mardi, 20 septembre 2016 22:26

La vérité sur l’accident de Tessaoua ayant occasionné la mort d’un militaire et grièvement blessé un autre !

Évaluer cet élément
(1 Vote)

Accident Maradi 01Dans la semaine précédant la tabaski, s’est produit, aux environs de 16 heures, à quelques kilomètres de Tessaoua, un grave accident impliquant un véhicule de la Garde Républicaine, un bus de la compagnie Azawad et un autre petit véhicule. Une violente collision frontale qui a laissé peu de chance aux occupants du véhicule militaire. Sur place l’un décède et le second, grièvement blessé, est transporté d’urgence à l’hôpital de Maradi.

C’aurait pu être un accident banal causé par un bus de transport, comme on en récence chaque jour sur les routes de notre pays, n’eut été la mort d’un gradé de l’armée, la « responsabilité » du Préfet de Tessaoua et la « fuite » de l’Honorable Kalla Hankouraou devant un drame qui s’est pourtant joué sous ses yeux.

Que s’est-il passé exactement ?

Le jeudi 8 septembre, l’Honorable Kalla Hankouraou, Coordonnateur du Programme Maradi Kolliya, après un séjour à Maradi, devrait se rendre à Zinder d’où il devrait prendre l’avion pour regagner Niamey. Le Préfet de Tessaoua, monsieur Idi Sani, récemment nommé, a cru bon d’organiser un « accueil officiel » à son « mentor » de passage. Comme à l’accoutumée, les véhicules des services publics et ceux des militants du PNDS sur place, sont mobilisés pour le protocole à quelques kilomètres de Tessaoua.

L’arrivée de la « délégation députorale » a été marquée par des échanges de poignées de mains et des sourires de vainqueurs. Quelques temps après, le convoi s’ébranle en direction de Tessaoua avec comme « flèche », le véhicule du peloton de la Garde Républicaine. À son bord le Régisseur de la Prison et le chauffeur. L’habitude chez les véhicules de flèche, c’est dire les véhicules qui prennent la tête des convois officiels, c’est de rouler à tombeau ouvert en occupant le milieu de la chaussée pour contraindre tous les véhicules qui viennent en face de stopper ou de se ranger sur les bas côtés.

Quelques minutes seulement après, aux encablures de la double haie de neem qui encadrent la RN1, des bus de transport en provenance de Zinder étaient justement dans la ligne de mire de la « flèche ». Le premier bus, un Rimbo, ayant pu lire la circulation, stoppa laborieusement pour éviter un choc avec le véhicule militaire. Un petit véhicule qui venait après connut la même infortune avec quelques dégâts sur le pare-choc. Le bus d’Azawad qui suivait juste après, surpris par la contingence, opéra une sortie de route, mais fut obligé de revenir sur goudron, contraint par des arbres sur lesquels il fonçait droit. C’est à ce moment précis qu’arriva le véhicule militaire et le choc frontal fut inévitable.

Sur place, le Régisseur de la prison civile de Tessaoua, le lieutenant Abdou Hamani perd sa vie. Son chauffeur grièvement blessé est évacué à l’hôpital de Maradi. Mais ce qui a interloqué le plus les témoins de cette scène macabre, c’est que le véhicule de l’Honorable Kalla Hankouraou a tout bonnement continué sa route sur Zinder. Alerté par le Préfet, le Gouverneur de la Région, Zakary Oumarou tente de le joindre à plusieurs reprises, mais celui-ci refuse de décrocher, d’après des sources proches du PNDS. C’est alors qu’il appela son « principal acolyte », Tijani Oumèye, SG régional du PNDS, qui confirma en effet qu’ils étaient déjà à Takéta.

Le Gouverneur Zakary Oumarou aurait rendu compte à sa hiérarchie. Bazoum Mohamed tenta à son tour de joindre son « camarade » le député Kalla Hankouraou. Il réussit enfin à l’avoir au moment où il était sur le point d’embarquer. D’après les mêmes sources, Bazoum Mohamed lui aurait tout simplement intimé l’ordre de revenir sur ses pas pour participer à l’inhumation du Lieutenant Abdou Hamani et présenter à sa famille les condoléances des plus hautes autorités du Niger. C’est ainsi qu’on a pu voir sur Télé Sahel un Kalla Hankouraou patronnant une audience funèbre, comme s’il n’y avait pas de précédent.

Ce qui fait aujourd’hui jaser plus d’un observateur à Maradi, c’est le zèle du nouveau Préfet de Tessaoua Idi Sani qui prend la responsabilité d’organiser un « accueil illégal », mais surtout la « fuite » de Kalla Hankouraou, assimilée ici à une véritable « fuite de responsabilité ».

El Kaougé Mahamane Lawaly

21 septembre 2016
Source : Le Souffle Maradi

 

Dernière modification le mercredi, 21 septembre 2016 05:56