Les nouvelles du Pays


  • Conférence de presse sur le nouveau Plan de Développement Economique et Social (2017­- 2021) en prélude à la Table ronde de Paris

    Conférence de presse sur le nouveau Plan de Développement Economique et Social (2017­- 2021) en prélude à la Table ronde de Paris

Bazoum La semaine dernière, les représentants de divers pays d’Afrique étaient à Niamey pour les besoins de la 60ème réunion de la Commission africaine des droits de l’Homme et des peuples (CADHP). Une gigantesque rencontre qu’il n’est « pas donné à n’importe quel pays d’accueillir » à en croire le ministre nigérien de la Justice Marou Amadou qui annonçait l’évènement à la presse. Puis, c’est le président de la République lui-même qui a donné le coup d’envoi des travaux de cette réunion régionale qui rassemblent quelques 600 participants. C’est dire combien le ministre Marou avait raison sur l’importance de cet évènement qui a transformé Niamey en capitale des droits de l’Hommes. Et c’est ce moment précis, que le ministre de l’Intérieur Bazoum Mohamed a choisi pour violer la Constitution, brimer les libertés collectives et piétiner les droits de l’Homme devant des témoins venus de toute l’Afrique. En interdisant tardivement une manifestation pacifique de la société civile et en dispersant – au moyen de la force publique – des manifestants mal informés, le ministre de l’Intérieur porte un coup dur à la démocratie. On ne peut mieux faire pour humilier le régime du Président Issoufou qui s’est autoproclamé chantre des droits humains devant les délégués. Du sabotage ? Difficile à dire. En revanche, l’on sait que le parti au pouvoir est traversé par des courants claniques aggravés par l’ambiguïté de la position du chef de l’État quant à sa propre succession. Quoi qu’il en soit, devant de grands témoins, la Renaissance a violé les dispositions de l’article 32 de la Constitution du 25 novembre 2010 :

« l'État reconnaît et garantit la liberté d'aller et venir, les libertés d'association, de réunion, de cortège et de manifestation dans les conditions définies par la loi. »

Cette liberté constitutionnelle commence à devenir une espèce en voie de disparition depuis quelque temps au Niger. La réalité de la question des droits humains au Niger a d’ailleurs été dévoilée aux participants à la 60ème réunion de la CADHP par une personnalité du domaine – et non des moindres – en la personne de Djibril Abarchi, qui a présenté la Déclaration de l’ANDDH, Association nigérienne de défense des droits de l’Homme, une des plus vieilles structures du secteur dans notre pays (voir encadré). Autant dire, une voix qui porte loin, très loin. Si l’objectif du ministère de l’Intérieur était de montrer à la face du monde la nature dictatoriale du régime, c’est bien réussi. S’il s’agissait pour Bazoum Mohamed et ses collaborateurs de prouver que leur régime fait l’unanimité au Niger, ils ont échoué. Gravement. Les délégués africains ont pu voir et entendre le contraire, ils ont suivi sur les différentes chaînes de télévision la réalité de l’ineffectivité de l’exercice des droits et libertés des citoyens. Mieux, les Bazoum se sont lourdement trompés car ce n’est pas de l’unanimité dont la démocratie a besoin mais, simplement de la gouvernance d’une majorité dans le respect strict des droits et libertés de la minorité. Et c’est justement ce que la Renaissance n’a jamais compris.

Encadré :

EXTRAIT DE LA DECLARATION DE L’ASSOCIATION NIGERIENNE POUR LA DEFENSE DES DROITS DE L’HOMME A LA 60ème SESSION ORDINAIRE DE LA COMMISSION AFRICAINE DES DROITS DE L’HOMME ET DES PEUPLES

La 60ème session de la CADHP se tient dans un contexte caractérisé par de nombreuses violations des droits de l’homme, principalement dues à la mal gouvernance, à l’ignorance et au mépris de certains droits fondamentaux dans beaucoup de pays africains. Malheureusement, le Niger n’échappe pas à cette situation.

Sans être exhaustive, la situation actuelle des droits humains au Niger peut se décliner en deux chapitres :

CELUI DE LA GOUVERNANCE QUE L’ON PEUT CARACTERISER AINSI QU’IL SUIT :

  1. Tentative d’imposer la pensée unique par le harcèlement politico-judiciaire des acteurs de la société civile nigérienne, des journalistes et des opposants.

La dernière en cours est le placement en détention du journaliste Baba Alpha depuis 38 jours en compagnie de son père âgé de 70 ans et d’une 3ème personne.

  1. Le report sine die des élections locales alors que la Constitution n’a pas prévu une démocratie locale sans système électif, sous le fallacieux prétexte de nécessité impérieuse d’un fichier biométrique, alors qu’on venait de faire deux tours de scrutin présidentiel, un scrutin législatif avec un fichier traditionnel. Le corps électoral vient en outre, d’être convoqué pour la tenue d’un scrutin législatif dans la région de Maradi, sans doute sur la base d’un fichier ordinaire.
  1. Jusqu’en fin 2016, la liberté de manifestation était réduite à sa plus simple expression et l’usage excessif de la force publique était récurrent en la matière. La dernière manifestation de cet excès est la mort, le 10 avril dernier, de l’étudiant Malla Bagalé pendant les opérations de maintien de l’ordre sur le campus de l’université de Niamey.

Une commission d’enquête présidée par le Président de la Commission Nationale des Droits de l’Homme et composée de la partie gouvernementale et de la partie estudiantine est mise en place pour faire la lumière sur les faits.

