Parcours du Pr Boubacar Ba : Cinq ans déjà que Monsieur nous a quitté pour un repos éternel

Boubacar Ba Pr NigerFeu Pr Boubacar BaNé à Say et déclaré à Diapaga/Fada N’Gourma, Pr Boubacar Ba, à l’image de sa naissance suivie de la déclaration, n’est pas un Nigérien ordinaire mais un Africain convaincu. Après avoir terminé son cursus académique avec brio, l’ancien camarade de classe du profess eur Dan Dicko Dan Koulodo, a parcouru plusieurs pays africains dans le but de contribuer à l’enseignement et à la recherche des sciences en Afrique ; et au-delà, contribuer au développement scientifique de l’Afrique Occidentale Francophone à cette aube des indépendances. Premier recteur de l’Université Abdou Moumouni de Niamey, cet africain au destin exceptionnel qui compta parmi ses étudiants un certain Issoufou Mahamadou, devenu Président du Niger, est décédé le 19 avril 2013 àParis à l’âge de 7 8 ans

Parcours d’enfance

Le professeur Boubacar Ba, affectueusement appelé le Recteur, est né le 29 décembre 1935 à Say, puis déclaré a Diapaga/Fada N’Goura où son père a travaillé pour l’administration coloniale en tant que fonctionnaire. Dès l’âge de 5 ans et alors qu’il en fallait 8 ans pour entrer à l’école, il suivit son frère de 7 ans à l’école de Diapaga et finit par se faire accepter par le Directeur Ouédraogo, père de l’un des premiers polytechniciens de l’Afrique francophone, le ministre burkinabé Philipe Oué- draogo. Le Directeur d’école voyait surement dans l’entêtement de cet enfant de cinq ans, un courage né- cessaire dans l’apprentissage de tout bon élève. L’école de Diapaga ne pouvait instruire au-delà de la classe de CE2. C’est ainsi que, quatre ans plus tard, Boubacar Ba et ses camarades étaient obligés de partir à Fada N’Goura, à 210 kiomètres de Diapaga, pour s’inscrire en classe de CM1, puis en classe de CM2 un an après.

En 1946, le collège moderne de Niamey fut créé et incluait l’enseignement des langues. Boubacar Ba faisait partie de la première promotion de cette école qu’il inté- gra à l’âge de 11 ans. Il eut pour condisciples Dan Dicko Dan Koulodo, Gonimi Boukar, Hama Idé, etc! Après avoir fini la seconde, le niveau le plus élevé du collège moderne de Niamey, Boubacar Ba, Dan Dicko Dan Koulodo et Yahaya Abdou furent choisis pour intégrer le lycée Van Vollenhoven de Dakar, actuel lycée Lamine Guèye. Ils passèrent deux ans à Dakar, en compagnie d’élèves du Dahomey (actuel Benin), de la Guinée, du Niger et de la Haute Volta (actuel Burkina Faso). Dès son arrivée à Dakar, Boubacar Ba s’est affirmé comme un surdoué en Mathématiques. Apres une première année d’études supérieures à Dakar, il entre en classe de Mathématiques supérieures au lycée Hoche de Versailles puis en Mathématiques spéciales au Lycée Louis le Grand, où il était le premier africain à avoir été admis.

De la France à l’Afrique et de l’Afrique à la France

Agrégé de Mathématiques en 1958, Boubacar Ba devint Attaché de recherche au CNRS et pensionnaire à la Fondation Thiers où il prépara sa thèse. Après un an à l’Université de Princeton aux Etats-Unis, il revint à Paris comme Attaché de recherche au CNRS. Chargé d’Enseignement à l’Université de Rennes, il soutient sa thèse d’Etat en 1965 et devient Maître de conférences. Malgré toutes les opportunités qui s’offraient à lui à cette période, Boubacar Ba décida de rentrer sur le continent africain afin d’apporter sa contribution à l’enseignement et à la recherche. Ainsi, il passa de Dakar où il est Maitre de conférences, à Madagascar où il est nommé Professeur des Universités, puis Directeur du Service de Mathématiques et Directeur de l’Institut de Recherche en Enseignements des Mathématiques. En 1971, Boubacar Ba revint au Niger où il devient Directeur du Centre d’Enseignement Supé- rieur de Niamey. Ce centre deviendra en 1973, l’Université de Niamey avec lui à sa tête en qualité de premier recteur, d’où son surnom affectueux de Monsieur le Recteur. Il sera par la suite nommé Professeur à l’Université Nationale de Côte d’Ivoire à Abidjan où il encadre plusieurs étudiants africains. En 1992, il est nommé à l’Université Paris 13 où il exercera jusqu’à son départ à la retraite en 1995. Paris où la mort l’a surpris en 2013.

Un illustre fils du Niger doublé d’un grand africain

Malade, Professeur Boubacar Ba s’est éteint le 20 avril 2013 entouré des siens à Paris. Comme le suggérait si justement son ami le Professeur Abou TRAORE, le cas du Professeur Boubacar BA doit interpeller les dirigeants africains sur e traitement qu’ils doivent réserver à leurs cadres de hauts niveaux. Pour son Fils Laurent, Monsieur le Recteur était habité par des valeurs telles que le sens de la discipline, la fraternité et la générosité, l’esprit d’analyse et de discernement, le courage mais aussi le cœur à l’ouvrage, sans omettre l’humilité, l’honnêteté et le don de soi, valeurs qui font de nos jours défaut à nos société perturbées.

Enfant issu d’une famille qui en comptera 16, Professeur Boubacar Ba a mis son intelligence et sa grande vivacité d’esprit au service du développement scientifique de l’Afrique et du rapprochement de ses peuples. L’Ambassadeur du Sénégal au Niger, SEM Abdou Khadir AGNE, dira de lui, lors de l’hommage qui lui a été rendu par le Groupe africain des Ambassadeurs et Consuls Généraux, que c’était « un illustre fils de Niger doublé d’un grand africain ». Cet éminent savant discret et aimant vivre dans l’ombre, était décrit par ses proches comme un homme d’une grande simplicité, très ouvert d’esprit et surtout redoutable dans les débats.

Pour honorer sa mémoire et se rappeler de sa grandeur scientifique et de son don de soi, les autorités de la 7ème République du Niger ont décidé de donner son nom à l’université de Tillabéry. Pour rappel, le Président du Niger, SEM Issoufou Mahamadou, ainsi que l’actuel Ministre du Pétrole, M. Foumakoye Gado, furent parmi ses premiers étudiants.

Souleymane Yahaya (Stagiaire)  

06 juin 2018
Source : http://www.lesahel.org/

Imprimer E-mail

Les Résidences Goggodou : Le coin chic pour se loger à Niamey

Société