jeudi, 19 janvier 2017 13:40

Spoliation des biens d'un Nigérian décédé au Niger : Bientôt une mission du Gouvernement nigérian à Niamey

Évaluer cet élément
(0 Votes)

Après avoir instruit sa représentation diplomatique à Niamey de transmettre la plainte des héritiers de Abdou Kamba au gouvernement du Niger à travers le ministère des affaires étrangères, les autorités nigérianes semblent désormais décidées à prendre la question à bras le corps. En effet, dans une note diplomatique en date du 11 octobre 2016, l'ambassade du Nigéria à Niamey prie le ministre des affaires étrangères nigérien à intervenir en vue de faciliter un règlement plus amiable de la question.

Dans cette note diplomatique, la représentant nigérian à Niamey a souligné qu'une poursuite judiciaire est en engagée depuis 2013 par les héritiers de Kamba pour abus de confiance et rétention illégale de documents de maison et d'argent contre un certain Adamou Amadou, banquier, et Djibo Ibrahim, notaire de son Etat. Aujourd'hui, c'est l'Etat nigérian qui serait sur le point de prendre le relais pour demander à son homologue du Niger à faire restituer les biens d'El hadj Kamba à ses héritiers. Cela, au nom des principes universels des droits de l'Homme. Du reste, selon des sources dignes de foi, le Président Buhari aurait pris la décision d'envoyer une mission à Niamey dans ce cadre et dans le respect mutuel. Cette mission sera bientôt à Niamey pour discuter avec les autorités nigériennes sur les contours de cette scabreuse affaire aux allures d'une escroquerie qui risque de provoquer un incident diplomatique entre nos deux Etats. En tout état de cause, à la lecture de la note diplomatique de l'Ambassade du Nigéria adressée au ministre des Affaires Etrangères du Niger, on peut aisément constater que la plainte des héritiers d'Abdou Kamba remonte à 2013.

Questions :

Pour quoi le Parquet n'a pas fait diligence depuis 2013 pour un dénouement rapide et heureux de l'affaire ?

Qu'est ce qui fait que les présumés accusés ne soient pas toujours inquiétés au vue de la gravité de l'acte posé ?

Après la note diplomatique, pourquoi il n'y a pas eu de coordination entre le Ministère des affaires Etrangères et le Ministère de la Justice pour un règlement rapide de l'affaire ?

Ce sont toutes ces questions qui taraudent les esprits et font douter d'une réelle volonté de l'Etat du Niger à s'engager dans le règlement de ce problème d'héritage qui est en train de ternir l'image de notre pays.

 

19 janvier 2017
Source : Le Courrier

Dernière modification le jeudi, 19 janvier 2017 21:04