, au ministère de l'Intérieur, il est en contact direct avec la chefferie traditionnelle - et donc le Niger profond - qui est sous sa tutelle. De même qu'il est le parrain étatique des partis politiques. De ce point de vue, Bazoum Mohamed a tout ce qu'il lui faut. Tout, sauf ce que lui reprochent ses adversaires internes qui soutiennent qu'il n'a pas de base électorale et qu'à chaque élection, c'est difficilement, que le parti parvient à lui trouver un siège de député. Il faut dire que le président du PNDS a eu la malchance de tomber sur une région - Zinder - dans laquelle, Mahamane Ousmane règne en maître. Qu'à cela ne tienne, un argument non-négligeable plaide en faveur de Bazoum à propos de son manque de base. S'il fallait être populaire pour remporter une élection, le président Issoufou n'aurait jamais eu un second mandat dans ce Niger qui semble lui vouer un désamour patent. Mais quand on veut tuer son chien, on l'accuse de rage.

Ouhoumoudou bataille.
Il est discret. On n'entend presque pas parler de lui. Il ne verse pas dans les médias pour défendre l'indéfendable. Il n'est pas non plus sur la liste des " insulteurs publics ". Mais Ouhoumoudou Mahamadou garde une importance incontestable dans la hiérarchie rose. En 2011, lorsque le président Issoufou arrivait au pouvoir avec une réelle volonté de changer la gouvernance et de marquer posit ivement son passage au sommet de l'État, son ministre des Finances - le tout premier - fut Ouhoumoudou Mahamadou. Il n'était pas donné à n'importe qui d'occuper ce poste à ce moment précis. D'ailleurs, en dépit du scandale de l'attribution d'un marché public à un député - chose interdite par la Constitution - l'ayant éclaboussé, il a juste été mis au vert un moment ; le temps probablement de le faire oublier un peu, avant qu'il ne rebondisse au sommet de la gouvernance avec la direction du Cabinet présidentiel. De-là, il a une belle vue sur tous les ministères, sur tout le pays. Côté carnet d'adresse, rien à envier à un chef de la diplomatie. Les partenaires techniques et financiers ainsi que les privés n'ont de choix, pour voir le président de la République, que passer par lui. Toutes les décisions, tous les problèmes qui surviennent passent sous ses yeux avant d'arriver sur le bureau du Boss. Il transmet d'ailleurs, ce qu'il juge nécessaire de l'être et laisse dans les tiroirs ce qui ne le convainc pas. L'homme a un véritable pouvoir. Pouvoir, qu'il utilise et va encore utiliser pour assouvir ses ambitions. Pour cela, il sait pouvoir compter sur le Grand Boss, qui lui voue une grande confiance. En plus d'être des amis de longue date, Issoufou Mahamadou et Ouhoumoudou Mahamadou sont tous deux, natifs de la même région (Tahoua). Sur ce dernier point, l'avantage du second est de pouvoir conserver le fief électoral du premier. Un fief qui apporte quasiment les 100%, voire plus, au parti rose. Vous voyez bien ? Bazoum n'a pas tort de s'inquiéter. Seul bémol pour Ouhoumoudou, le scandale sus-indiqué dans lequel, il avait trempé. Mais là, il n'a pas de souci à se faire, ses adversaires tr imbalent pire. Bazoum avec son histoire de passeport délivré à un libyen ; Brigi se débat entre AFRICARD et REALIMAR et Issoufou garde à son actif tout un lot de violation de la Constitution dont, la loi sur le quota. Donc, véritablement, Ouhoumoudou n'a pas d'inconvénient propre à lui.