  1. Une justice dont la menace sur l’indépendance est dénoncée par les magistrats eux-mêmes par le biais de leur syndicat.

Mme la Présidente, Honorables commissaires, le Niger est un pays qui a besoin de vivre en paix et qui veut se construire à tous les points de vue.

Cela est à la portée des nigériens pour peu que reculent l’injustice, la discrimination entre nigériens, la corruption et que prévale un partage plus équitable des richesses nationales. En somme, c’est à une meilleure gouvernance que nous appelons.

Je vous remercie de votre aimable attention !

Pour Le Bureau Exécutif National de l’ANDDH
Le Président
Dr Djibril ABARCHI

17 mai 2017
source :L'Eclosion

Le Nigérien de la semaine


Anne Rachel Inne
 
 
 
 
 

Revue de Presse Labari

Idées et opinions

Société

Interview

Culture

Conférence de presse, en prélude au concert de MALI YARO

YOUNBAN c’est le nom du prochain album de l’artiste MALI YARO qui sera vernis le 9 décembre prochain au palais des congres de Niamey. En prélude à ce ... ...

Niger - Aïcha Macky : "J'ai voulu changer le regard sur l'infertilité"

C'est sa 41e récompense. Cette fois, c'est une étoile, celle de la SCAM (Société civile des auteurs multimédias), qui distingue chaque année les 30 me... ...

Portrait d’artiste : Mali Yaro, l’enfant sacré de Sirki Koira

Né en 1973 à Sirfi Koira, dans le département de Téra, année durant laquelle une bonne partie de l’Afrique de l’ouest a connu une disette, DOULAYE BOU... ...

Artiste chanteur Ismaêl Diallo : Ismo One, la force tranquille

La world music, c’est ce mélange d’Afro Zouk, Hip Hop, Reggae, Ragga et Funk comme effet de temps et de mode. Parmi les artistes en vogue dans ce doma... ...

Agadez : le Bianou, l’unité dans la ferveur

Le samedi 30 septembre 2017, Agadez a vibré aux sons, rythmes et danses de la fête de Bianou. Des moments de joie et de communion Une fête religieuseF... ...

In ’Gall : la grande fête annuelle des éleveurs nomades du Niger

L’édition 2017 de la Cure Salée s'ouvre aujourd’hui à In‘Gall. A l'’instar des années antérieures, ce sont des milliers d’éleveurs, venus d’horizons... ...

4ème édition du festival international de danse « Rue Dance Niger» : Promouvoir le patrimoine culturel à travers la danse

La 4ème édition du festival international de danse « Rue Dance Niger» a débuté hier après midi à Niamey. La cérémonie officielle d’ouverture de cette ... ...

Le festival de Kazan à l'heure du Niger : Projection du film Zin'naariyâ! de Rahmatou KEÏTA

Pour la première fois, un film Nigérien en compétition au Festival International du Cinéma Musulman de Kazan (Tatarstan - ... ...

Portrait : Amadou Edouard Lompo : Dramaturge, écrivain et scénariste nigérien

Conseiller pédagogique de français de son Etat, Amadou Edouard Lompo est un passionné de la littérature. Il termine son do... ...

Politique

Actu africaine

Tant que l’Afrique restera désunie…

C’est vrai qu’il faut casser le caillou sur lequel on s’est brisé le front en trébuchant. Mais il est plus indiqué de repartir s’enquérir des nouvelle... ...

Sécurité "C'est l'heure pour l'Afrique de se prendre en charge"

Le président sénégalais, hôte du 4ème Forum international sur la paix et la sécurité de Dakar a rendu hommage aux Forces Armées sénégalaise, ici le 1... ...

Forum économique de Malabo : faciliter les échanges commerciaux en Afrique

13% tel est le taux de l’ensemble des activités de commerce sur le continent africain, selon la Commission Economique des Nations-Unies pour l’A... ...

Chômage des jeunes en Afrique : la vraie raison !

Dans son article, Karol Boudreaux, explique d’abord ce qu’elle entend par chômeur (sans emploi, sous employés, secteur informel). Elle décortique ensu... ...

NEPAD : de nouvelles stratégies pour transformer l'agriculture africaine à l'étude

De nouvelles stratégies pour la transformation de l'agriculture sur le continent africain sont en cours d'élaboration par le Nouveau partenariat pour ... ...

Côte d'Ivoire : Après l'inauguration du barrage de Soubré, le tarif de l'électricité va baisser

Le prix de l'électricité va baisser en Côte d'Ivoire. Du moins si l'on suit sa logique et s'en tient au discours prononcé par le président de la Répub... ...

Afrique centrale: la libre circulation des personnes devient une réalité

La Communauté économique et monétaire d'Afrique centrale (Cemac) a "pris acte" mardi de la ratification fin octobre, par tous les Etats membres, de l... ...

Communiqué final issu de la 4ème Réunion de la Task Force sur le Programme de la monnaie unique de la CEDEAO (2)

Les Etats membres invités à poursuivre les réformes structurelles engagées pour s'affranchir des fluctuations des cours des matières premières et perm... ...

« L’Afrique n’a pas besoin d’aide, un système financier moins cynique lui suffirait »

Echange de dollars contre des dinars au marché noir, à Tunis, en août 2017. Crédits : Zoubeir Souissi/REUTERSPour notre chroniqueur, « l’aide au ... ...