Zinder/Commune Rurale de Tenhya : Dans l’attente d’une mini AEP et du réseau de téléphonie mobile

La Commune rurale de Tenhya a été créée en 2004 après les élections locales qui consacrent le transfert des compétences aux entités de proximité. Elle est située au Nord–Est de Tanout à 80km après trois heures de route sur une piste sablonneuse. La population de cette Commune d’une superficie de plus de 16.000 km carré est estimée en 2012 à 32.057 habitants.

D’après M. Rhissa Mohamed, maire de ladite commune, l’Etat a appuyé en 2017 -2018 la commune, à travers le fonds de péréquation qui a servi à la réhabilitation du forage, du siège de la commune et l’achat d’un tracteur. Le Projet Lux Développement a volé au secours de la commune dans le secteur de l’éducation, à travers la formation des enseignants et un appui aux cantines scolaires. « Un puits construit chaque année par l’Etat est très insuffisant en zone pastorale », a fait remarquer le maire de Tenhya qui indique par ailleurs que le chef-lieu de la commune est doté d’un puits pastoral où les populations s’approvisionnent en eau de consommation.

« Le souhait le plus ardent des communautés de base est de voir l’Etat procéder à l’installation d’une mini-AEP dans notre commune pour nous adapter aux conditions d’exploitation d’un point d’eau moderne à l’image des grandes villes du Niger », a précisé le maire de Tenhya. Les filets sociaux interviennent depuis trois ans avec des activités liées au Cash for Work au niveau de deux sites de récupération des terres et l’aménagement des mares. Le PAC3 est un partenaire de la Commune de Tenhya pour avoir doté cette entité administrative d’un siège et financé également la construction de plusieurs classes et l’installation de cinq banques céréalières. Une aire d’abattage a été implantée à Abdounézé et une case de santé a été réhabilitée par ce projet. En outre, plus de 200 ha de terres dégradées ont été récupérées et des écoles équipées à Dréraman.

L’autre appui salutaire de l’Etat a trait à la mise en place chaque année des céréales destinées à la vente à prix modérés et la distribution gratuite des vivres aux personnes vulnérables, a expliqué le Maire de Tenhya. Au plan fiscal, en 2018, le budget général prévisionnel de la commune était de 20 millions de FCFA tandis que le recouvrement se chiffrait à 4 Millions 500.000 FCFA. « L’incivisme fiscal est très aigu ici à cause des mouvements perpétuels des populations », a révélé le maire de Tenhya qui ajoute que le Conseil communal a élaboré dans le cadre de l’Initiative 3N plusieurs dossiers soumis au PAC 3 et relatifs à l’aménagement des mares, la récupération des terres, la formation des jeunes, l’appui aux groupements des jeunes et des femmes et la reconstitution du cheptel.

Le vol de bétail (gros et petits ruminants) constitue l’une des préoccupations majeures des administrés de Tenhya qui s’étonnent de voir leur capital bétail se volatiliser entre les mains invisibles des groupes organisés qui écoulent leurs marchandises vers les marchés des régions de Maradi et de Tahoua. « Les patrouilles mixtes départementales au-delà de la sécurisation des récoltes pour prévenir les conflits champêtres doivent s’intéresser à la sécurisation du cheptel », propose le Maire de Tenhya qui se plaint par ailleurs du fait que sa commune ne soit pas encore couverte par le réseau téléphonique. « Ce qui du reste favorise la multiplication de plusieurs actes de banditisme, trafic d’armes et de migrants » estime M. Rhissa Mohamed.

« Pour des raisons de rentabilité économique probablement, les Agences de téléphonie mobile tardent à s’installer dans notre commune. Nous estimons que l’Etat doit exercer une pression particulière pour nous permettre d’accéder aux réseaux mobiles de téléphonie », explique le maire de Tenhya d’une voix pathétique. « Nous sollicitons un appui de la Haute Autorité à la Consolidation de la Paix pour nous aider à régler certaines questions liées à la sécurité en particulier et au développement de notre commune en général », plaide M. Rhissa Mohamed. Il a enfin salué les relations cordiales qui existent entre les autorités préfectorales et traditionnelles avec les autorités communales. « Les cinq agents de la commune ne connaissent pas d’arriérés de salaires à l’image de certains fonctionnaires des communes de la région de Zinder », se félicite le Maire de Tenhya en dépit du faible taux de recouvrement des impôts et taxes qui affecte cette Entité.

Siddo Yacouba, ANP-ONEP/Zinder

23 janvier 2019
Source : http://lesahel.org/

Imprimer E-mail

Société