Orange Money 300%

vendredi, 09 novembre 2012 07:04

Raffinerie de Zinder : un impact palpable sur la vie quotidienne des populations

Évaluer cet élément
(2 Votes)

rafinerie zinder ContratsPrès d’un an après le lancement des activités de la Raffinerie de Zinder, le 28 novembre 2011, les avis des populations de la région de Zinder sur l’impact de cette société sont mitigés. Il faut dire que les habitants de cette région d’accueil de la raffinerie fondaient beaucoup d’espoirs de pouvoir réaliser de bonnes affaires.

Mais sur le plan de l’approvisionnement en hydrocarbures, les vieux démons de la fraude sont restés presque immuables. En effet, la plupart des grands consommateurs préfèrent franchir la frontière pour s’approvisionner en essence. La fraude a la vie dure…

 

M. Moussa Badamassi, Gérant de la Station Tam Oil Libya estime que ses recettes  ont connu une baisse drastique depuis la réduction du prix du litre d’essence  au Nigeria. Des 6000l /j qu’il écoulait, la vente est aujourd’hui  estimée à 2000l voire 1000l par jour. Ce qui veut dire qu’on assiste à un approvisionnement excessif du carburant fraudé en provenance du Nigeria’’, explique-t-il. Cela tient du fait qu’à 50m dans la ville d e Zinder, on peut s’acheter l’essence dans la rue, même si le produit est de mauvaise qualité par rapport au pétrole produit au Niger, du fait notamment des transvasements qui se traduisent par un mélange d’essence et de gaz-oil. Réagissant à cette situation, le Chef  du Dépôt Sonidep, M. Salamou Barma, estime  que  pour permettre à la SORAZ d’écouler ses produits, l’Etat doit prendre des dispositions conséquentes pour diminuer l’introduction illicite des hydrocarbures.

Il n’empêche que l’impact de la raffinerie du pétrole dans la localité est une réalité palpable. Le Gouverneur de la région de Zinder, M. Oumarou Issaka Saidou, se réjouit du fait que la SORAZ a permis d’apporter des changements qualitatifs dans la vie socio-économique des populations de la Région. C’est si vrai de relever que la SORAZ et la CNPC ont doté les villages riverains du site des classes équipées, installé des forages pour couvrir  les besoins des populations et des animaux. S’ajoute aussi le fait que les 55 Communes de la Région vont bientôt bénéficier des redevances de la SORAZ pour leur permettre de faire face à des investissements importants dans plusieurs domaines. « Sur le plan énergétique, la SORAZ se propose, sous peu de servir une partie de son surplus de production d’énergie électrique à la Ville de Zinder pour lui permettre de rompre avec  les délestages et autres coupures électriques intempestives’’, a dit le Gouverneur de la région de Zinder. Il salue également l’ouverture de plusieurs Centres de Formation dans la perspective d’offrir la main d’œuvre à la SORAZ  qui entre dans la droite ligne de la nigérisation des cadres de la SORAZ. En effet, pour fournir des emplois aux jeunes et aux bras valides ressortissants des villages situés autour du site, l’Etat a ouvert à la rentrée scolaire passée, un Centre de Formation de Développement Communautaire (CFDC) avec quatre filières : Economie familiale, Agriculture, Menuiserie métallique et Menuiserie bois. Il s’agit essentiellement de freiner l’exode des jeunes vers les pays étrangers, de répondre aux besoins de la main d’œuvre et de permettre à la région de fournir la main d’œuvre à la SORAZ , a expliqué le Directeur Régional Adjoint de la Formation professionnelle, M. AbdoulKarim Soumaila. Le Centre compte actuellement 84 stagiaires et la formation dure 1 à 2 ans. Selon le Directeur Régional des  Mines,  M. Maidabo Kané, l’installation de la Raffinerie a permis aux jeunes diplômés  de se faire embaucher.

Sur un tout autre plan, dans le Secteur de la Santé, la SORAZ appuie plusieurs centres de soins en médicaments et matériels techniques pour administrer une prise en charge de qualité aux populations. La Société compte installer une Cité SORAZ qui va renfermer plus de 400 logements  dans la Ville de Zinder. ‘’L’impact de la SORAZ est très positif puisqu’il a apporté des changements notables dans tous les secteurs de la vie socio-économique de la Région de Zinder », a souligné le Gouverneur de la région de Zinder.

