Avertissement

JUser::_load : impossible de charger l'utilisateur ayant l'ID 62

ImageChez les Wodaabé, tribu peul du nord du Niger, ce sont les hommes qui se maquillent, se couvrent de costumes colorés et de bijoux, dansent et chantent pour séduire les femmes. A chaque saison des pluies, lors de cette cérémonie du Géréwol (culte de la beauté), chacune des juges désigne ainsi le plus beau... et l'épouse. «Je voulais tellement être choisi, mon coeur tremblait», raconte Efad Dadi, un vacher de 24 ans qui a participé la veille au concours à In Gall, non loin d'Agadez, dans le sud du Sahara.
Publié dans Société
ImageChez les Wodaabé, tribu peul du nord du Niger, ce sont les hommes qui se maquillent, se couvrent de costumes colorés et de bijoux, dansent et chantent pour séduire les femmes. A chaque saison des pluies, lors de cette cérémonie du Géréwol (culte de la beauté), chacune des juges désigne ainsi le plus beau... et l'épouse. «Je voulais tellement être choisi, mon coeur tremblait», raconte Efad Dadi, un vacher de 24 ans qui a participé la veille au concours à In Gall, non loin d'Agadez, dans le sud du Sahara.
Publié dans Société
ImageChez les Wodaabé, tribu peul du nord du Niger, ce sont les hommes qui se maquillent, se couvrent de costumes colorés et de bijoux, dansent et chantent pour séduire les femmes. A chaque saison des pluies, lors de cette cérémonie du Géréwol (culte de la beauté), chacune des juges désigne ainsi le plus beau... et l'épouse. «Je voulais tellement être choisi, mon coeur tremblait», raconte Efad Dadi, un vacher de 24 ans qui a participé la veille au concours à In Gall, non loin d'Agadez, dans le sud du Sahara.
Publié dans SOCIETE.
ImageChez les Wodaabé, tribu peul du nord du Niger, ce sont les hommes qui se maquillent, se couvrent de costumes colorés et de bijoux, dansent et chantent pour séduire les femmes. A chaque saison des pluies, lors de cette cérémonie du Géréwol (culte de la beauté), chacune des juges désigne ainsi le plus beau... et l'épouse. «Je voulais tellement être choisi, mon coeur tremblait», raconte Efad Dadi, un vacher de 24 ans qui a participé la veille au concours à In Gall, non loin d'Agadez, dans le sud du Sahara.
Publié dans SOCIETE.