mercredi, 21 décembre 2016 05:56

Soirée d’enregistrement en direct de l’émission ‘’Couleurs Tropicales’’ sur la radio RFI : Les talents musicaux du Niger à l’honneur sur RFI

Évaluer cet élément
(0 Votes)

Après la région de Dosso, c’était au tour de la région de Niamey d’accueillir vendredi dernier, au palais des congrès, la soirée d’enregistrement en direct sur la radio RFI de l’émission ‘’Couleurs Tropicales’’. Cette soirée s’est déroulée en collaboration avec le gouvernement du Niger, l’Assemblée Nationale, et le Ministère de la Renaissance Culturelle des Arts et de la Modernisation Sociale. Aussi, plusieurs sponsors dont l’Office National d’Edition et de Presse (ONEP) a apporté son concours.

C’est la quatrième (4ème) fois que l’émission ’’Couleurs Tropicales’’ animée par M. Claudy Siar et diffusée sur la radio RFI est enregistrée au Niger. Cependant, ces quatre (4) enregistrements ont été très espacés. En effet, l’avant dernière émission enregistré au Niger datait d’il y a quatre (4) ans et la première remonte à 20 ans. C’est du reste pourquoi, la présente soirée d’enregistrement en direct de l’émission ‘’Couleurs Tropicales’’ a fait salle archicomble. Le public était participatif et était conquis surtout à travers notamment les danses, ce, lors de chaque prestation des artistes. Des groupes musicaux ‘’Studio Shap Shap’’ à l’orchestre ‘’Tal National’’ en passant par la prestation solo du ‘’reggae man’’ Yoni Mamoudou, de Fati Mariko et son fils, l’ambiance a été portée à son comble.

La particularité de cette manifestation est qu’elle a permis aux musiciens, tout en leur offrant grâcieusement l’occasion de participer à l’enregistrement et à la diffusion de cette émission. «C’est un plaisir de revenir au Niger. C’est un instant indescriptible, un vrai moment de bonheur et de partage. Je fais partie de ces gens qui combattent pour nos pays d’Afrique et pour notre identité. J’en ai assez que l’on montre le Niger tel qu’il n’est pas. C’est vrai qu’il y a des difficultés comme partout ailleurs, c’est vrai qu’il y a Boko Haram, toutefois, ce n’est pas dans le quotidien des Nigériens. Nous avons marre qu’on parle toujours de l’Uranium et d’Areva. Le Niger vit, le Niger avance et c’est cela que nous voulons faire entendre aux quatre (4) coins du monde à travers la musique et au moyen de RFI » soutient l’animateur Claudy Siar.

Au terme de sa prestation la musicienne du groupe ‘’Studio ShapShap’’, Mme. Laetitia   Cécile explique qu’ils sont au nombre de six musiciens dans son groupe dont quatre Nigériens, un Tchadien, et elle-même qui est Runionnaise. Elle souligne qu’il est question à travers leur musique de démontrer qu’il existe un langage commun même quand on vient de divers horizons. «C’est important avec notre art d’illustrer la nécessité de se réapproprier la tradition pour mieux la dépasser. Nous n’avons pas besoin de faire une division entre le traditionnel et le moderne, le vieux et le nouveau. Il est mieux de mettre tout cela ensemble pour démontrer une identité culturelle. C’est cela qui reflète notre musique qui est, par ailleurs à cheval sur plusieurs genres» précise Mme. Laetitia Cécile.

Pour le spectateur Tchadien, M. Ahmat Mahamat Outman il était important de participer à cet évènement, car il écoutait les émissions ‘’Couleurs Tropicales’’ sur RFI depuis son Tchad natal, mais n’a jamais eu l’occasion de comprendre le mode d’organisation de cet enregistrement dans les coulisses.

Samira Sabou(onep)

21 décembre 2016
Source : http://lesahel.org/