Sanef 2018

mardi, 12 janvier 2016 04:00

Portrait de lutteur/Sabre national de lutte : Mansour Issa la nouvelle coqueluche de Diffa

Évaluer cet élément
(1 Vote)

Mansour Issa DiffaDepuis trois ans, le nom de Mansour Issa est devenu familier pour les amateurs de la lutte traditionnelle. Entré en scène en 2013, lors de la 34eme édition du Sabre national (tenue à Niamey) au titre de la région de Diffa, Mansour Issa s’est imposé de par ses qualités techniques. Depuis lors, ce jeune lutteur est incontestablement un animateur incomparable des arènes des jeux de lutte traditionnelle.


Calme, mais impitoyable dans l’aire de combat, Mansour  Issa, est âgé de seulement 19 ans. Il est  marié et père d’un enfant. Selon ses dires, il a découvert la lutte traditionnelle depuis sa tendre enfance et a nourri l’ambition d’évoluer dans un cadre sportif structuré. Il a ainsi embrassé ce sport qu’il aime tant et qu’il pratique avec beaucoup de sérieux et d’engagement. Avant de rentrer dans le cercle des célébrités de la lutte traditionnelle, il a enregistré un parcours extraordinaire à travers des rencontres qui s’effectuaient dans les villages de la région de Diffa, de l’intérieur du pays et  du Nigeria voisin.

Cette étape importante  pour tout  lutteur  qui espère prospérer dans les grandes arènes du pays, a permis à la coqueluche du Manga de capitaliser un certain nombre d’expériences  et de techniques qui font de lui un technicien gênant du milieu de la lutte. En outre, il a avoué être entrainé par  Saley Danja à Diffa avant d’intégrer l’équipe régionale. Mansour Issa a une  corpulence sportive acceptable et capable de créer la surprise face à tout adversaire. Contrairement à d’autres lutteurs, il traite tous ses adversaires au même titre que n’importe quel lutteur par crainte d’être surpris et humilié. Ce qui importe pour lui, c’est la victoire. ‘’Je prends tous mes adversaires avec sérieux’’ dit-il.

En trois (3) années d’intégration Mansour a pris part aux rencontres régionales en Côte d’Ivoire, au Sénégal et au Nigeria. Le Niger a d’ailleurs été représenté au tournoi de lutte traditionnelle de la CEDEAO qui s’est déroulée l’année dernière à Dakar, par le jeune Mansour dans la catégorie de 75 kg. Mansour a  remporté la médaille d’or après avoir surclassé ses 13 adversaires de la catégorie. La vedette de Diffa a indiqué avoir participé  à deux (2) reprises à la coupe Balla Harouna et a toujours figuré parmi les quatre premiers. Malgré son jeune âge, Mansour s’est dit prêt à affronter tout adversaire, l’essentiel dit-il, c’est d’être sûr de soi, de sa détermination et de son engagement face  à l’adversaire.

La seule ambition qu’il nourrit est de ramener le sabre à Diffa. Mansour Issa reconnait la qualité des autres animateurs incontestables des arènes notamment yacouba Adamou,  Tassiou  Ibrahim et Adamou Abdou. Ce qu’il apprécie chez ces lutteurs, c’est surtout leur sérieux dans les combats. «Ils savent ce qu’ils font et ce qu’ils cherchent », confie-t-il. En termes d’avantages, Mansour Issa reconnaît que la lutte lui permet d’avoir beaucoup de choses lui permettant d’entretenir sa famille et d’apporter assistance à ses proches et amis. Au regard de ses prestations de la première et de la 2ème journée, on peut dire que Mansour a des potentialités pour faire vibrer l’Arène Salma Dan Rani de Dosso et livrer un spectacle inédit à ses supporters qui attendent d’ailleurs  beaucoup de sa part.

A côté des activités sportives, Mansour Issa excelle dans le transport. Il travaille comme chauffeur sur l’Axe Diffa-Zinder. C’est un métier qu’il exerce avec enthousiasme. Il profite des temps d’inactivité sportive pour faire son travail convenablement afin  dit-il d’assurer le bien-être de sa famille et vivre décemment.

 Laouali Souleymane, Envoyé spécial(onep)

 

12 janvier 2016
Source : www.lesahel.org

Dernière modification le mardi, 12 janvier 2016 04:20