Avertissement

JUser::_load : impossible de charger l'utilisateur ayant l'ID 62

Imprimer cette page
samedi, 30 juin 2007 19:57

Niger-Sénégal,pour la finale de lutte par équipe: Le choc des habitués

Évaluer cet élément
(0 Votes)
Les amateurs étaient au nirvana, lors de cette première journée des huitièmes championnats d’Afrique avec l’enchaînement de belles chutes et de gestes de génie. Au finish, c’est le Sénégal et le Niger qui vont disputer la finale aujourd’hui au niveau des équipes. Que dire ? Cette première journée des huitièmes championnats d’Afrique de la lutte a été une conjugaison de plaisirs et de jouissances.

 

NigerdiasporaIl y avait des sentiments de joie dans cet océan de bonheur et de délire où le peuple de l’arène a passé son temps à se pourlécher les babines. L’arène Iba Mar Diop a certainement égrené, hier les mélodies nostalgiques de ses après-midi de gloire avec la succession des gestes d’orfèvres et de gestes de génie. Au finish de cette journée riche en chutes spectaculaires, la surprise ne s’est pas invitée dans l’arène continentale. Les habitués aux délices des victoires continentales ont passé la soirée d’hier à savourer leur triomphe. Comme toujours, ils sont presque seuls dans cette arène qu’ils régentent à tour de rôle. Le Sénégal et le Niger sont de nouveau sur le podium africain pour se disputer le leadership au niveau des équipes.

Dans les gradins, pleins à craquer, et aux alentours du stade Iba Mar Diop, ils ont mis tout le monde d’accord sur leur talent indéniable devant des supporters ahuris par les prouesses techniques des différents athlètes décrochant des «oh» de ravissement du peuple de l’arène. L’ambiance avait également atteint son summum dans l’arène longtemps badigeonnée de chaleur et de candeur. Et les lutteurs et le public ont longtemps été tenus en haleine par les voix sensuelles et suaves des cantatrices sérères Mayer Ndeb et de Khady Diouf qui déchiraient la quiétude de la Médina, capitale de la lutte africaine. Dans l’enceinte de l’arène, chaque lutteur a essayé de répéter ses gammes techniques pour mettre sur ses jougs ses adversaires. Finalement, ce sont les habitués qui vont se disputer la timbale. Placé respectivement en tête de la Poule A et B, le Sénégal et son rival Nigérien ont étalé leur suprématie sur la lutte continentale au niveau des équipes.

Les Lions qui partageaient leur poule avec le Burkina Faso, le Nigeria, n’ont pas tremblé, ni forcé leur talent pour terminer à la tête. La galaxie d’Ambroise Sarr constituée de Lamine Seck (65 kg), Babou Seck (75kg), Abdoulaye Thiam (85 kg), Joseph Moundor Seck (100 kg) et le capitaine Auguste Sène ont survolé leurs adversaires en décrochant huit victoires sur dix combats en multipliant des hanchers, des rotations ou des crocs-en jambes dans des combats où il était interdit de s’agripper sur le nguimb de son vis-à-vis. Seuls Abdoulaye Thiam et Abdoulaye Seck ont perdu leurs combats. Que dire de cette rotation du capitaine sénégalais devant le pauvre Burkinabè Joe Denis qui n’a tenté aucune résistance après quelques secondes de combat. Ou de Joseph Seck qui a envoyé choir avec l’insouciance de son savoir-faire Eza Fodé du Nigeria avant de le déposer sur le gazon d’Iba Mar Diop. Il faut tout de même relever que le mulet nigérian est en train de prendre de la cervelle au niveau de cette discipline. En réussissant à laminer le Burkina Faso (5 victoires sur 5 combats), le Nigeria a obtenu la seconde place de son groupe avec 6 victoires (contre quatre défaites) avec l’honneur de disputer la troisième et la quatrième place de la compétition devant la Mauritanie qui a terminé derrière le Niger.

Dans la poule B, le génie nigérien n’a pas trop souffert de l’adversité en compagnie de la Gambie et de la Mauritanie. Comme attendu, ils ont terminé en tête de leur groupe en décrochant sept victoires et trois défaites. Derrière, la Mauritanie a laissé entrevoir une certaine étendue de son talent en réussissant à obtenir cinq victoires, laissant à la Gambie le soin de porter le bonnet d’âne de ce groupe. Ici, les Nigériens ont démontré leur art en offrant des facettes insoupçonnées de leur talent comme la succession des chutes spectaculaires avec les rotations et des crocs-en-jambe.

Bref, ces huitièmes championnats n’ont fait que confirmer la hiérarchie continentale avec cet habituel duel Sénégal-Niger pour la finale d’aujourd’hui. Comme à Niamey l’année dernière, leurs chemins se croisent à nouveau pour la conquête continentale. Une revanche servie au peuple de l’arène.

Bocar SAKHO

30 Juin 2007
Publié le30 Juin 2007
Source: http://www.lequotidien.sn/

Dernière modification le mardi, 28 février 2012 13:15

Dernier de