Imprimer cette page
jeudi, 02 août 2012 00:06

Jeux olympiques de Londres 2012 : Hamadou Djibo Issaka fait preuve d’abnégation et se qualifie pour la finale en sport d'aviron Spécial

Écrit par
Évaluer cet élément
(0 Votes)

Hamadou djiboQualifié pour le second tour à l’issue de sa prestation de samedi dernier, l'athlète nigérien en sport d'aviron Djibo Amadou Issaka s'est encore qualifié pour les demi-finales dimanche dernier. Après ce deuxième succès, il s’est produit hier mardi pour tenter de passer en finale de cette

compétition dans le lac Eton Dorney, à environ 70 kilomètres de Londres. Et de trois ! C’est le troisième succès de l’athlète nigérien à ces jeux olympiques de Londres 2012. Hamadou Djibo Issaka disputera vendredi prochain la finale E. Quel que soit son résultat, il a réussi à séduire les passionnés  de l’aviron, et a faire honneur aux couleurs nationales.


C'est une prestation inattendue du Nigérien, qui surprend le milieu des spécialistes de ce sport nautique qu'est l'aviron. Déjà Djibo Amadou Issaka fait l’objet de la curiosité de la presse anglaise qui ne tarit pas d’éloge pour  lui. Qualifié pour les JO presque dans l’anonymat complet à l’occasion des compétitions africaines, le Nigérien a fait sensation sur les bords de la Tamise.  Désormais cette discipline qu’est l’aviron  doit bénéficier de beaucoup d’égards de la part des pouvoirs publics. Car  la première fois que le Niger est présent aux Jeux Olympiques dans cette discipline, il est déjà classé parmi les meilleurs du monde. Et ce sport est bien praticable au Niger où il ya un fleuve qui traverse le pays sur plus de 550 km, en plus des lacs et des mares semi permanentes. C’est un sport de compétition vieux de  200 ans. L'intérêt pour ce sport s'est accru après que les universités d'Oxford et de Cambridge(en Angleterre) aient commencé à s’affronter sur les flots de la Tamise en 1829 ; une rivalité qui perdure jusqu'à aujourd'hui avec la course annuelle Boat Race. L’aviron moderne est réputé pour les démonstrations de force et d'endurance des athlètes qui repoussent les barrières de la douleur pour tenter de remporter l'or olympique. L’aviron apparaît sur chaque programme olympique depuis ses débuts aux Jeux de Paris en  1900. La compétition féminine d’aviron est apparue au programme olympique aux Jeux de Montréal 1976.  Les épreuves d’aviron constituent des affrontements au coude à coude comprenant des épreuves allant du rameur en couple, où chaque athlète manie une rame, aux huit de pointe avec un équipage de huit personnes et un barreur. Il existe également des épreuves de poids léger pour lesquelles les athlètes de chaque bateau doivent se plier à des limites de poids. Le format de la compétition dépend du nombre de bateaux en lice. Chaque épreuve comprend un tour de repêchage ; une série de courses supplémentaires permettant aux athlètes de se qualifier pour les demi-finales ou les finales et de déterminer leur classement en fonction de la performance.


"Je n'ai pas de technique, j'ai juste de la force (...) Je suis très content d'être le premier représentant de mon pays à participer aux Jeux en aviron. Il y avait tant de gens pour m'encourager. Finir sous de tels applaudissements est un motif de fierté, j'ai donné le meilleur de moi-même pour mon pays," a déclaré notre compatriote à Reuters.
Oumarou Moussa, envoyé spécial

Lu 5696 fois Dernière modification le jeudi, 02 août 2012 01:19
Nigerdiaspora

Dernier de Nigerdiaspora