mercredi, 07 décembre 2016 22:37

Santé reproductive des jeunes et adolescents au Niger : Nécessaire implication des véritables concernés

Évaluer cet élément
(1 Vote)

Au Niger, la population est estimée selon le recensement général (RGPH 2012) à plus de 17 millions d’habitants. La même source indique que les jeunes âgés de moins de 25 ans sont estimés à 69% de la population totale, tandis que les adolescents de moins de 15 ans constituent 51,6%. L’importance numérique des jeunes est un avantage fondamental pour le développement économique du pays. Seulement, pour tirer les avantages économiques du potentiel des jeunes, il faut investir dans certains domaines comme la santé.

Or, au Niger, plusieurs défis existent notamment en matière de santé reproductive des jeunes et des adolescents. Il s’agit des grossesses non désirées, de la mortalité chez les jeunes et adolescents, de la déperdition scolaire.

Conscientes de cette situation, les autorités nigériennes ont décidé de mener des actions pour la promotion de la santé de la reproduction à l’endroit des jeunes depuis presque une décennie.

Dans ce cadre, plusieurs services sont offerts aux jeunes affirme Ibrahim Innocent, président du Réseau des jeunes ambassadeurs pour la SR/PF. Il s’agit du counseling, du référencement, de la prise en charge syndromique ou thérapeutique des jeunes et adolescents ayant contracté une maladie sexuellement transmissible, de la mise à disposition de produits contraceptifs… «Ces offres de services se font au niveau des centres dénommés ‘’amis des jeunes’’, des autres infrastructures sanitaires publiques et quelques centres médicaux privés », ajoute t-il avant de préciser que «les jeunes et les adolescents   s’intéressent effectivement à ces services du moment où le besoin est énorme et indéniable». Ibrahim Innocent explique aussi qu’il n’y a pas de condition tacite relativement à l’accès des jeunes et adolescents aux services en matière de santé de la reproduction.

Dans ce domaine, les jeunes ambassadeurs pour la santé de la reproduction ont mis en place un réseau. Selon le président de leur réseau, le concept jeune ambassadeur est une initiative d’Intrahealth International dans le cadre de l’initiative de la société civile pour le repositionnement de la PF en Afrique de l’Ouest francophone, appuyée par la fondation Hewlett. « Elle vise à contribuer à l’atteinte des objectifs du plan d’action national PF du Niger, ceci dans la même visée que le partenariat de Ouagadougou, une plateforme, un mouvement auquel adhère l’Etat du Niger au même titre que huit autres pays de l’Afrique de l’Ouest francophone y compris la Mauritanie».

Au Niger, nous sommes organisés en réseau avec une vingtaine de structures de jeunesse membres, et notre réseau est affilié à l’Alliance des jeunes ambassadeurs pour la SR/PF en Afrique de l’Ouest et à la Coalition des Acteurs pour le Repositionnement de la PF au Niger, précise Ibrahim Innocent.

Dans ce cadre, les jeunes ambassadeurs mènent plusieurs activités. « Nous faisons le plaidoyer pour que les aspirations des jeunes et adolescents soient prises de façon effective dans les politiques et programmes. Présentement, avec le ministère de la santé (DSME), nous sommes impliqués dans le processus de revue du plan d’action national PF 2012-2020, et dans l’élaboration du plan de la santé des adolescents et jeunes », affirme le président du réseau. Cette thématique étant transversale, « nous sommes en train de mener des actions pour une connaissance du réseau auprès des organisations nationales (étatiques et non) et internationales au Niger. Par ailleurs, nous menons des activités d’information et de formation à l’endroit des structures membres mais aussi des campagnes de sensibilisations à l’endroit de nos pairs jeunes et adolescents », ajoute Ibrahim Innocent. Il explique que lors des activités de sensibilisation, c’est la communicationinterpersonnelle ou encore l’évènementielle qui sont utilisées pour atteindre leurs cibles. Toutefois, selon le type d’activité, « nous organisons aussi des conférences, des thé-débats, des quizz ou des projections suivies de débats », affirme t-il avant de préciser que les réseaux sociaux sont aussi mis à contribution pour atteindre les jeunes qui utilisent ces canaux, et les radios communautaires pour atteindre les jeunes et adolescents déscolarisés et ceux des zones périphériques.

Mais de quels moyens disposent ces jeunes et adolescents pour mener toutes ces activités ? Selon Ibrahim Innocent, le seul moyen dont ils disposent est l'appui qu'accorde Intrahealth International à travers l'initiative société civile pour le repositionnement de la PF. «Cet appui est modeste et pour le moment, au niveau national, nous n'avons enregistré aucun appui de quelque nature que ce soit, raison pour laquelle nous sommes souvent très limités dans nos efforts. Nous sommes plutôt avec certains partenaires aux promesses de principe ».

C’est pourquoi le président du réseau des jeunes ambassadeurs pour la SR/PF lance un appel à l’Etat pour mener des actions concrètes en matière de santé reproductive des jeunes au Niger. «Il est vrai que des efforts ont été fournis, mais relativement à certains engagements, l’Etat doit mener des actions concrètes comme le financement adéquat de la planification familiale ou encore accélérer la finalisation en vue de l’adoption du décret d’application de la loi SR qui tarde encore ».

« Pour ce qui est des partenaires, nous plaidons pour un appui conséquent du plan stratégique PF 2017-2020 du Niger qui remplacera bientôt le plan d’action national PF et surtout un accompagnement considérable aux initiatives jeunes dans le cadre de la SR/PF car actuellement, cet appui est très minime ». Pour Ibrahim Innocent, il est aussi important d’associer pleinement les structures de jeunesse qui interviennent dans ce domaine si réellement on veut atteindre les objectifs que le Niger s’est assignés.

Enfin, les décideurs, et les partenaires doivent se rendre à cette évidence : « aucune action ou solution initiée ne peut donner le résultat escompté sans l’avis des véritables concernés sur toute la chaine, de la conception à la mise en œuvre », affirme le président du Réseau des jeunes ambassadeurs pour la SR/PF au Niger.

Idé Fatouma(onep)

 

08 decembre 2016
Source : http://lesahel.org/