Brigi Rafini manigance.
Premier, Premier ministre du président Issoufou, Brigi Rafini a eu une longévité exemplaire à ce poste. Dans quelques mois, il battra le record tenu par Hama Amadou (lire Bazoum en page 5). Brigi a réussi à se faire coller à la peau une image de sage, de pondéré dans un fleuve de perturbateurs et d'arrogants. Il est devenu le " sapeur-pompier " du régime. C'est lui qui est envoyé sur tous les fronts où les discours de la brutalité et du mépris ne sont pas les bienvenus. Le Premier ministre est aussi bien, ou disons, mieux acceptés par les autres partis politiques. Et si jamais la confrontation - inévitable -entre les clans Ouhoumoudou et Bazoum éclate au grand jour, Brigi et ses sout iens pourraient invoquer leur capacité à fédérer tous les bords et bordures roses en se clamant comme la seule alternative viable et raisonnable. Discrètement, ils travaillent à préparer le terrain. N'est-ce pas dans cette optique qu'il faut mettre la publication de 989 pages en trois Tomes des discours et messages prononcés par le primo de 2011 à 2016. Pourquoi maintenant ? Si c'était un bilan, il aurait pu intervenir dès, la fin du premier mandat et non aujourd'hui. Brigi et ses équipes se préparent, discrètement. Mais problème. Brigi Rafini, non plus, n'a pas de base électorale. Il n'est pas l'homme du fief du parti également. Pis encore, il est militant de la dernière heure, un pèlerin politique qui a déjà fait plusieurs partis avant d'atterrir au PNDS-Tarayya. Aussi, selon certaines sources, le Premier ministre ne serait pas en odeur de sainteté avec le président de la République relativement à la construction d'une nouvelle primature confiée à la société REALIMAR qui s'est évaporée dans la nature. A l'heure où, le président Issoufou fait le point sur ses réalisations, il demande des comptes sur le pourquoi et comment le chantier est stagné alors que ladite société aurait empoché, selon l'hebdomadaire Le Sens de l'histoire de Sanoussi Tambari Jackou, la rondelette d'au moins 1,8 - voire- 2,5 milliards de FCFA.

L'invité surprise ….
Il pourrait bien être Ousseini Tinni, actuel président de l'Assemblée nat ionale. Il est , certes, politiquement léger dans les sphères du parti rose mais tout de même il peut tenir le bras d'un cacique - Hassoumi Massoudou - pour se maintenir. Déjà, son " poids plume " ne l'a pas empêché d'être la deuxième personnalité du pays. Celui qui remplacerait de facto, le président de la République en cas de démission, de mise en accusation ou de tout autre empêchement absolu. Ça veut dire beaucoup de chose. Mais pourquoi Hassoumi Massaoudou soutiendrait quelqu'un autre que son camarade de lutte Bazoum Mohamed ? À vrai dire, le parti au pouvoir est arrivé à un tel niveau de turpitudes (scandales en tout genre) que chacun ne cherche plus qu'à assurer ses arrières. Le ministre Bazoum n'offre pas cette garantie en témoigne sa volte-face par rapport aux évènements du 10 avril 2017 à propos desquels, à peine, il n'a pas dit : " moi, je n'étais pas là " dans une interview accordée à la VOA. Or, avec ses histoires à n'en point finir, telles que Uraniumgate, achat Mont Greboun, Minute de discutions avec AREVA etc, le ministre Massoudou a besoin d'un parapluie sur lequel, il doit pouvoir compter à tout moment . Ce parapluie, en dehors du président Issoufou, est probablement : Ousseini Tinni. Issoufou n'a pas dit son dernier mot.

Le seul à pouvoir tirer profit de ce déchirement frat ricide en perspective est : le président de la République Issoufou Mahamadou. Lorsque personne ne voudra laisser à l'autre la succession et que l'éclatement se dessine parfaitement, alors, l'on pourra dire : " puisqu'il en est ainsi, mettons-nous, tous, derrière l'unique fédérateur et utilisons notre énergie pour le faire continuer ". Et le Tazartché (prolongation inconstitutionnelle de mandat) renaîtrait alors, des cendres de la Renaissance.
Évidemment, on n'en est pas encore là, mais attention ; il faut savoir apercevoir le danger de loin, sinon, l'on risque d'être surpris et donc désarmé.
Ibrahim Yero 

12 mai 2017
Source : L'Eclosion

 

Revue de Presse Labari

Idées et opinions

Société

Interview

Culture

Vient de paraître! Partis politiques, démocratie et État de droit en Afrique : l’exemple du Niger - Par Abdourahamane Oumarou LY

Partis politiques, démocratie et État de droit en Afrique : l’exemple du Niger C’est une évidence de dire que la démocratie en Afrique est en panne. D... ...

