jeudi, 20 octobre 2016 04:42

Agadez : La population rend un hommage à feu Mahamat Mahamane Souley, ex-chef de personnel du gouvernorat

Évaluer cet élément
(1 Vote)

Mahamat Mahamane Souley 01Les populations ont rendu, dimanche dernier au 40ème Jour de son décès, un dernier hommage à feu Mahamat Mahamane Souley, de son vivant chef de personnel du gouvernorat d’Agadez. Celui-ci, on se rappelle, a trouvé la mort par inanition, il y a un peu plus d’un mois, dans le désert du Ténéré, alors qu’il venait de présider une passation de commandement entre les préfets entrant et sortant de Bilma, la capitale du Kawar.

La disparition de Feu Mahamat Mahamane Souley qui fut désigné pour représenter l'Etat, et par conséquent toutes les institutions de la République dans le Kawar et qui avait voyagé, dans un banal véhicule de transport en commun, ne laisser personne indifférent dans la région d’Agadez, dans le pays tout entier et même hors de nos frontières au regard des circonstances dans lesquelles elle est intervenue. En effet, cet homme au sens aigu de l'intérêt général et de la solidarité avait erré trois jours durant dans l'océan de sable brûlant du désert. Il a affronté la soif et la faim, l’abandon et la solitude et a vu la mort venir lentement mais sûrement l’emporter.

Le chauffeur retraité qui, volontairement était parti à sa recherche dans un véhicule privé avec l’appui des ressortissants du Kawar l'a malheureusement retrouvé mort, appuyé sur l'oreiller brûlant d'une dune. Avec la mort de Mahamat Mahamane Souley dans le désert du Ténéré et le Sahara où certains vont et reviennent aisément, le Niger a perdu un grand serviteur de l’Etat pour qui la République était le fil de la vie et ce fil s'est rompu par manque de secours sur les dunes ‘’400’’.

Feu Mahamat Mahamane Souley fut un homme particulièrement attachant, à l'intelligence rare et au tempérament chaleureux et généreux.

D'une grande culture et d'une grande curiosité d'esprit, Mahamat Mahamane Souley est passionné surtout pour le Niger, son pays et sa patrie à qui, il a consacré toute sa vie, tous ses talents d’administrateur et la force de ses convictions à la chose publique. Il était d’une générosité débordante, humble, courtois, désintéressé et d’une intégrité sans faille. Cette générosité avec la vie, avec les autres, était à la hauteur de son tempérament. Il a tout donné à la région et au pays jusqu’à son dernier souffle.

Quarante jours, après son décès les parents, amis, fonctionnaires, civils et militaires, chefs coutumiers, leaders religieux, étaient tous là pour la lecture du Saint Coran suivie de Fatiha en souvenir d’un homme de Dieu qui a disparu dans des circonstances encore tragiques.

Loin d’être une tradition d’après certains exégètes musulmans, la commémoration du 40e jour d’un proche décédé est recommandée dans l’Islam car le Saint Prophète (SAW) a dit que : «la terre pleure le décès d’un croyant durant une période de 40 matins.» Ces quarante jours de souvenir sont une manière d’honorer la mémoire de nos proches défunts. En plus de la pratique a un fondement religieux et spirituel et il y a un lien étroit entre ce chiffre 40 Arbaeen en arabe qui signifie 40 et la vie des prophètes.

L'illustre disparu nous laisse aujourd'hui le souvenir d'un homme affable, très proche de chacun d'entre nous. Feu Mahamat Mahamane Souley, plus connu sous le nom de Mohamed, a autant d'amis civils que militaires, plus particulièrement au sein de la Garde Nationale dont il était le ''billeteur'' depuis plusieurs années. Fervent musulman, Mohamed a aussi ce don d'être polyglotte, parlant sans accent plusieurs langues nationales.

Ce qui lui a permis d'être très proche des nomades qui passent par lui pour connaitre l'administration, son fonctionnement etc. Né vers 1964 à Maïné Soroa, Feu Mahamane Souley Mahamat avait travaillé aux TP (Travaux Publics) avant de se retrouver à la Préfecture d'Agadez, érigé en Gouvernorat suite à l'avènement de la décentralisation. Agadez a prié ce dimanche un homme de cœur. Un homme qui a laissé derrière lui une famille éplorée, dont particulièrement deux (2) veuves et quatre (4) enfants.

Abdoulaye Harouna, ANP-ONEP/Agadez

20 octobre 2016
Source : http://lesahel.org/

Dernière modification le jeudi, 20 octobre 2016 05:24