A qui appartient l’immeuble qui fait face à Bosso ?

A qui appartient l’immeuble qui fait face à Bosso ? La construction du mur de l’immeuble, qui fait face au collège Bosso et qui devrait selon certaines sources abriter le siège de MCC, suscite aujourd’hui beaucoup de commentaires, surtout des grincements de dents au sein des populations de Niamey. Ce mur qui déborde jusqu’au bord de la route sous le nez des responsables de la commune 1 est une véritable insulte contre les usagers en particulier et les populations de Niamey en Général. Des populations qui ont assisté impuissamment à la destruction de leurs petits commerces et autres kiosques par les autorités de Niamey dans le cadre du projet bancal dit « Niamey N’yala ». Avec la construction de ce mur qui apparemment ne respecte aucune norme, les Nigériens se posent la question de savoir à qui appartient l’immeuble ? Une question qui mérite d’être posée, au vu de l’architecture de l’immeuble et du pouvoir dont apparemment dispose son propriétaire. D’ailleurs, selon des sources dignes de foi, d’autres habitants de la commune 1 auraient décidé d’élargir également les murs de leurs maisons sur les mêmes tracées que le mur du bâtiment de MCC. La construction de ce mur renseigne bien sur la pratique de l’injustice par le pouvoir de Niamey. En fait à qui appartient l’immeuble ? Allez-y savoir ! Car les langues comptent bien se délier. Pour l’heure, on se demande pourquoi le programme américain qu’est le MCC n’aurait pas cherché à savoir les contours du bâtiment avant la signature du contrat de bail. Cela est d’autant plus vrai, car les Américains sont attachés à la bonne gouvernance et à la démocratie. Des principes auxquels le Niger s’est éloigné depuis quelques temps. En tout cas, dans des milieux de la commune 1, l’immeuble appartiendrait à quelqu’un qu’on n’imaginait pas. Vrai ou faux. Pour l’instant, l’on sait que le terrain sur lequel se dresse le bâtiment appartenait à un grand militant du PNDS, actuellement très proche du pouvoir. En tout état de cause, Le Courrier cherchera à savoir.

A.S 

05 août 2018
Source : Le Courrier

 

Imprimer