La CENOZO forme des journalistes sur le ''Reporting basé sur les preuves et le journalisme d'investigation''

CENOZO Journaliste investigation Ouaga 2018La Cellule Norbert Zongo pour le journalisme d'investigation en Afrique de l'Ouest (CENOZO) a lancé le 30 juillet à Koubri, une bourgade située à 25km au sud de Ouagadougou la capitale Burkinabé, la première session de formation de son nouveau programme dénommé SAHEL. Un programme qui vise à outiller des journalistes du Burkina Faso, du Mali et du Niger avec des techniques innovantes et opérantes d'investigation journalistique. Cette première session, de quatre jours, a réunit une vingtaine de journalistes en provenance de ces trois pays et a porté sur ''Le Reporting basé sur les preuves et le journalisme d'investigation''.

L'ouverture de la session a été présidée par le chargé de la formation au sein du conseil d'administration de la CENOZO, le Nigérien Moussa AKSAR, qui a particulièrement insisté dans son allocution sur le besoin d'avoir en Afrique, particulièrement au Sahel, un nouveau type de journalisme : ''Un journalisme de vérité, totalement dévoué à la construction démocratique dans nos pays... pour une transformation positive de nos sociétés''. Pour lui, les journalistes réunis à Koubri pour cette session constituent la ''pépinière'' de ce nouveau type de journalisme. Raison pour laquelle il les a invité à saisir l'opportunité qui leur est ainsi offerte ''d'être des acteurs de changement'' dans leur pays respectifs mais aussi dans la sous-région.

Moussa Aksar a par ailleurs remercié le partenaire de la CENOZO dans ce projet qu'est International Media Support (IMS). Cette première session a été animée par l'expérimenté journaliste d'investigation d'origine sénégalaise Tidiane Sy et l'équipe d'Internews au Burkina experte en journalisme sensible au conflit.

Abdoul-Razak IDRISSA, membre de la CENOZO

04 août 2018
Source : https://www.facebook.com/notes/cenozo/

Imprimer