jeudi, 22 décembre 2016 06:37

Visite du ministre de la Santé Publique à l’hôpital de district de Gawèye et au CHR de Poudrière : Constater les conditions de travail des agents et le fonctionnement des services

Évaluer cet élément
(0 Votes)

Idi Illiassou MainassaraLe ministre de la Santé publique, Dr Idi Illiasou MainassaraLe ministre de la Santé publique, Dr Idi Illiasou Mainassara a effectué, jeudi dernier, une visite qui l’a conduit successivement à l’hôpital de district du quartier Gawèye et au Centre Hospitalier Régional (CHR) Poudrière. Le ministre est allé voir les conditions de travail des agents, les problèmes auxquels ils sont confrontés et constater comment se fonctionnent ces hôpitaux. Il était accompagné dans ce déplacement par les cadres centraux du Ministère et ses proches collaborateurs. Après les visites, le ministre Idi Illiasou Mainassara s’est dit satisfait de l’engagement et la détermination des agents sur le terrain.

L’hôpital de district de Gawèye a constitué la première étape de la visite où la délégation ministérielle a visité la salle de l’échographie, de radiographie, celle d’hospitalisation des enfants et des femmes, les blocs opératoires, la salle de réveil, et la chambre froide pour la conservation des vaccins. Il a également visité la maternité Gawèye et le laboratoire d’analyse du district. A l’hopital Gawèye, le ministre a trouvé beaucoup de problèmes d’ordre matériel. Par exemple, au niveau du plateau technique du bloc opératoire, le lit est en mauvais état, la salle de réveil n’est pas opérationnel, un des deux microscopes que compte l’hôpital est tombé en panne. Ce centre hospitalier totalise 56 lits opérationnels pour toutes les unités confondues et accueille plus de 3000 malades par trimestre. Selon les responsables, plus de 600 interventions chirurgicales ont été effectuées dans ce centre dont 420 césariennes de janvier 2016 à la date de la visite. Sur place, le   ministre a instruit les responsables de trouver des solutions   rapides aux problèmes constatés.

Après l’hôpital de Gawèye, la délégation ministérielle s'est rendue au Centre Hospitalier Régional de Niamey, communément appelé Maternité Poudrière. Dans ce centre, le ministre a visité la salle d'accouchement, la salle d'ophtalmologie, les cabinets dentaires, les services O.R.L, ainsi que, le service de la pédiatrie qui accueille beaucoup d'enfants malades, surtout en cette période de froid. Il a également visité le Centre de Récupération Nutritionnelle (CRENI) et le service d’aiguillage. A la fin de ces visites, le ministre de la Santé Publique Dr Idi Illiasou Mainassara a déclaré avoir vu des agents à leur poste et travaillant parfois dans des conditions pénibles liées notamment à l'insuffisance du matériel, des salles, l'affluence des malades venant de toutes la périphérie de la capitale.

«C’est un constat de satisfaction qui se dégage après les différentes visites que nous venons d’effectuer. Il y a une amélioration sur le plan du respect des horaires du travail et la présence effective des agents sur le terrain. La qualité des soins a commencé à s’améliorer. Nous constatons également la disponibilité des médicaments qui est en train d’être effective à la maternité poudrière », a-t-il affirmé. Mais, le ministre de la Santé publique devait aussi souligner les difficultés qui persistent encore. « Nous avons identifié certains problèmes qui sont pris en compte. Je pense qu’on doit encourager les agents pour continuer dans ce sens afin d’améliorer la qualité des soins qui demande déjà un sacrifice et le respect des textes qui régissent le travail», a-t-il dit.

Selon lui, le respect des textes influencera la continuité des soins dans le sens où on trouvera des agents pendant les heures de service. « Aujourd’hui la garde redevient de plus en plus régulière dans tous les services. L’Etat quant à lui va continuer de façon progressive à équiper les centres de santé », a confié Dr Idi Illiassou Mainassara. Au niveau du CHR Poudrière, par exemple, les services d’urgence sont exigüs, selon le ministre. Cet état de fait est dû à l’augmentation des cas de morbidité et le flux des malades qui arrivent. « C’est pourquoi, nous avons initié des rencontres avec les différents responsables des structures de santé qui se trouvent dans la région de Niamey pour décongestionner les grands hôpitaux en faisant fonctionner les structures périphériques. Nous allons continuer à mettre la pression sur les responsables et les agents que d’ailleurs j’encourage et félicite à continuer dans la même dynamique », a-t-il dit. A la maternité Poudrière, le ministre a attiré l’attention des responsables sur la présence des spécialistes dans leurs lieux de travail. C’est le cas notamment des gynécologues, qu’il souhaite voir rester travailler matin et soir pour pouvoir satisfaire les patientes.

Seini Seydou Zakaria(onep)

22 décembre 2016

Source : http://lesahel.org/

Dernière modification le jeudi, 22 décembre 2016 06:56