vendredi, 25 novembre 2016 06:31

Transports à Agadez : Un apport considérable des infrastructures routières d’Agadez Sokni

Évaluer cet élément
(2 Votes)

Route Agadez SokniCette année, c’est au tour d’Agadez d’abriter la fête tournante du 18 décembre. La Commune bénéficiera de routes bitumées sur les grandes artères de la ville et de toutes les commodités pour le transport, avec des voies publiques équipées de feux optiques et de plaques signalisations. Parlant des dispositions qui sont en train d’être prises par les services concernés pour une bonne gestion du nouveau système de transport qui verra le jour, surtout pour amener les usagers à prévenir les accidents de circulation, le Directeur régional des Transport d’Agadez, M. Mahamadou Boubacar, a indiqué que dans la cadre du Programme Agadez SOKNI, la ville d’Agadez va effectivement bénéficier de nouvelles voies de communication.

« Agadez, comme vous la savez, manque des voies de dessertes, et celles existantes sont impraticables. Ce qui d’ailleurs explique les embouteillages que l’on observe à certaines heures de pointe sur les grands axes de la circulation. D’importants travaux d’aménagement sont en train d’être réalisés sur la RTA qui traverse la ville et qui la relie aux autres grandes villes du Niger. Cette double voie de 7 kilomètres sera équipée et éclairée pour sécuriser les usagers. Il y aura également l’aménagement des carrefours et des ronds-points. Et vous n’êtes pas sans savoir qu’à Agadez, tout sera nouveau pour les usagers et il faut, à mon avis, prévenir les grands risques d’accidents liés aux trafics urbain et interurbain. Et en prélude à ce grand événement, s’est tenu à Agadez le lancement de la 5ème Journée Africaine de la Sécurité Routière le 20 Novembre 2016, et qui avait pour but de sensibiliser davantage les usagers et la population», a-t-il souligné.

Avec cet apport considérable du programme Agadez SOKNI, ajoute le Directeur régional des Transport, il y aura également des commodités modernes comme les signalisations horizontales et verticales, les feux optiques, etc. « Bien entendu, avec la collaboration des médias publics et privés, nous allons sensibiliser la population sur les comportements à observer dans la circulation, le respect du code de la route, l’adaptation aux nouvelles technologies qui seront mises en place pour faciliter la gestion de la circulation urbaine », soutient M. Mahamadou Boubacar.

Dans la même foulée, poursuit-il, «nous demanderons aux populations et aux usagers de sauvegarder les infrastructures qui seront mises en place et qui constituent des moyens d’information pour eux. Ces nouveaux systèmes répondent aux critères d’efficacité dont l’uniformité, l’homogénéité, la simplicité, la fluidité et la continuité des directions signalées, tout cela en cohérence avec le schéma du plan de transport ».

Le Directeur régional des Transports a précisé que ses services envisagent de collaborer étroitement avec la Presse pour un travail de sensibilisation de proximité pour atteindre leur objectif qui est de ne pas enfreindre la loi, qu’il y ait un climat de respect envers les agents chargés de la gestion de la circulation urbaine et périurbaine. Je crois, à mon avis, que ces agents de Police qui sont placés à certains carrefours ne doivent en aucune façon être considérés comme des obstacles à la libre circulation des usagers. Ils sont là pour tous les citoyens, et Dieu seul sait combien leur travail a permis de sauver des vies face aux risques liés aux accidents de la circulation devenus monnaie courante à Agadez. N’oublions surtout pas qu’à la demande de cette population, la Police a réussi à atténuer les élans de nombreux ‘’Drifters ‘’ qui ont beaucoup endeuillé des familles dans la ville d’Agadez », a-t-il indiqué.

Selon lui, il faut que les mentalités changent afin qu’Agadez emboite le pas aux usagers des autres régions du territoire national. Il suffit, a-t-il estimé, de se conformer à loi et d’éviter de chercher toujours des raccourcis souvent périlleux que suivent certains usagers afin d’éviter à tout prix les agents de circulation.

En effet, déplore le Directeur régional des Transports, Agadez a cette réputation en matière d’accidents de circulation et dans la plupart des cas, les facteurs humains, en particulier, apparaissent dans plus de 90% d’accidents corporels. Certains facteurs sont relevés systématiquement par les Forces de l’Ordre après qu’un accident a eu lieu : alcoolémie, choc contre un obstacle fixe, collision entre usagers, excès de vitesse, fatigue, distraction, téléphone au volant ou au guidon, défaut de ceinture, de casque, présence d’obstacles fixes (arbre, véhicule stationné, murs, poteaux, bordure de trottoir, fossé etc.), conduite sans permis, non-respect des distances de sécurité, surtout dans le mode de transport le plus courant que sont ces taxis- motos appelés ‘’kabou-kabou’’.

Affirmant que l’état des véhicules ou celui des infrastructures entrent également en jeu, M. Mahamadou Boubacar ajoute qu’il y a lieu de reconnaitre que les accidents et la gravité de leurs conséquences s’expliquent par une combinaison de facteurs liés au conducteur, au véhicule, à la route, aux conditions de circulation etc. « Les principales causes des accidents causés par les taxi-motos sont : l’imprudence ou l’inattention pour les 48% ; l’excès de vitesse pour 23%, et le refus de priorité pour 22%. En 2015, pour la commune urbaine d’Agadez, on dénombre 22 tués; 94 blessés graves ; et 102 blessés légers », souligne-t-il.

Abdoulaye Harouna, ANP-ONEP/Agadez

25 novembre 2016
Source : http://lesahel.org/

Dernière modification le vendredi, 25 novembre 2016 07:00