Agadez : La présence des demandeurs d’asile inquiète la population

Asile Agadez EUropeDepuis l’installation du bureau du Haut-commissariat aux Réfugiés (HCR), ils sont nombreux des migrants soudanais, pakistanais et bangladais qui affluent vers la ville d’Agadez. Ces migrants qui quittent la Libye arrivent à Agadez où ils espèrent bénéficier des services du HCR et obtenir un asile avant de continuer vers l’Europe en toute légalité.

Déjà dans le cadre de cette migration mixte, grâce au profilage lancé par le bureau du HCR, il a été recensé plus de 1000 migrants demandeurs d’asile qui sont des Nigérians, des Centrafricains, des Soudanais. A ceux-là viennent s’ajouter selon certaines sources, des Soudanais, des Pakistanais et des Bangladais.

Une présence qui inquiète la population d’Agadez

La présence de ces nombreux étrangers originaires des zones qui ont et qui souffrent encore des conflits et terrorisme comme le Pakistan inquiète la population de la ville. Moussa ABAGHAN, un habitant d’Agadez confie au micro du journal « La Nation » : ‘’ Nous sommes habitués à la présence des migrants depuis quelques années. Notre ville est devenue un centre de transit pour les migrants. La ville est encombrée, mais ce qui nous inquiète beaucoup c’est le profilage pour déterminer des demandeurs d’asile. Depuis le début de cette activité, Agadez est devenue une ville d’accueil pour des migrants qui viennent de tous les horizons. C’est inquiétant parce que la plupart de ces migrants ne sont pas contrôlés et on ne sait pas qui ils sont. Je pense que nos autorités doivent être vigilantes. On a peur, surtout avec ces informations qui parlent de la présence des Pakistanais, des Soudanais du Darfour et même des Bangladais. Il y a ceux qui vendent des téléphones portables et d’autres articles mais on ne connait pas leur intention. Que le bon Dieu nous préserve de cette nouvelle situation à Agadez’’.

Ghoumour AKAL un autre habitant d’ajour : ‘’ Notre inquiétude, c’est ce flux migratoire nouveau. Nous voyons des migrants venir à Agadez mais personne ne peut savoir exactement quand est-ce qu’ils sont rentrés dans la ville. Dans la forme de la migration dont nous avons connaissance, c’est l’OIM qui appuie et qui raccompagne les migrants chez eux. Mais, ces derniers mois, on nous parle des migrants demandeurs d’asile donc qui peuvent rester tranquillement à Agadez, circuler librement. Ce qui fait surtout peur à la population, ce que ces demandeurs d’asile sont originaires des pays spécialisés dans des attentats. On a l’habitude d’entendre ce qui se passe au Darfour, au Pakistan et aujourd’hui si on nous dit que ces migrants ont fui les conflits chez eux et en Libye, alors on a peur qu’il n’y ait parmi eux ceux qui ont exporté la violence avec eux. A mon avis, les autorités ne doivent pas badiner avec la sécurité de leurs propres citoyens. Elles doivent être bien informées sur ce qui se passe, c’est-à-dire, qui sont ces demandeurs d’asile. On doit informer la population sur ce que font ces structures qui s’occupent de la migration à Agadez. Ces demandeurs d’asile sont des migrants qu’il faut bien suivre pour la sécurité de la population d’Agadez’’.

La présence du HCR attire les demandeurs d’asile

La présence du Haut commissariat aux Refugiés à Agadez fait partie de ce qui attire tous ces migrants demandeurs d’Asile. Le maire de la commune urbaine d’Agadez, Rhissa FELTOU apprécie la situation en ces termes ‘’ La présence du HCR à Agadez, c’est ce qui fait l’afflux de tous les migrants qui viennent aujourd’hui du Soudan et d’autres nationalités qui seraient aussi attirées par cette possibilité de pouvoir bénéficier de statut de réfugié. Nous ne sommes pas contre le principe de pouvoir protéger les refugiés et de les assister mais, il faut créer les conditions de pouvoir les accueillir. Aussi, les populations locales doivent-elles bénéficier aussi des retombés de cette politique pour améliorer les conditions leurs conditions de vie. Car très souvent, les migrants refoulés de l’Algérie et de la Libye restent à Agadez, et cela a un impact sur la vie sociale et économique de la ville. Tous ces refugiés sont rapidement après tri acheminés à Niamey où ils sont également pris en charge par d'autres organismes chargés de la protection des réfugiés ou demandeurs d'asile en Europe. Parmi eux, la majorité est constituée de soudanais. Toutefois, il y a d’autres nationalités notamment des Pakistanais et des Soudanais. C’est cette présence qui inquiète la population surtout que nous n’avons pas de frontière naturelle avec l’Europe. Cette inquiétude légitime est prise en charge par les autorités. La sécurité des populations et de la ville d’Agadez a été renforcée pour assurer d’avantage nos populations à se sentir tranquille et vivre en toute quiétude chez elle. Toutes les mesures sont prises pour assurer la sécurité des personnes et leurs biens. Nous demandons à nos concitoyens de garder leur calme. Les autorités suivent de près cette nouvelle situation que connait la ville d’Agadez’’.

Aux dernières nouvelles, une réunion de concertation est prévue dans le courant de cette semaine, au siège du HCR à Agadez pour créer un cadre dialogue afin d’apaiser les inquiétudes de la population relativement à cet afflux de demandeurs d’asile.

Issouf Hadan (Agadez)

05 mars 2018
Source : La Nation

Imprimer