mardi, 26 juillet 2016 08:56

Journées d’études sur le «Développement du secteur des Technologies de l’information et de la communication (Tics) et sa contribution aux objectifs de développement du Niger»

Évaluer cet élément
(1 Vote)

Tics Developpement NigerDes réflexions pour optimiser l’apport des TICs dans le processus de développement.

Du 25 au 29 juillet, l’Autorité de Régulation des Télécommunications et de la Poste (ARTP) organise des journées d’études sur le « Développement du secteur des Tics et sa contribution aux objectifs de développement du Niger ». A travers ces assises, cette institution entend mettre en œuvre les mécanismes de consultation des utilisateurs et des operateurs tels que prévus par les lois et règlements en vigueur. Présidée par le Directeur Général de l’ARTP M. Ali Alkassoum, cette rencontre permettra aux participants d’analyser les voies et moyens adéquats pour intégrer les Tics dans le processus de développement du Niger. La session qui durera cinq jours sera animée par deux experts reconnus en la matière.

L’ouverture de ces journées a enregistré la participation des membres du Conseil National de Régulation, des Télécommunications et de la Poste (CNRTP), des Directeurs Généraux des compagnies de Téléphonie mobile, des consultants et de tous les acteurs concernés par le développement des Tics dans notre pays. Les participants auront à faire un état des lieux des Tics avec Benchmark ; d’identifier les nouveaux challenges en termes de régulation au vu des évolutions du secteur notamment la convergence, la fraude, la cyber-sécurité, etc. Ils auront également, à identifier et mesurer l’impact de la fiscalité sur le développement du secteur ; à cerner les contours de la transformation numérique et à identifier les facteurs clés pour la réussir.

 

Dans sa note introductive, le Directeur Général de l’ARTP M. Ali Alkassoum a expliqué que les Tics ont connu un essor important dans le pays, grâce aux différentes politiques de libéralisation du secteur, et de revues des cadres réglementaires et fiscal.

 

Toutefois, il ya lieu, selon le Directeur Général de l’ARTP, de repenser les stratégies de développement du secteur des TIC au vu de ces évolutions et de les arrimer à l’obligation de contribution aux politiques de développement du pays. C’est conscient de cet état de fait, que le Programme de la Renaissance acte II du Président de la République SEM Issoufou Mahamadou a retenu dans ses actes prioritaires la consolidation des infrastructures Tics. Pour lui, cette intention se retrouve du reste renforcée à travers des actions concrètes inscrites dans la Déclaration de Politique Générale(DPG) de SE Brigi Rafini en « envisageant de porter le taux de couverture nationale à 100% et le taux de pénétration à 70%. Le Gouvernement a également décidé de prendre les mesures adéquates visant à permettre la généralisation de l’accès aux services des Tics particulièrement les services de téléphonie et de l’internet ».

A la date d’aujourd’hui, indiquera M. Ali Alkassoum, on recense sur le marché national cinq(5) operateurs titulaires de licences d’établissement et d’exploitation de réseaux et services de telecommunications ouverts au publics et sept(7) operateurs postaux formels. Au cours de l’année 2015, le parc d’abonnés aux services de telecommunications était de 7.184.270 lignes fixes et mobiles. Le taux de pénétration des services de télécommunications, n’est que de 37, 33% en 2015, tandis que 15, 11% seulement de la population nigérienne à accès à internet.

 

M. Abou kané, chef de file des consultants CAPER/ AFRIC’TIC a remercié l’ARTP pour la confiance placée en eux en leur confiant cette mission d’accompagnement. Il a rappelé que les Tics constituent un secteur très avancé constituant un levier d’enjeu économique et d’accélération de développement. Il a souligné l’importance de disposer des ressources humaines bien formées ce qui doit aboutir à des réalisations concrètes à travers des projets structurants conduits par des hommes et des cadres bien formés. « Les TICs nous offrent la chance et la possibilité d’avoir un certain regard sans avoir à recréer la roue en mettant l’accent sur la valorisation du capital humain et du capital immatériel» a dit M. Abou Kané.

Dans son mot de bienvenue, le Secrétaire Général de l’ARTP M. Hachimou Chinkafa Président par intérim du CNRTP a, pour sa part précisé que les TICs contribuent de façon importante au développement de nos pays. En Afrique, a-t-il expliqué, l’usage des Tics a été à l’origine de plusieurs innovations à savoir l’irruption de nouveaux operateurs, l’entrée de fournisseurs d’accès internet et la création de startups. Afin de faire du secteur des Tics un réel acteur de développement, les plus hautes autorités du Niger ont tenu à redynamiser le secteur, en créant un département ministériel chargé de l’Economie numérique et de la poste. En outre, une politique nationale de communication pour un développement durable a été mise en œuvre.

Aïssa Abdoulaye Alfary(onep)

26 juillet 2016
Source : http://lesahel.org/

Dernière modification le mardi, 26 juillet 2016 12:50