En plus, grâce à l’avènement de la SORAZ, plusieurs dizaines de Stations services sont en train de voir le jour à Zinder dans l’optique de satisfaire les besoins des automobilistes, notamment les grands consommateurs des hydrocarbures que sont les dépôts colis. Ce sont des dizaines de demande d’ouverture des dépôts colis qui sont régulièrement enregistrées par la Direction  Régional du Commerce et la Promotion du Secteur privé pour satisfaire les besoins des zones les plus reculées de la région de Zinder. Mieux, la devanture du dépôt Sonidep de Zinder constitue aujourd’hui un point d’attraction commercial où se germent des stands abritant des petits restaurants  où les détentrices réalisent de bonnes affaires. Hassana Abdou, une restauratrice officiant en ces lieux, estime à 20.000FCFA ses recettes journalières sur les prestations liées  à la restauration.  Quant au vulcanisateur de la place, il affirme réaliser des recettes journalières de 10.000FCFA à 15.000FCFA grâce au long séjour des camions citernes dont le parking ressemble à un véritable centre commercial.  Ils sont plusieurs centaines de camions citernes se trouvant être stationnés devant les bureaux de la Sonidep en attente d’être approvisionnés. Ils viennent  aussi bien de l’intérieur que de l’extérieur du pays.  Les habitants  de Zinder  réalisent   aussi des recettes sur leurs maisons  qui sont louées par les hauts cadres de la SORAZ  à des prix assez rémunérateurs.

D’autre part, pour renflouer ses caisses, les autorités de la Ville de Zinder sont en train d’aménager un nouveau parking  à 10 km sur la route de Tanout  qui permettra une fois opérationnel à cette Collectivité de renflouer ses caisses  moyennant une taxe à payer pour le stationnement.

Sido Yacouba (ANP-Zinder)

Lire également


 

 

SOCIETE DE RAFFINAGE DE ZINDER (SORAZ) : DES EFFORTS POUR REPONDRE AUX MULTIPLES SOLLICITATIONS

Officiellement inaugurée, rappelle-t-on, le 28 Novembre 2011 par le Président de la République, SEM. Issoufou Mahamadou, la SORAZ a fait récemment l’objet des spéculations diverses faisant état des pannes intervenues sur ses installations ayant entraîné à en croire les mauvaises langues un arrêt de ses services réguliers débouchant sur la pénurie du carburant au Niger. En réalité, explique le Directeur Adjoint en Charge des Relations Publiques, M. Magagi Dada  et Communicateur de ladite société, il s’agit d’un arrêt de courte durée, n’excédant pas deux semaines pour des raisons liées à la maintenance des équipements de production.

Prévu pour fournir aux clients d’ici et d’ailleurs 20.000 barils/j, la SORAZ a fonctionné en 2012 sur la base de 50% de cette production. Selon le Chargé de la Communication de la SORAZ, cette situation étant, les recettes prévisionnelles sur la vente des produits pétroliers estimées à 100 milliards de FCFA n’ont pas répondu aux attentes du gouvernement. «Cela n’est pas dû à l’incapacité de SORAZ  de produire la quantité requise pour satisfaire grandement les besoins de sa clientèle dans la mesure où elle dispose du matériel performant et les ressources humaines disponibles. Il s’agit de la vente des produits pétroliers qui n’a pas suivie le rythme de la production », explique Magagi Dada. Selon lui, la SORAZ dispose d’une capacité de traitement du brut d’un (1) million de tonnes par an. Elle produit pour l’heure trois types de produits : le gas-oil, l’essence super et le GPL (gaz). Elle renferme une capacité de stockage en essence de 40.000T, 60.000T de gas-oil et 8000T de gaz.

Actuellement les responsables de la SORAZ sont en train d’analyser et de prospecter des pistes en vue d’aboutir à l’écoulement de tous ses produits  pour enfin réaliser un chiffre d’affaires susceptible de répondre aux attentes de tous. Le Directeur Adjoint des Relations Publiques de la SORAZ indique que cette réflexion sera conjointement menée avec le gouvernement et la Sonidep qui est chargée de la commercialisation des produits pétroliers, pour permettre à la SORAZ de s’inscrire dans son objectif majeur  et dans une logique de faire fonctionner l’usine sans interruption. ‘’Si le Gouvernement décide de promouvoir les activités de la SORAZ en maintenant l’objectif initial de la production et en offrant des débouchés adéquats pour écouler ses produits, la Société reste disposée à revoir le niveau de sa production pour accroître ses ressources financières’’, a-t-il ajouté. D’autre part, soutient M. Magagi, la SORAZ dispose même des capacités de produire de l’énergie électrique pour offrir à la Nigelec si elle exprime le besoin  dans la perspective de satisfaire  grandement sa clientèle de Zinder, par exemple. ‘’A ce propos, a-t-il noté, il faut saluer la volonté des autorités communales de vouloir entrer en contact avec les autorités centrales pour la matérialisation de cette activité qui fait défaut», a-t-il noté.

La SORAZ, renferme une capacité de  production de 24 mégawatts. Elle produit actuellement 12 Mégawatts et ne consomme que 4 Mégawatts pour répondre à ses différentes charges. Cette Unité industrielle a la  particularité d’être une Raffinerie modulaire qui consiste à diversifier ses produits. Cela ne peut se  matérialiser qu’à travers une augmentation de la  production  de l’énergie électrique pour obtenir, à partir des dérivés du pétrole, du goudron et du plastic pour ne citer que ceux-ci, dans l’optique de répondre aux sollicitations d’une autre clientèle.