Palmarès de la 2ème édition Toukountchi Festival de Cinéma du Niger ( TFCN) 2017

Catégorie fiction et Série télévisuelle : ( Jury: Président Harouna Niandou, Président de l'association des Cinéastes du Niger , ancien ministre, et p... ...

La réalisatrice nigérienne Rahmatou Keïta est marraine de Toukountchi Festival de Cinéma du Niger 2017, Niamey

La réalisatrice nigérienne Rahmatou Keïta, marraine 2017Placée sous le haut patronage de Monsieur Assoumana Malam Issa, ministre de la Renaissance Cul... ...

Zinder : Inauguration du nouveau CCFN, par le président Issoufou Mahamadou

Image d'illustration Tout le monde a en mémoire les tristes événements qui se sont déroulé dans notre pays, consécutivement à l’affaire Charlie Heb... ...

Préparatifs du 18 décembre Tahoua Sakola : Maradi a choisi ses ambassadeurs dans le domaine de la culture

Après la tenue des éliminatoires communales et départementales, les représentants des huit départements de la région et ceux de la commune de Maradi d... ...

Conférence de presse, en prélude au concert de MALI YARO

YOUNBAN c’est le nom du prochain album de l’artiste MALI YARO qui sera vernis le 9 décembre prochain au palais des congres de Niamey. En prélude à ce ... ...

Niger - Aïcha Macky : "J'ai voulu changer le regard sur l'infertilité"

C'est sa 41e récompense. Cette fois, c'est une étoile, celle de la SCAM (Société civile des auteurs multimédias), qui distingue chaque année les 30 me... ...

Portrait d’artiste : Mali Yaro, l’enfant sacré de Sirki Koira

Né en 1973 à Sirfi Koira, dans le département de Téra, année durant laquelle une bonne partie de l’Afrique de l’ouest a connu une disette, DOULAYE BOU... ...

Artiste chanteur Ismaêl Diallo : Ismo One, la force tranquille

La world music, c’est ce mélange d’Afro Zouk, Hip Hop, Reggae, Ragga et Funk comme effet de temps et de mode. Parmi les artistes en vogue dans ce doma... ...

Politique

Actu africaine

Initiative de l’Afrique sur les énergies renouvelables : Cap sur l’opérationnalisation en 2018

Avec l’appui de tous les chefs d’État et de gouvernement africains, l’initiative a été lancée lors de la COP21 à Paris en 2015. Initiative de l’... ...

Afrique : Zoom sur les 10 pays les plus démocratiques

Les dix pays les plus démocratiques d’Afrique ne sont pas forcément les mêmes selon les deux index de référence mondiaux publiés chaque année. Pour l’... ...

Ethiopie: le futur plus grand barrage d'Afrique inquiète l'Egypte

C'est le futur plus grand barrage d'Afrique en termes de production d'électricité. Le barrage de la « grande renaissance éthiopienne » devra... ...

Emmanuel Macron : 'C’est en Afrique que se télescopent tous les défis contemporains'

Le président  français, Emmanuel Macron, en visite officielle dans la capitale burkinabè, s’est adressé à la jeunesse africaine à l’université Ou... ...

Ouverture à Abidjan du 6e Forum des Affaires UE-Afrique

En prélude au 5eme Sommet Union Africaine, Union européenne, s’est ouvert ce lundi 27 novembre 2017 à Abidjan le 6eme Forum des Affaires UE-Af... ...

Afrique : l’ONU entend soutenir l’industrialisation du continent

Antonio Guterres a réaffirmé, le 20 novembre à New York, le ferme engagement pris par son institution d'appuyer l'industrialisation de l'Afrique e... ...

Tant que l’Afrique restera désunie…

C’est vrai qu’il faut casser le caillou sur lequel on s’est brisé le front en trébuchant. Mais il est plus indiqué de repartir s’enquérir des nouvelle... ...

Sécurité "C'est l'heure pour l'Afrique de se prendre en charge"

Le président sénégalais, hôte du 4ème Forum international sur la paix et la sécurité de Dakar a rendu hommage aux Forces Armées sénégalaise, ici le 1... ...

Forum économique de Malabo : faciliter les échanges commerciaux en Afrique

13% tel est le taux de l’ensemble des activités de commerce sur le continent africain, selon la Commission Economique des Nations-Unies pour l’A... ...