Lutte traditionnelle : Faut-il suspendre Le Sabre National jusqu’à nouvel ordre ?

Depuis la consécration de Tassiou Sani en tant que champion national de lutte traditionnel 2017, des passions se sont déchainés sur les réseaux sociaux, sans retenue, exacerbant une tension entre des communautés qui ont pour cultivé l’amour entre elles, malgré les tentatives irresponsables de division de la part de certains leaders politiques en perte de vitesse. Aujourd’hui, du fait d’un règlement de la lutte aux antipodes des idéaux qui ont fait les heures de gloire de la lutte traditionnelle, la lutte traditionnelle est en train de perdre de son éclat, au profit d’une pratique qui ne fait que exacerber le sentiment régional. Et cela au détriment du sentiment national. Aujourd’hui, certains mauvais esprits sont en train de vouloir utiliser le championnat de lutte, dans le but insidieux de créer la division entre les esprits. Le sentiment régional a tellement pris le pas sur le sentiment  national, que certaines autorités ont cru bon d’offrir des primes de victoires aux lutteurs de leur région d’origine. Quelle maladresse ! Surtout que lesdites autorités occupent des fonctions nationales qui ne sauraient se compromettre dans des postures régionalistes. Aujourd’hui, au lieu d’être un facteur d’union nationale, la lutte traditionnelle est en train de devenir un facteur de désunion national. Il y a donc péril en la demeure, au point ou le prochain championnat de lutte traditionnel prévu pour se tenir à Tillabery, risque d’être encore plus explosif que le calamiteux sabre national qui s’est déroulé à Zinder. Certains nigériens pensent que plus que jamais, au delà de la remise en cause des règlements actuels de la lutte, la nécessité d’une suspension de ce championnat jusqu’à nouvel ordre s’impose, afin de permettre aux nigériens d’exorciser les démons de la division qui sont en train de gagner certains corps et certains esprits. Ce moratoire du sabre national, permettra au comité de gestion de la lutte de colmater les brèches afin de revenir à ses beaux idéaux qui ont fondé la lutte, et qui ont permis aux différents championnats de s’achever sans contestations, avec la victoire du vainqueur, et les félicitations du vaincu qui promet de prendre sa revanche lors du championnat suivant. Il faut arrêter la dérive pendant qu’il est encore temps. 

Garé Amadou

08 janvier 2018 
Source : La Nation 

Imprimer E-mail

Sport