lundi, 08 août 2016 07:09

La Première Dame Hadjia Aissata Issoufou procède au lancement de la campagne de Chimio-prévention du paludisme saisonnier (CPS) chez les enfants de 3 mois à 5 ans, à Torodi ; Objectif : toucher près de 2,6 millions d’enfants en quatre mois

Évaluer cet élément
(0 Votes)

Hadjia Aissa Issoufou CPSLe Centre de santé intégré de Torodi (localité située à une soixantaine de km au sud-ouest de Niamey) a servi de cadre, le 4 août dernier, à la cérémonie de lancement de la CPS couplée au dépistage de la malnutrition aiguë sévère (MAS). C’est la Première dame Hadji Aissata Issoufou, présidente de la Fondation ‘’Guri Vie meilleure’’ et marraine de la lutte contre le paludisme au Niger, qui a parrainé cette cérémonie en présence de plusieurs membres du gouvernement, du Directeur général de l’Organisation ouest africaine de la santé (OOAS), de la représentante de l’UNICEF au Niger, ceux des autres partenaires techniques et financiers du secteur de la santé et de plusieurs invités. Les populations de Torodi se sont fortement mobilisées pour réserver un accueil de grand jour à la délégation de la Première dame. A cette même occasion, la fondation de Hadjia Aissa Issoufou a remis un don au CSI de la localité.

Initiative du gouvernement et de ses partenaires, en l’occurrence Malaria Consortium, ECHO, MSF, UNICEF, BEFEN, Islamic

Relief Niger, la CPS 2016 vise à toucher 95% des enfants âgés de 3 à 59 mois qui remplissent les critères retenus pour mettre en œuvre la chimio prévention du paludisme saisonnier et le dépistage de la malnutrition dans notre pays. Plus de 9.000 personnes sont mobilisées pour conduire les activités de la campagne. D’après le communiqué de presse publié à cet effet, ces 4,5 milliards de francs CFA sont investis par l’Etat et ses partenaires et 2,6 millions d’enfants âgés de 3 à 59 mois des régions de Zinder, de Maradi, de Tahoua, de Dosso, de Niamey, de Diffa et de Tillabéri seront touchés. La campagne se déroulera pendant quatre mois, dans 27 districts sanitaires du pays.

La CPS est définie comme l’administration intermittente d’un traitement combiné antipaludéen aux enfants de 3 mois à 5 ans révolus pendant la saison de haute transmission du paludisme pour éviter la maladie. Les passages mensuels pour la CPS offrent l’opportunité d’effectuer le dépistage de la MAS chez les enfants ciblés, en mesurant leur périmètre brachial (PB) avec une bande MUAC. Ceux dont le PB est inférieur à 115 mm seront systématiquement référés au centre de santé le plus proche. Pour le ministre de la Santé publique, M. Moutari Kalla, la composante CPS de cette campagne, permettra ainsi de diminuer la morbidité et la mortalité liées au paludisme chez les enfants de 3 à 59 mois, tout en réduisant le nombre d’enfants souffrant de malnutrition aigüe sévère (MAS).

« Cette campagne novatrice illustre la volonté sans faille du Gouvernement de réduire la mortalité des enfants nigériens. Cela cadre parfaitement avec les objectifs du programme de Renaissance acte II dans son volet santé. A cet égard, au nom des plus hautes autorités de la septième République, j’adresse mes vifs remerciements à tous nos partenaires pour l'appui technique et financier qu’ils n’ont cessé de nous apporter afin d’améliorer la qualité de la santé des populations en général et la lutte contre le paludisme en particulier.» a déclaré le ministre Kalla Moutari.

«Cette campagne couplée représente une opportunité formidable de réaliser un dépistage régulier des enfants en période de soudure. Cela permettra de prévenir les complications chez les enfants souffrant de MAS, et d’éviter des hospitalisations coûteuses pour la famille et le système national de santé» a assuré la Représentante de l’Unicef au Niger, Dr Viviane Van Steirteghem. En outre, il s’agit aussi à travers la CPS de sensibiliser les populations et obtenir leur adhésion à la campagne, d’obtenir l’engagement des leaders au niveau national, régional et local et de rendre visible le projet ACCESS-SMC. L’exceptionnelle mobilisation des populations à cette occasion en dit long sur leur intérêt pour les questions de santé en général et sur la lutte contre le paludisme en particulier

D’après l’OMS, 214 millions de cas de paludisme et 428.000 décès ont été enregistrés en 2015 dans le monde. 88% des cas et 90% des décès sont survenus en Afrique subsaharienne et 70% des décès concernent les enfants de moins de 5 ans. Selon les statistiques officielles, le paludisme demeure, au Niger, la principale cause de morbidité avec plus de 2.065.340 cas confirmés en 2015 dont 60% des cas sont des enfants de moins de 5 ans. Ces enfants constituent la population la plus vulnérable face au paludisme. Aussi, le paludisme représente 80% des motifs de consultation pendant la saison des pluies. En outre, chaque année, 400 000 enfants nigériens souffrent de MAS, et 60 000 d’entre eux doivent être admis en soins intensifs dans des structures de santé. Une grande proportion de ces enfants est hospitalisée pendant la haute période de transmission du paludisme.

D’où l’importance de cette campagne à laquelle la Première dame Hadjia Aissata Issoufou, marraine de la lutte contre le paludisme a apporté tout son soutien et l’accompagnement nécessaire. En effet, en marge de la cérémonie de lancement de la CPS, la Fondation Guri Vie Meilleure a remis un don au CSI de Torodi. Ce don est composé de deux (2) moulins à grain, de 5 sacs de 100 kg de mil, de 5 sacs de 100 kg de haricot, de 2 sacs de 50 kg de lait, de 2 cartons de 50 kg de sucre, de 300 pièces de pagnes, de 60 sacs de 50 kg de riz et de 5 bidons d’huile de 25 litres chacun.

Siradji Sanda(onep)

08 août 2016
Source : http://lesahel.org/

Dernière modification le lundi, 08 août 2016 07:34