lundi, 05 décembre 2016 22:00

Visite du ministre de l’Environnement et du Développement durable sur le site de stockage de polychlorobiphényle et à la direction des statistiques : 450 tonnes d’équipements contaminés par les PCB à traiter d’ici juin 2017

Évaluer cet élément
(0 Votes)

Le ministre de l’Environnement et du Développement durable, M. Almoustapha Garba, a visité hier après midi, le site de stockage temporaire des déchets de polychlorobiphényle (BCP) et des équipements contaminés par les PCB où des experts du centre TREDI travaillent à leur traitement avant leur transport en France pour leur destruction. Le ministre a aussi visité la direction des statistiques, un service rattaché à la direction générale des Eaux et Forêts.

C’est à la périphérie Est de Niamey, que se trouve la plate forme visitée par le ministre en charge de l’Environnement M. Almoustapha Garba, et où sont entreposés les déchets électroniques et électriques de la Nigelec et des autres sociétés minières comme la Cominak et Somair, contaminés par le polychlorobiphényle. Ce site s’inscrit dans le cadre du projet de démonstration d’une approche régionale de gestion écologiquement rationnelle des déchets de polychlorobiphényle (BCP) et des équipements contaminés par les PCB. Les BCP sont des polluants organiques persistants ayant de très bonnes propriétés thermiques, ce qui explique leur utilisation depuis longtemps pour la fabrication des transformateurs électriques, condensateurs, sectionneurs de puissance. «Ces substances sont extrêmement dangereuses et peuvent contaminer toute la chaine alimentaire, les animaux », a relevé le directeur général de l’environnement et du développement durable, le colonel Sani Maazou.

En effet, le rejet des PCB dans l’environnement pose un grave problème écologique car ils sont très toxiques, cancérigènes, susceptibles de provoquer des problèmes de santé tels que les éruptions sur la peau, l’irritation des voies respiratoires ainsi que des maux de tête, et même souvent une diminution de la fertilité. C’est pour prévenir ce genre de problème que les autorités nigériennes ont pris des mesures dont celle portant sur l’élaboration d’une stratégie nationale et un plan d’action en matière de gestion des Polluants Organiques Persistants (POP). Le Niger honore ainsi ses engagements vis-à-vis de la communauté internationale et de la convention de Stockholm.

Le projet de démonstration d’une approche régionale de gestion écologiquement rationnelle des déchets de polychlorobiphényle (BCP) dont le ministre Almoustapha Garba a visité le site participe de la mise en œuvre de ces mesures initiées par le Niger. Ce sont 185 transformateurs d’un poids total de 302,619 tonnes ; 34 condensateurs d’un poids de 28,191 tonnes ; 21.180 litres de PCB usagé ainsi que 141 fûts d’autres déchets qui sont entreposés sur la plate forme en vue de leur traitement avant leur transport dans un centre spécialisé en France pour leur destruction. Selon les responsables du projet, le Niger s’est engagé à traiter au total 450 tonnes de PCB d’ici juin 2017. « Il a été confié à une société européenne spécialisée dans la collecte, le traitement et le transport de ces déchets, et nous avons voulu en savoir sur leur conditionnement avant leur transport. Je pense que dans un délai raisonnable ces produits seront éliminés du territoire national », a dit le ministre de l’Environnement et du Développement durable, à l’issue de la visite.

M. Almoustapha Garba s’est rendu aussi à la direction des statistiques, un service rattaché à la Direction générale des Eaux et Forêts, et situé au sein du port de pêche à la corniche du quartier Gamkalé. «C’est un service qui est important dans le dispositif du travail, parce qu’il est censé collecter toutes les informations, les traiter et les mettre à la disposition des utilisateurs et des décideurs en ce qui concerne le secteur de l’environnement et du développement durable» a relevé le ministre. Aussi, il a indiqué avoir pris bonne note concernant l’état des bâtiments qui sont «un peu vétustes, les conditions de travail qui ne sont pas des plus idéales ».

Souley Moutari(onep)

05 décembre 2016
Source : http://lesahel.org/