Pour entreprendre ces nouvelles activités  dans le but d’être bénéfique pour le pays, il conviendra  de réaliser des études économiques préalables, a laissé entendre le Communicateur de la SORAZ, M. Magagi Dada. En effet, a-t-il ajouté, il s’agit d’épargner aux populations certains désagréments liés aux déchets susceptibles de compromettre l’état de santé des riverains du site pétrolier. C’est dans ce souci que, a expliqué M. Magagi Dada, la SORAZ a construit un dépotoir à Zaouzaoua, environ 20 km au Nord–Ouest, en précisant que la Société a procédé au dédommagement des  propriétaires des champs à hauteur de  154 millions de FCFA.

Cependant estime, le Responsable Régional de la Division Evaluation Environnementale et Suivi Ecologique à la Direction Régional de l’Environnement, Illiass Emaghri, la construction de ce dépotoir ne fait pas partie de la Convention. Evoquant une violation de la Loi cadre 98-056 du 29 décembre 1998 sur la Gestion de l’Environnement au Niger qui stipule qu’avant sa mise en valeur, le dépotoir doit faire l’objet d’un rapport d’études environnementales et sociales. Sur la même question, le Ministre du Pétrole, qui effectuait récemment une visite sur le site, a demandé aux responsables de la SORAZ de respecter la règlementation en s’appuyant sur la délivrance du Certificat de Conformité Environnementale avant sa mise en valeur.

Au volet ressources humaines, la SORAZ affiche des effectifs de 400 ressortissants chinois comme employés réguliers (cadres et ouvriers). Quant au nombre de travailleurs nigériens il sera bouclé à 300 d’ici la fin de l’année avec le recrutement récemment effectué, selon le Communicateur de la SORAZ, Magagi Dada. « Tous ceux qui sont admis au test sont en train d’être progressivement embauchés en fonction des besoins des différentes filières de la Société. On espère que le ministre de l’Energie et du Pétrole, qui a récemment constaté le fossé salarial, mieux encore la discrimination  dans la rémunération aidera les nigériens à revoir leurs traitement  mensuel à la hausse  dans un souci d’équité’’,  souligne un technicien  de la SORAZ.

Pour Béri Amadou, Directeur Administratif Adjoint, l’année 2013 s’annonce à la SORAZ sous le signe des réformes. Le Gouvernement du Niger est en train de négocier les institutions bancaires pour le rachat des investissements pour permettre aux Nigériens d’accéder aux produits pétroliers de la Société à bon prix. ‘’Il appartiendra, pour réussir ces réformes, à la Chine et au Niger d’accorder leurs violons pour les  conduire efficacement  afin de  permettre à la SORAZ  de respirer à pleins poumons pour pouvoir  écouler, sans difficulté toute sa production journalière initiale qui est de 20.000 barils/j’’, a-t-il dit en ajoutant que les deux mois à venir seront donc  déterminants pour la société.

Dans le domaine social, les responsables de la SORAZ effectuent périodiquement des visites dans les villages riverains du Site pour s’enquérir de leurs difficultés dans la perspective d’apporter un soutien conséquent. La SORAZ a par exemple fourni l’année dernière un groupe électrogène à la Commune de Olléléwa pour l’alimentation en eau potable à partir de la mini AEP à la demande des autorités communales. Elle a offert durant la saison pluvieuse 600 fûts vides de 200 l aux populations de Bakin Birgi pour les utiliser dans le stockage d’eau et des vivres.

De nouveaux dossiers de requête, qui feront l’objet d’examen, ont été enregistrés par les responsables de la SORAZ  provenant des Communes riveraines du Site pétrolier. Il s’agit des requêtes relatives à la construction d’un dispensaire et des classes dans la commune de Olléléwa, la construction des pistes rurales pour désenclaver les agglomérations rurales de Sabon Kafi et Bakin Birgi et entreprendre des travaux au niveau des  koris pour épargner aux populations de subir des inondations. Le Conseil Régional de Zinder a formulé une requête pour obtenir le financement de la construction de son Siège. ‘’Toutes ces demandes seront satisfaites lorsque nos chiffres d’affaires connaîtront une amélioration significative’’, a rassuré le Chargé de la Communication de la SORAZ, Magagi Dada. Ce dernier rappelle que la SORAZ a récemment versé à la Ville de Zinder la somme de 112 millions 500.000 FCFA pour l’acquisition d’un terrain de 15 ha  pour abriter une Cité de la Raffinerie  à Zinder. La Société s’est en outre acquittée des charges liées à l’adduction d’eau et aux branchements électriques. Le coût des travaux est estimé à plus de 3 milliards de FCFA. Les documents d’Appel d’Offres seront rendus public en décembre et la première tranche des travaux de construction va démarrer  au cours de la nouvelle année 2013.    

Sido Yacouba (ANP/Zinder)

09 novembre 2012
publié le 09 novembre 2012
Source : Sahel Dimanche

Dernière modification le vendredi, 09 novembre 2012 09:13