Les pharmacies par terre à Niamey : « Des médicaments soignent tout »

Pharmaciens Faux NigerSous le regard résigne des autorités sanitaires, dans notre pays, comme dans la plupart des pays de la sous région,  à côté des pharmacies légalement reconnues, on trouve de plus en plus des pharmacies non conventionnelles, qui officient dans l’informel au grand dam de nos populations. Ces pharmacies sont tenues régulièrement par des analphabètes qui ne maitrisent rien en médecine.

Ils déambulent à longueur de journée souvent dans une atmosphère poussiéreuse et caniculaire avec les bras charges de ces médicaments. Et ou dans des pousses-pousses. Au niveau des marchés, ils ont généralement des étals qui croulent sous le poids  de ces " poisons" qui font des victimes. "Ils sont nombreux ceux qui dès qu’ils souffrent d' un mal quelconque s’approvisionnent auprès de ces pharmacies ambulantes. Et souvent malheureusement en lieu et place de soins ces produits aggravent leurs cas  et avant leur transfert dans un centre de santé ils perdent leurs vies" nous explique Mme Maiga Zara technicienne en soins infirmiers à l’Hôpital National de Lamordé. Selon, elle, ce phénomène gagne de l’ampleur, des mesures ardues doivent être engagées en vue de lutter contre l’automédication.

Dans la capitale Niamey, avec l'arrivée des premières pluies, des rues commerçantes bruyantes où produits de consommation, immondices et eaux stagnantes et puantes cohabitent dans une parfaite symbiose, le mal va s'empirer. C est la période des maladies et surtout l’une des maladies qui causent le plus de décès : le paludisme. Au grand marche de Niamey, dans ces pharmacies à ciel ouvert, le client a l' embarras du choix, il trouve du tout, des produits soigne tout de provenance inconnue, des fruits du trafic, de détournements de sticks des hôpitaux et ou des pharmacies. Des produits à indicateurs écrits en anglais, en mandarins, en arabe, en chinois.....ils sont expliqués par des vendeurs illettrés. Et vous disent fièrement et avec insistance que c’est un bon produit, avec des témoignages, ça soigne telle ou telle maladie avec effet immédiat ou au pire des cas d’ici trois à sept jours.

Pourtant, depuis plusieurs années, des campagnes de sensibilisation sont menées contre ces médicaments de la rue, mais malheureusement le phénomène prend de l’ampleur comme si l' on prêchait dans le désert.

Il est temps que les autorités prennent leurs responsabilités, comme ce fut le cas de la fermeture de plusieurs centres de soins de santé dans le pays.

On rappelle, suite aux missions d' inspections des établissements privés de santé diligentées par les services compétents du Ministère de la Santé publique au cours du mois de mai dernier. Il a été relevé des insuffisances  au niveau de plusieurs établissements. Conformément aux textes en vigueur dans notre pays, le Ministre de la Santé Publique Dr Illiassou Idi Mainassara a ordonné purement et simplement leur fermeture. Pour améliorer la qualité des soins  aux populations nigériennes la prolifération des faux médicaments doivent notamment subir le même sort.

Tobo Altiné
Source : https://www.nigerdiaspora.net

Imprimer E-mail

Les Résidences Goggodou : Le coin chic pour se loger à Niamey

Société