jeudi, 15 septembre 2016 04:41

Fête de Tabaski et animation culturelle au Musée National Boubou Hama de Niamey Plus de 30.000 jeunes attendus entre le 12 et le 15 septembre

Évaluer cet élément
(0 Votes)

Depuis 2008, il est désormais une règle et une tradition pour le Musée National Bouba Hama de Niamey, d’organiser lors de chaque fête de Tabaski et de Ramadan, des spectacles d’animation culturelle et des jeux distractifs à l’intention des jeunes de la capitale. Cette année encore, le Musée Boubou Hama a sacrifié à cette tradition. Et les jeunes ne se sont pas faits prier pour prendre d’assaut, le désormais plus grand centre de loisir à l’occasion des fêtes.

Selon la chargée de communication du Musée National Bouba Hama, Mme Kadi Niandou, ce sont environ 30.000 tickets d’entrée qui seront vendus du 12 au 15 septembre. De la sécurité, aux premiers soins, en passant par la restauration tout est mis en œuvre pour faire vivre à ces jeunes des bons moments. Les programmes changent du jour au lendemain. Le Musée Boubou Hama a pris le soin de diversifier les artistes et ce sont les plus en vogue qui ont été sélectionné. A cela s’ajoutent des sites de kermès, pour également offrir l’opportunité aux jeunes de gagner des cadeaux.

« Le Musée National Bouba Hama, tient à répondre aux attentes de la jeune population nigérienne. C’est l’occasion pour les jeunes de s’amuser, de danser et de retourner à la maison joyeux avec de bons souvenirs de la fête, ce, au coût de 200 Francs CFA l’entrée» relève Mme Kadi Niandou.

Pour l’artiste musicien, Housseini Harouna Issa, dit Seini Maïga qui participe pour la quatrième année consécutive à ces manifestations, il est tout d’abord question à travers sa participation de faire plaisir aux jeunes. «Ce n’est pas à cause de l’argent que nous faisons ces prestations. Les enfants sont nos premiers fans et nous nous devons de leur faire un geste, en cette fête de solidarité» affirme l’artiste au sortir d’une prestation de plusieurs minutes sur scène.  

Ce qui réjouit les jeunes comme Nana Farida Sani, une adolescente venue en compagnie de trois de ses amis regarder le spectacle, qui d’après elle, est à la hauteur de ses attentes. « Nous allons passer plusieurs heures avant de rentrer à la maison » précise-t-elle. Ces manifestations culturelles, ne font pas seulement le bonheur des enfants. Les commerçantes en profitent aussi. « Je vends habituellement des sandwichs. Je commande chaque jour 40 baguettes de pain à la boulangerie. Chacune me revient à 175 Francs CFA et je les revends avec la garniture à 400 Francs CFA. Sur chaque Baguette, j’ai un bénéfice d’environ 200 Francs CFA. A la fin de la journée, je gagne environ 4.000 Francs CFA », affirme Salamatou Boubacar, une restauratrice.

Elle précise cependant que leur activité est un travail qui nécessite beaucoup d’hygiène. « En effet, même si nous n’arrivons pas à vendre, nous gardons le reste de notre marchandise pour notre propre consommation. On nous exige aussi des tests médicaux. Aussi des agents font le tour de nos kiosques pour contrôler l’hygiène» explique Salamatou Boubacar. Elle soutient que c’est à travers les publicités télévisées qu’elle est informée de ces journées d’animation au musée. Depuis six (6) ans elle participe à chacune de ces manifestions. Chaque ticket d’entrée dans le musée lui revient à 5.000 Francs CFA. Salamatou Boubacar, affirme trouver son compte dans cette activité, qui lui permettra notamment d’acheter des habits et des fournitures scolaires à ses enfants.

Samira Sabou(onep)

15 septembre 2016

Source : http://lesahel.org/