Avertissement

JUser::_load : impossible de charger l'utilisateur ayant l'ID 88

Annonce

Lack of access rights - File '/images/stories/fenifoot_niger.jpg'

samedi, 25 juillet 2009 13:10

Le Colonel Djibrilla Hima Hamidou va présider aux destinées du football nigérien

Évaluer cet élément
(0 Votes)
fenifoot_nigerLe Colonel de l’armée nigérienne, Djibrilla Hima Hamidou va etre porté samedi à la tete de la Fédération nigérienne de football (FENIFOOT), ses deux autres challengers ayant décidé vendredi de se retirer de la course, a constaté APA.

« Nous avons décidé de nous désister en faveur du Colonel Djibrilla. (…) Notre acte s’inscrit pour la sérénité au sein de notre football qui a plus que besoin de cohésion.

Nous nous engageons à l’aider aussi une fois élu à la tête de la FENIFOOT » a indiqué à la presse, l’un des candidats Oumarou Diambeidou, au sortir d’une audience avec le Premier ministre du Niger, qui a reçu les trois candidats.

Les trois candidats officiellement déclarés étaient Oumarou Diambeïdou, Mamane Mansour Hadj Daddo et le Colonel Djibrilla Hima Hamidou.

Déjà assuré de sa victoire, le Colonel Hiama Hamidou a félicité les deux autres candidats « pour leur acte patriotique et responsable », qui présage « de lendemains meilleurs pour le football nigérien ».

« Nous étions candidats. Chacun battait campagne, mais nous n’avions eu de cesse à nous rencontrer et échanger » a-t-il dit.

Président de l’Association sportives des Forces armées nationales (ASFAN), le Colonel Hima Hamidou dit Pelé est le plus jeune des trois candidats. Favori des sondages, il se veut comme « l’homme de l’alternance ».

Le collège électoral est composé des clubs de 1èredivision, au nombre de 20, avec 3 voix pour chacun, ceux de 2ème division (99) 1 voix chacun et chaque ligue régionale 2 voix, soit un total de 175 voix.

Cette élection intervient quelques jours avant la fin du mandat du président sortant, le Colonel Amadou Diallo, qui a remis sa démission, le 4 avril dernier, au lendemain de la disqualification de l’équipe nationale des moins de 17 ans, le « Mena » cadets, par la Confédération africaine de football (CAF), pour des « irrégularités » dans les documents officiels du Niger, lors de la Coupe d’Afrique des nations (CAN) de la catégorie à Alger.

Suite à cette disqualification, le Chef de l’Etat nigérien, Mamadou Tandja, a promis le 7 mai dernier de faire « toute la lumière » sur cette sanction infligée au Niger, affirmant qu’il est « regrettable que cette affaire soit venue briser l’élan de notre Onze national cadets à un moment où toute la nation avait placé sa confiance en lui ».

Par le passé, le ministre des Sports, Abdourahamane Seydou, avait été limogé du gouvernement, le 14 mai dernier. Officiellement, aucun lien n’a été établi entre cette révocation et la suspension du « Mena » cadets.

La disqualification du Niger est intervenue à la suite d’une plainte de la Fédération de football du Zimbabwe, qui a porté une réserve contre des joueurs du Mena pour falsification d’âge.

Après l’enquête de la CAF, il s’est avéré que le joueur Boubacar Talatou était déjà titulaire d’une première licence où il est né en 1987 (22 ans) alors que sur les documents dont il s’est prévalu au cours de la CAN U-17 en Algérie, sa date de naissance est 1992 (17 ans).

Au moment de sa disqualification, le Niger avait déjà obtenu sa qualification pour les demi-finales de la compétition, synonyme de ticket pour la phase finale de la Coupe du monde de la catégorie prévue en octobre au Nigeria. Le Malawi a été repêché à sa place. 
25 juillet 2009
Publié le 25 juillet 2009
Source : http://www.apanews.net
Dernière modification le mardi, 28 février 2012 13:15