Fermeture des Médias mal-pensants : Le DG de la Télévision Dounia se défend

Zarami Mamadou Mamane DG DouniaL’information de l’Hebdomadaire « Le Courrier », condamnant les faveurs faites à certains médias indépendants proches du régime en place par rapport au paiement des impôts, a piqué au vif le Directeur de la Télévision Dounia, Zarami Mamadou Mamane. C’est un rappel, nous avons rapporté la semaine dernière que l’organe dirigé par ce communicant hors-pair de « Guri système » n’a pas été soumis à la pression fiscale que subissent de jour comme de nuit les autres organes dont l’indépendance et la rigueur dans le traitement de l’information n’est plus à démontrer. C’est en substance ce que « Le Courrier » a donné comme information. Très dérangé par cette révélation qui l’a mis certainement mal à l’aise, surtout vis-à-vis de ses autres collègues responsables des radios et télévisions privées, le DG de Dounia nous a saisi au téléphone pour donner sa version des faits. Selon lui, le Groupe a été sommé de payer une somme qui avoisine 118 Millions FCFA, montant qu’il s’est engagé à payer sur la base d’un échéancier d’un (1) million par mois. Ce dernier a même promis de nous envoyer une copie de notification de paiement dudit montant, lequel document que nous n’avons pas reçu à cette date. Soit ! « Le courrier » prend acte de ces éléments d’informations mis à sa disposition par le DG de Dounia à travers un échange téléphonique. Il faut souligner que sur la base de cette proposition depaiement, le Groupe de Mamane Mamadou mettra près de dix (10) ans avant de payer l’intégralité du montant qui lui aurait été notifié par les services des impôts. Pourtant les médias qualifiés « d’ennemis » par Massaoudou Hassoumi ont été systématiquement fermés aussitôt après épuisement de leurs délais de grâce alors même qu’ils ont fait la même proposition de paiement que Dounia.

Leurs bureaux demeurent fermés à cette date et ont même été carrément interdits d’émettre.Un de ces médias mal-pensants a même proposé de verser la somme de dix (10) millions sur les 30 réclamés, assortie d’un échéancier de versement d’un million par mois. Mais sa proposition, tout comme celles faites par les autres « médias ennemis », n’a pas rencontré l’agrément des services des impôts qui auraient carrément demandé à leurs responsables de voir avec la hiérarchie, qui est ici le Ministre des finances Massoudou Hassoumi. Alors question : S’il n’y a pas eu traitement de faveur, pourquoi l’échéancier d’un (1) million par mois proposé par Dounia a été accepté contrairement à d’autres qui ont vu leur proposition rejetée ? Voilà pourquoi, au journal « Le Courrier » nous considérons que cette histoire de redressement fiscal n’est qu’un usage détourné d’un service de l’Etat à des fins de règlements des comptes contre les médias taxés d’ « ennemis » par le même Massoudou Hassoumi, à l’époque ministre de l’intérieur.

Alpha  

29 juillet 2018
Source : Le Courrier

Imprimer