Faits divers / Deux cas de prise d'otages, avec demande de rançon, déclarés dans le département de Madarounfa

Deux cas de prise d'otages, avec demande de rançon, déclarés dans le département de MadarounfaConséquences de l'insécurité persistante dans le Zanfara ? Les villages frontaliers des communes de Gabi et Safo sont désormais sous haute surveillance. Une surveillance qui donne bien de résultats, car depuis la prise en main par les autorités locales et régionales du problème, plus aucun cas de kidnapping avec demande de rançon n'a été enregistré.

Il s'est pourtant passé quelque chose au mois de juin dans les villages frontaliers de Elkiyaou et de Garin Magé, commune rurale de Gabi, où deux personnes dont un adolescent de 14 ans environs, ont été kidnappées et prises en otage, avant d'être libérées après paiement d'une rançon par leurs proches. Les autorités sur place n'ont été mises au courant par les familles des victimes qu'après avoir payé les rançons. Mieux, les victimes refusent de donner des détails sur les conditions de leur rapt et de leur libération. Le plus remarquable dans la gestion de cette nouvelle forme d'insécurité au Niger, a été la grande réactivité développée par les autorités départementales et coutumières du département de Madarounfa. Elles ont immédiatement activé leur réseau d'alerte et de vigilance en collaboration avec les FDS déployés tout au long de cette frontière, ce qui permit de dissuader les pratiquants de nouveau commerce. Une gestion appréciable de la sécurité à l'échelon locale que le Gouverneur Zakari Oumarou a tenu à féliciter en remerciant publiquement le Préfet Harouna Maidabo lors de la mission de supervision de la campagne agricole 2018 conduite par le ministre de la défense Kalla Moutari.

El Kaougé Mahaman Lawaly

17 août 2018
Source : Le Souffle de Maradi

Imprimer E-mail

Société