vendredi, 02 décembre 2016 22:53

Ministère des Enseignements secondaires : La grosse arnaque de Madame Bety

Évaluer cet élément
(1 Vote)

Bety Aïchatou Habibou Oumani Afin d'écarter déloyalement des adversaires politiques, les guristes sont allés chercher la petite bête jusque dans une gestion vieille de dix ans. Bien sûr qu'ils n'y trouveront rien de condamnable à ce sujet. Pour notre part, nous invitons la Halcia à s'intéresser de plus près à cette ''entente directe '' entre madame Bety Aïchatou Habibou Oumani, ministre des enseignements secondaires à l'époque des faits et la firme Hachette. Ça sent la grosse magouille !

 

Que la lumière soit faite !

Nous avons déjà évoqué cette affaire dans une de nos livraisons. Les importantes sommes d'argent en jeu et les conditions troubles qui l'entourent nécessitent en toute objectivité une plus grande médiatisation et surtout une attention de la part de nos concitoyens. Ne pas le faire, c'est se rendre coupable de complicité d'une des plus grosses arnaques fomentées par la bande à Issoufou Mahamadou sur le dos des contribuables nigériens. En effet, madame Bety Aïchatou Habibou Oumani, ancienne ministre des enseignements secondaires, se doit de fournir des explications crédibles aux Nigériens sur les contours de cette commande plus que suspecte dont son ministère, à l'époque des faits, est bénéficiaire. D'abord, sur le choix du fournisseur, en l'occurrence la firme Hachette. Pourquoi a-t-elle passé une commande d'une telle envergure (1.856.609.240 FCFA !) sans recourir préalablement à un appel d'offres ? Aussi, pourquoi a-t-elle caché certaines vérités à la structure en charge du Contrôle des Marchés Publics et des Engagements Financiers ? Pourquoi dissimuler à cette structure le montant exact du marché que le ministère des enseignements secondaires envisageait de passer auprès de la firme Hachette ? Ici il s'agit d'une intention apparemment délibérée de frauder. Et il est clair que la dame Bety Aïchatou n'est pas la seule responsable de cette tricherie monumentale. Cela est incontestablement l'oeuvre d'une bande organisée et composée d'escrocs en tout genre. Ce qui du reste est la spécialité phare des princes de la cité. La lumière doit impérativement être faite sur cette arnaque à grande échelle.

Un gros morceau pour la Halcia Les princes guristes se targuent à longueur de journées d'avoir mis en place toutes les institutions qui régentent une vraie démocratie moderne. Et parmi elles, figure la Halcia qui est en charge entre autres, de traquer les corrupteurs et les corrompus. Justement, le cas de cette ''entente directe'' fait partie des infractions qui doivent intéresser de prime abord la Halcia. Afin de ne pas déroger à sa mission première, la Halcia doit passer à la loupe les conditions dans lesquelles la ministre des enseignements secondaires qu'elle était avait passé cette commande de manuels scolaires auprès de la firme Hachette. Nous n'espérons pas de sitôt une Inspection Générale d'Etat sur cette affaire, car les guristes maquillent habilement leur forfaiture.

Alpha

02 décembre 2016
Source : Le Courrier