Visite du ministre du Commerce et de la Promotion du Secteur Privé dans trois grands marchés de bétail de Niamey : ‘’Les prix des moutons sont relativement abordables dans les marchés que nous avons visités ‘’, a déclaré M. Sadou Seydou

Sadou Seydou Visite TourakouLe ministre du Commerce et de la Promotion du Secteur Privé, M. Sadou Seydou a effectué hier, 20 Août 2018, une série de visites dans trois grands marchés de bétail de la capitale pour d’une part s’imprégner de la disponibilité des moutons et d’autre part recueillir des informations sur les prix à l’avant-veille de la fête de l’Aïd el Kébir ou fête de Tabaski. En effet, le sacrifice de mouton ; de chèvre ; de bœuf ou de chameau est recommandé à tous les musulmans ayant les moyens de s’en procurer. Avec une délégation composée du gouverneur de la Région de Niamey ; des cadres centraux du Ministère et des représentants des syndicats des commerçants, le ministre du Commerce et de la Promotion du Secteur Privé s’est rendu successivement aux marchés de bétail de Tourakou ; du 5ème arrondissement et de l’aéroport.

La démarche du ministre du Commerce et de la Promotion du Secteur Privé reste constante. Comme il l’a fait en début du mois béni de Ramadan, le ministre Sadou s’est rendu cette fois-ci en cette veille de la fête de Tabaski dans ces trois grands marchés de bétail de la capitale. En effet, les regards des pères de famille sont, ces derniers temps, tournés vers les marchés de bétail où les moutons du sacrifice se trouvent exposés en vente. De Tourakou en passant par le marché de bétail du 5ème arrondissement et de celui de l’aéroport, le ministre du Commerce et de la Promotion du Secteur Privé et sa délégation ont échangé aussi bien avec les responsables de ces marchés que les vendeurs sur la provenance des animaux ; la disponibilité et les prix.

La délégation a remarqué que la spéculation sur des prix a déjà commencé. C’est pourquoi, le ministre du Commerce et de la Promotion du Secteur privé a demandé aux vendeurs de ne pas minimiser les petits bénéfices qu’ils gagnent sur les moutons. « Il ne sert à rien d’amener des moutons jusqu'à Niamey, les entretenir une semaine ou plus et retourner au village avec. Le prix d’aujourd’hui sera toujours meilleur au prix d’après la fête », a conseillé le ministre du commerce.

A l’issue de cette visite, le ministre Sadou Seydou a d’abord fait remarquer que pour les familles, les dépenses liées à la fête de Tabaski sont plus préoccupantes que celles de la fête de Ramadan. « Nous avons jugé utile de visiter ces différents marchés de bétail pour avoir une idée claire sur les prix. Au Niger, nous n’avons pas un problème d’approvisionnement. Nos marchés de bétail sont bien remplis de moutons. Ils continuent de recevoir de nouveaux arrivages en provenance des marchés de l’intérieur du pays. Comme je l’avais dit lors de mes visites pendant le mois béni de ramadan, il faut que les vendeurs des moutons regardent la population. Quand on peut aider son prochain, il faut le faire sans hésitation », a rappelé le ministre avant de souligner que les prix des moutons sont relativement abordables à deux jours de la fête aussi bien à Niamey qu’à l’intérieur du pays conformément aux informations qui lui sont parvenues.

« Nous avons remarqué une timide affluence des clients dans les marchés. Mais cela est du au fait que les populations craignent surtout les ‘’visiteurs de nuit’’ et la difficulté liée à l’entretien de la bête. C’est ailleurs la raison pour laquelle certains adoptent la stratégie qui consiste à acheter l’animal et le laisser au soin d’un vendeur qu’on connait dans le marché», a conclu le ministre Sadou Seydou.

Hassane Daouda(onep)

21 août 2018
Source : http://lesahel.org/

Imprimer