Orange Money 300%

Avertissement

JUser::_load : impossible de charger l'utilisateur ayant l'ID 62

vendredi, 01 décembre 2006 09:54

La lutte contre le SIDA au Niger - Stabilisation de la pandémie

Écrit par
Évaluer cet élément
(0 Votes)
Les efforts en matière de prévention ont produit des résultats probants au Niger...
Le premier cas de SIDA au Niger a été notifié en 1987. Selon une enquête nationale, le pays a une faible prévalence :

Image1,1% en 2005 pour la tranche d'âge de 15 à 49 ans selon les Indicateurs africains du développement 2006.

Le Niger a connu dans les années 2003/2004, une situation que les spécialistes avaient qualifiée à l’époque   « d’alarmante » en raison d’une progression brutale du taux d'infection au sein d’un groupe spécifique, les professionnels de sexe. Le taux de séroprévalence chez les personnes à risques, comme les professionnels du sexe, a quadruplé : environ 25% à Niamey, Tahoua, Zinder, 50% dans la cité aurifère de Koma Bangou (région de Tillabéry). Autre indicateur d'expansion rapide de la maladie, le nombre de femmes infectées est supérieur à celui des hommes.
 
Fort heureusement, l’Enquête démographique et de santé à indicateur multiple 2006 (EDSN/MICS-III), financée par les partenaires techniques dont la Banque mondiale grâce à la Coordination intersectorielle de lutte contre le SIDA, vient de mettre en évidence que les efforts en matière de prévention ont produit des résultats probants. Les estimations préliminaires -- le nouveau taux de séroprévalence est de 0,7% contre 0,87% en 2002 -- font état d’une stabilisation de la pandémie due notamment au fait que la population nigérienne a désormais une très bonne connaissance de la pandémie tandis que les comportements à risques sont à la baisse.
 
Les données à cet égard sont édifiantes :

    *  Le niveau de connaissance de la maladie est de 83% chez les femmes et 95% chez les hommes en 2006.


    * Le taux d’utilisation du préservatif, qui était en 2002 de 13% chez les hommes et 1,5% chez les femmes, passe en 2006 à respectivement 45% et 15%.
   

*On observe la même tendance chez les jeunes où 41,6% des garçons en 2006 utilisent le préservatif contre 27% en 2002, et chez les filles où le pourcentage évolue de 2,8% à 16% dans le même intervalle.
  
 À venir : un cadre juridique de lutte contre la pandémie et ses effets
Une proposition relative à la prévention, la prise en charge et le contrôle du virus de l’immunodéficience humaine (VIH) est à l’étude à l’Assemblée nationale et sera promulgué avant la fin de l’année 2006.
 
Ce texte qui dotera le pays d’un cadre juridique pour la lutte contre le VIH/SIDA réglementera désormais :

    -          l’information et la formation sur le SIDA

    -          le test de dépistage

    -          la confidentialité des tests de dépistage

    -          l’assistance médicale et psychosociale aux personnes porteuses du virus

    -          les mesures de sécurité médicale

    -          la répression des actes discriminatoires

    -          les peines encourues en cas de contamination volontaire ou accidentelle.

01 Décembre 2006.

Publié le 30 Novembre 2006

Source: http://www.banquemondiale.org/



 

Lu 1893 fois Dernière modification le mardi, 28 février 2012 13:15