mardi, 10 mai 2016 05:44

Fin de la 10ème édition du TOLAC : L’or pour le Sénégal, l’argent pour le Niger et le bronze pour le Nigeria

Évaluer cet élément
(0 Votes)

Les lampions de la 10ème édition du tournoi de lutte africaine TOLAC se sont éteints, dimanche dernier à l’arène de lutte Salma Dan Rani de Dosso. L’équipe du Sénégal a fait une véritable moisson de médaille face à 11 pays ayant pris part aux compétitions.

La grande finale par équipe qui a opposé le Sénégal au Niger a drainé un monde fou ; l’arène était archicomble pour la circonstance. Les poulains de l’entraîneur nigérien Adam Soumana avaient espéré prendre leur revanche sur les redoutables mastodontes du coach Ambrouase Sarr. Mais c’était sans compter avec la longue expérience de leurs adversaires.

A la fin des combats, le score était sans appel de 5 à 0 en faveur du Sénégal. Alimi Yaou Mahamadou, Mansour Issa, Tassiou Ibrahim, Kadri Abdou dit Issaka issaka et Adamou Abdou n’ont pu avoir la moindre victoire face aux sénégalais. Le Sénégal se classe donc 1er par équipe et reçoit la médaille d’or, la coupe et une enveloppe de 5.800.000 francs CFA. Deuxième Niger avec la médaille d’argent et une enveloppe de 3.480.000 francs CFA et troisième le Nigéria avec la médaille de bronze et une somme de 1.740.000 francs CFA et la Gambie occupe la 4ème place.

En individuel 66 kg, c’est le Nigéria qui se classe premier suivi du Sénégal et troisième la Guinée Bissau. Pour les 76 kg, le Sénégal prend la tête suivi du Nigéria et le Niger occupe la troisième place. Toujours en individuel 86 kg, le Sénégal se classe 1er, la Gambie vient en 2ème position et 3ème le Mali. Au niveau des 100 kg, la 1ère place est toujours l’affaire du Sénégal, le Nigéria vient en 2ème position et le Niger se classe 3ème ; il en est de même pour la catégorie des 120 kg.

Les prestations de l’équipe du Niger au cours de ce tournoi démontrent la nécessité d’une bonne préparation des lutteurs dans le cadre des grandes rencontres internationales. Des équipes comme le Nigéria, la Gambie ou le Burkina Faso qui, hier encore tremblaient devant l’écurie nigérienne affrontent aujourd’hui sans complexe les champions nationaux ; c’est l’exemple d’Adamou Abdou face à Boltic Sénivie du Nigéria avec deux chutes au cours des rencontres.

Il y a donc lieu de remettre les pendules à l’heure pour cette lutte traditionnelle considérée comme le sport roi au Niger surtout que des arènes splendides à l’image de celle de Dosso qui a permis de délocaliser ce tournoi commencent à voir le jour dans le cadre de la fête du 18 décembre.

Mahamane Amadou ONEP-ANP /Dosso

10 mai 2016
Source : http://lesahel.org/

Dernière modification le mardi, 10 mai 2016 06:08