Niamey /Divagation des animaux : Les attitudes à observer en présence des chiens et chats errants

De nos, l’on assiste de plus en plus à une prolifération des chiens errants dans les rues, les quartiers, les places publiques et autour des poubelles à la recherche de la nourriture. Ces animaux ‘’en liberté’’, sans propriétaires. Donc sont souvent agressifs et constituent de ce fait, un danger pour la vie et la sécurité de la population.

Selon la directrice régionale de l’élevage, Dr Issoufou Halimatou Adamou, les chiens et les chats errants sont parfois porteurs du virus de la rage. «Ce virus est rapidement transmis à l’homme et à l’animal essentiellement par morsure, griffure ou même par léchage sur les plaies en particulier par les chiens et ou les chats infectés», prévient-elle, précisant toutefois qu’il y a des vaccins sûrs et efficaces pour prévenir cette maladie. A Niamey, la direction régionale de l’élevage déploie plusieurs moyens pour lutter contre la rage à travers la mise en œuvre d’une stratégie nationale efficace visant l’élimination de la rage. Dans le cadre de cette stratégie, la direction de l’élevage et les services de l’élevage mènent plusieurs actions entre autres la vaccination préventive des populations. «Ainsi, dès qu’une personne est mordue, il faut immédiatement l’amener au niveau des services de santé le plus proche» rappelle Dr Issoufou Halimatou Amadou.

En outre, à l’occasion de la journée internationale de lutte contre la rage, célébrée le 28 septembre de chaque année, les services de l’élevage mènent une campagne de sensibilisation des populations et en particulier pour rappeler aux propriétaires d’amener leurs chiens pour une vaccination gratuite. «C’est aussi une occasion pour mettre en exergue, les effets néfastes de cette maladie sur l’homme et l’animal» a-t-elle dit. Au cours cette campagne, «nous présentons les moyens pour prévenir et réduire sa propagation» a indiqué la Directrice régionale de l’élevage. Mme Issoufou Halimatou Adamou a, en outre, ajouté que les services de l’élevage effectuent aussi chaque fois des sorties répressives et des abatages pour pouvoir diminuer ces chiens errants au niveau de la ceinture verte et des places publiques de la ville car ces chiens constituent une menace. «Quand une personne mordue se présente à notre direction, la première chose à faire c’est de demander au propriétaire d’amener le chien pour le mettre en observation pendant quelque temps et s’assurer que l’animal n’a pas la rage» a-t-elle expliqué.

Concernant le traitement de cette maladie, la directrice régionale de l’élevage précise que quand la rage se déclare, elle évolue inéluctablement vers la mort parce qu’il n’y a pas de traitement efficace contre la rage une fois que le patient manifeste des signes. «C’est pourquoi, dès que il y a un cas de morsure, il faut laver la plaie avec un savon «lavibel» pour désinfecter cette plaie et ensuite l’amener pour qu’elle puisse recevoir les premiers soins à l’hôpital», a-t-elle conseillé. «Au niveau de nos services nous mettons en observation le chien puisque la durée d’incubation est deux semaines. Après les deux semaines d’observation si le chien ne présente aucun signe de rage, nous pouvons déclarer que le chien n’est pas infecté et que la personne mordue peut arrêter le traitement. Mais si le chien est contaminé avant les deux semaines, il (le chien) va mourir» explique-t-elle indiqué.

La directrice régionale de l’élevage a rappelé que l’année passée, ses services ont vacciné plus de 500 chiens à travers plus de 4 sorties répressives et plus de 300 doses de vaccin offert gratuitement et 10 doses humaines pour les personnes à risque. «Au cas où, un mouton est mordu par un chien enragé, nous conseillons de l’abattre automatiquement avant que le virus n’atteigne les autres parties du corps, d’enlever la partie qui a été mordue avant de consommer les autres parties. Mais au-delà de 24h on suppose que le virus peut se propager partout donc il est conseiller de pas manger l’animal», conseille-t-elle. D’ailleurs, il est préférable de ne pas consommer de ne pas consommer la viande d’un animal mordu par un chien enragé

En terme de recommandation, Mme Issoufou Halimatou Adamou a appelé les propriétaires de ces animaux domestiques de les faire vacciner contre la maladie ; de d’éviter tout contact avec les animaux inconnus en particulier les chiens et les chats ; d’interdire aux enfants de ne pas jouer avec les chiens inconnus et les encourager à signaler toute contact, morsure ou griffure par un animal inconnu ou suspecté de rage.

Yacine Hassane(onep)

13 février 2020
Source : http://www.lesahel.org/

Imprimer E-mail

 #findesviolencesfaitesauxfemmes#findesviolencesfaitesauxfemmes

 

Société