Forfaitt-ORANGE-4G

Sport

La 2e édition du championnat national du Kung-fu wushu a pris fin le jeudi 14 février dernier à l’Académie des Arts Martiaux (ACAM) de Niamey. Durant quatre jours, les athlètes venus des huit régions du pays ont rivalisé dans la discipline et le fair-play en « Sanda » ou Boxe chinoise, en « Taolu » traditionnel et moderne ou enchainements. La cérémonie s’est déroulée en présence des cadres du Ministère de la Jeunesse et des Sports, ceux du COSNI, et des experts de la Confédération Africaine de Kung-fu wushu et de l’Union des Fédérations Ouest-Africaines de Kung-fu wushu.

Dans le discours qu’il a prononcé à la clôture de la 2e édition du championnat national du Kung-fu wushu M. Abdou Samad Yahaya s’est félicité des conditions dans lesquelles les activités dudit championnat se son déroulées. Il a salué l’engouement que ce championnat a suscité chez les athlètes ainsi que le public qui s’est fortement mobilisé pour savourer les prestations impressionnantes en enchainements et en confrontations entre les athlètes. Le président de la FENIWUSHU a remercié tous les partenaires ayant contribué à la réussite de cet événement. Concernant les compétitions, en « Sanda », ce sont 40 athlètes soit 5 athlètes par région qui se sont produits. Pour ce qui est de « Taolu » traditionnel, ils sont huit athlètes qui se sont exprimés en raison d’un athlète par région, et autant en « Taolu » moderne. Cette confrontation a permis d’apprécier entre autres le niveau technique des athlètes. S’agissant des résultats des compétitions en « Taolu » Traditionnel, le 1er est Abdou Tafarki de Maradi ; il est suivi de Sawadogo Hamza de Tillabéry, et la 3e place est occupée par Abdoul Aziz Hamani de Dosso, et Abdoulaye Ego Emmanuel de Niamey. En Taolu moderne, le 1er est Soufianou Abass de Maradi, suivi de Mamane Moussa Abdoul Karim d’Agadez, tandis que  Zoubeirou Mamoudou de Tillabéry est classé 3e.

Imprimer E-mail

Sport