jeudi, 14 janvier 2016 07:09

Portait/Ali Zanguina, entraineur de la ligue régionale de la lutte traditionnelle de Tahoua : La passion et la rigueur au service du sport roi

Évaluer cet élément
(0 Votes)

Ali ZanguinaPlus qu’une passion, le sport en général représente pour ce professionnel de la santé, une activité essentielle de sa vie. Sportif polyvalent, l’entraineur de la ligue régionale de lutte traditionnelle de Tahoua est loin d’être à présenter aux amateurs de la lutte à travers ses réclamations interminables et ces gestes souvent insolites quand ses poulains se trouvent dans l’aire de combats. Ali Zanguina ne peut pas passer inaperçu à l’occasion des compétitions de lutte.

Animateur infatigable, Maître Ali Zanguina est né le 18 septembre 1968 à Maradi. Marié et père de trois (3) enfants, cet agent de santé de profession a un destin lié au sport. En effet, dès sa tendre enfance, Maître Ali Zanguina accorde une importance capitale à la lutte traditionnelle qui s’organisait dans les quartiers, les villages et hameaux de notre pays. Alors, comment abandonner une pratique sportive comme la lutte traditionnelle ? Au fil des années Ali Zanguina s’est penché vers le judo. Par son engagement et son dynamisme, il a réussi à décrocher sa ceinture noire 2e dan en judo avant de devenir entraineur de judo. Outre le judo, Ali Zanguina est depuis 1987 entraineur de boxe. Il est nanti d’un diplôme olympique de

second degré. Cette distinction lui a permis également de devenir entraineur de boxe. Il est aussi est entraineur de hand ball.

Son entrée en scène en qualité d’entraineur de la lutte traditionnelle remonte en 2002 lorsque la ligue régionale de Tahoua a décidé de lui confier la lourde et exaltante mission de prendre la tête de l’encadrement technique de sa région. C’est avec beaucoup de satisfaction qu’il a accepté ce prestigieux poste pour quelqu’un qui connait la place qu’occupe la lutte traditionnelle dans notre pays. Après sa prise de fonction, il s’est mis au travail en conjuguant ses expériences acquises dans l’accomplissement de ses missions. Travailleur et intransigeant dans les entrainements et dans les arènes, son seul leitmotiv, est la victoire. Sa première participation à la lutte traditionnelle a été mémorable pour avoir remporté le Sabre national en 2002 à Tillabéry.

Finaliste six (6) avec l’équipe de Tahoua, Maître Ali Zanguina a, à son palmarès d’entraîneur trois (3) Sabres respectivement remportés en 2002 à Tillabéry, en 2006 à Agadez et à Dosso en 2008, et plusieurs coupes et distinctions honorifiques au nom de la région qu’il représente. Il ne laisse aucune faute passer inaperçue dans l’aire de combats, il réclame et demande simplement le respect du texte. Maîtrisant le code de la lutte, il suit de près tous les affrontements pour que tout se déroule convenablement. Parlant du niveau technique des lutteurs nigériens de façon générale, il déplore la nouvelle manière de combat adoptée par nos lutteurs celle qui consiste à tenir l’adversaire par les doigts au lieu que ça soit par les poignées.

Selon lui cette nouvelle attitude a été importée à travers la fréquentation avec les lutteurs du Nigéria. C’est surtout un style de combat propre aux lutteurs nigérian. ‘’A force de vivre ensemble, nos lutteurs ont adopté ce style qui ne reflète guère l’originalité de notre système’’ déplore-t-il. Entraineur infatigable, Maître Ali Zanguina continue à porter sa pierre à l’édifice pour le rayonnement de la lutte traditionnelle en vue qu’elle porte davantage haut le nom du Niger au plan international. Pour l’émergence de la lutte, il a demandé aux responsables en charge de cette discipline, de respecter le code.

Laouali Souleymane Envoyé spécial(onep)

14 janvier 2016
Source : http://lesahel.org/

Dernière modification le jeudi, 14 janvier 2016 08:11