samedi, 03 décembre 2016 00:17

Les meilleures œuvres journalistiques et des vétérans du secteur des médias primés dans le cadre de la troisième édition de la liberté de la Presse au Niger : L’ONEP remporte les 1er et 3ème prix en catégorie Presse Ecrite

Évaluer cet élément
(0 Votes)

Souley Moutari prix Presse Ecrite 2016En marge des activités de la célébration de la troisième édition de la liberté de la Presse au Niger, des prix ont été décernés hier soir aux meilleures œuvres journalistiques dans les domaines de l'Audiovisuelle et de la Presse Ecrite. En outre, des vétérans du secteur ont été distingués pour leur précieuse contribution à la promotion de la liberté de la presse. Il s’agit de M. Amada Bachard à titre posthume ; MM. Hima Adamou et Harouna Niandou, et Mme Gazéré Sophie Ledru.

La cérémonie s’est déroulée dans les locaux de la Maison de la Presse. Le Premier ministre, chef du Gouvernement, la ministre de la Communication, et plusieurs représentants des institutions nationales et internationales ont marqué de leur présence cette cérémonie.

Ce sont dix journalistes, tous secteurs confondus, qui ont été distingués au regard des œuvres qu’ils ont produits au courant de l’année 2016. Le rapport du jury de la Presse Ecrite fait cas de 16 œuvres réceptionnées dont certaines ont été disqualifiées pour non-conformité aux règlements du concours. Les critères sont l’originalité et la pertinence du thème, la rigueur dans l’analyse, la qualité rédactionnelle, et le respect des normes professionnelles. Ainsi, le premier prix avec une note de 15/20 est revenu à M. Souley Moutari de l’ONEP, pour son article ‘’Un enfant migrant qui croit encore à ses rêves, après son échec pour rejoindre l’Europe’’, parut dans le quotidien ‘’Le Sahel’’ du 13 octobre 2016. C’est le Premier ministre, chef du Gouvernement, SEM. Brigi Raffini, qui lui a remis son prix de 1 million de Francs CFA, tandis que la Première dame Dr. Malika Issoufou Mahamadou, lui a remis, par le biais de sa représentante, une parcelle de 400m2 sise au quartier Cité des enseignants chercheurs.

Le deuxième prix, avec une note de 14 sur 20, accompagné d’une enveloppe de 500 000 Francs CFA, a été décerné à M. Sani Aboubacar du journal l’Evènement. Enfin, le troisième prix, avec une note de 12,50/20, a été gagné par Mme Zeinabou Gaoh de l’ONEP, avec à la clé une enveloppe de 300 000 Francs CFA.

Pour ce qui est de la catégorie radio, 7 dossiers ont été reçus, dont 2 dossiers incomplets ont été rejetés. Le jury estime que les œuvres de cette année ont des moyennes inférieures à 13/20. Les critères ont été la qualité sonore et rédactionnelle, l’originalité, la pertinence et la cohérence les œuvres. Le jury n’a octroyé aucun prix à la catégorie radio. Seules 3 récompenses en guise d’encouragement ont été attribuées à MM. Seini Abdou de la Radio Dallol de Balleyara, Omar Hama de la Radio Dounia, et Souley Magé de la Radio Alternative, respectivement 1er, 2ème et 3ème de cette catégorie.

Dans le secteur de l’Audiovisuelle, 18 œuvres ont été soumises, 2 dossiers incomplets ont été disqualifiés. Une troisième œuvre n’a pu être examinée faute de format de lecture adapté au matériel utilisé par le jury. Les critères étaient, là également, l’originalité et la pertinence du sujet, la rigueur dans l’analyse, les qualités rédactionnelle et audiovisuelle, et le respect des normes professionnelles. Ainsi, à ex aequo, les œuvres de Djibirl Namalka de l’ORTN et de Harouna Ousseini Housseina du groupe Canal 3 avec des notes de 15,5/20, ont été récompensées d’une enveloppe de 300 000 Francs CFA chacune. Le deuxième prix a été décerné à M. Maman Oumarou Zarami du groupe Dounia pour une note de 17/20 et un montant de 500 000 Francs CFA. Tandis que le 1er prix, qui a recueilli une note de 18/20, il est allé à M. Idrissa Ibrahim de l’ORTN qui a reçu, comme son une enveloppe de un million de francs CFA une parcelle de 400m2   octroyée par la Première dame Dr. Malika Issoufou Mahamadou.

Lors de cette cérémonie, le président de la Maison de la Presse, M. Ibrahim Harouna, a affirmé que la grande famille des médias s’engage dans un dialogue constructif pour conserver les acquis, et pour continuer à apporter sa contribution au renforcement de la démocratie, de l’Etat de droit, et au processus de développement de notre pays.

Il a notamment relevé le fait que l’ensemble des partenaires appelle à un changement qualitatif du travail des médias, tout en soulignant l’importance de comprendre et de maitriser les aspects relatifs au contre poids de la dépénalisation, de la responsabilité, ainsi que du respect de l’éthique et de la déontologie.

Samira Sabou(onep)

03 décembre 2016
Source : http://lesahel.org/