Forfaitt-ORANGE-4G

Sauvons ensemble le sport roi au Niger ! : La 40ème édition du Sabre National démarreront à Tillabéry du 25 décembre au 03 janvier 2019

Sport Sauvons ensemble le sport roi au Niger ! : 40ème édition du Sabre National démarreront à Tillabéry du 25 décembre 03 janvier 2019Le 25 décembre prochain les compétitions sportives rentrant dans le cadre de la 40ème édition du Sabre National démarreront à Tillabéry pour prendre fin le 03 janvier 2019.

Depuis lors, les ligues régionales ont déjà fait leurs sélections et n'attendent que le jour ''J'' pour pouvoir démarrer les compétitions d'envergure nationale. Ce ne sont pas les compétitions sportives proprement dites qui causent problème, mais l'organisation de ce championnat, sa gestion et le subjectivisme de certaines autorités en charge de ce sport roi. Il faut que les uns et autres se mobilisent pour revivifier ce sport tant aimé par les Nigériens.

Depuis des années, les compétitions sportives relatives à la lutte traditionnelle ne répondent pas aux attentes des amateurs de ce sport. Tant au niveau de son organisation, de sa gestion, d'application des dispositions du code de la lutte et du règlement intérieur.

Silence, la lutte traditionnelle en agonie !

SOS, sauvons le sport en général et particulièrement la lutte traditionnelle au Niger. C'est le cri de cœur de l'ensemble des Nigériens amateurs de la lutte traditionnelle. Les nigériens gardaient toujours en mémoire les conditions de préparation et gestion des 38e et 39e championnats de Sabre National qui organisés à Tahoua et à Zinder. En plus, les amateurs de ce sport roi gardent le souvenir amer des deux dernières éditions du Tournoi de Lutte Africaine de la Communauté (TOLAC) organisés respectivement à Dakar au Sénégal en 2017 et à Niamey en 2018. C'est après le tournoi du Sénégal où nos lutteurs étaient rentrés avec à leur actif quelque maigres médailles, le Président de la Fédération Nigérienne des Luttes (Féniluttes), M Abouba Ganda avait critiqué la gestion du sport roi en indexant le ministère de tutelle. C'est cette intervention qui lui a valu la fronde de ses camarades membres de la fédération et qui ont fini par l'exclure définitivement de la fédération et le ministère des sports a pris acte de cette décision.

Et voilà l'histoire vient de lui donner raison. Il vous souviendra que c'est lors de l'Assemblée extraordinaire de Zinder devant élire un nouveau président de la Fédération qu'une guéguerre entre Abouba Ganda et les autres membres de la fédération avait compromis cette rencontre. Au lieu de se conformer à sa lettre n°513/MJS/SG/ DGS/DSHN du 1er Juin 2017 qui a pris acte de la décision du Bureau exécutif des conclusions issues de la réunion du 31 mai 2017 suspendant le Président de la Féniluttes, le Ministre a passé à la vitesse supérieure pour suspendre toute la Fédération pour une période de trois ans et la remplacer par un comité taillé sur mesure. Comme nous l'avons cihaut mentionné, c'est du 25 décembre 2018 au 3 janvier 2019 aura lieu, s'il plaît à Dieu, le 40e championnat de Sabre National à Tillabéry. En effet, cette année 2018 est une année des échecs en matière sportif. L'équipe nationale de football, pour la première fois de son histoire a été humiliée. Le Mena avait encaissé des buts tant sur son propre terrain qu'à l'étranger. Tout comme le football, dans le domaine de la lutte traditionnelle, des défaites de l'équipe nationale au TOLAC face aux lutteurs Sénégalais, Gambiens et Nigérians surtout lors du tout dernier tournois tenu à Niamey, ont découragé à plus d'un titre les supporteurs du sport roi.

Les arènes n'ont pas vibré pendant deux années

Après la 39ème édition de sabre national, organisée à Zinder en 2017, le Tournoi de Lutte de la Communauté (TOLAC) organisé cette année à Niamey et la coupe du Président de la République, les arènes du pays étaient restées fermées contrairement aux années précédentes où des compétitions sont organisées dans les différentes arènes pour rendre vivace le sport roi qu'est la lutte traditionnelle.

Il reste encore deux autres années pour ce silence des arènes car le fameux comité installé par le Ministre en charge des sports n'a d'autres attributions que l'organisation du championnat. C'est dans ce cafouillage total que le comité va continuer à organiser la compétition nationale de lutte alors qu'il n'a aucune autorité sur les ligues régionales. Quand on sait que ces dernières sont installées par la Fédération et que celle-ci n'existe pas, alors comment peut-on justifier ce comportement hors la loi de nos autorités en charge de la lutte traditionnelle. Il est connu de tous que la fédération de lutte est chargée d'organiser la lutte traditionnelle et de faire la promotion du sport tant à l'intérieur du pays qu'à l'échelle planétaire.

Faute d'une bonne organisation, les nigériens ont assisté à des scènes inédites où une haute personnalité joue le rôle d'arbitres, de la table technique, des jurys, des journalistes, de la fédération, du comité d'organisation, etc. S'il persiste, cette année, il jouera sans doute le rôle de ''Tchali-tchali'' et des griots grands animateurs de terrain.

… il y a des assez de vulnérables

Dès le lancement des activités sportives rentrant dans le cadre du championnat du sabre national jusqu'à sa fin, des lutteurs et d'autres personnes ressources ayant contribué à la réussite de cette rencontre nationale reçoivent des cadeaux en espèce et en nature auprès de bonnes volontés, en plus viennent les récompenses et d'autres rétributions des autorités suprêmes de l'Etat.

Si beaucoup de bénéficiaires perçoivent leurs récompenses ou leurs gratifications, beaucoup d'autres n'ont entendu que le communiqué et ne savent pas la destination qu'avait pris leurs biens. Ils ont usé de tous les moyens mais sans succès. Alors qui détourne ces cadeaux symboliques faits par des personnalités importantes à ceux qui ont contribué à un moment ou à un autre au rayonnement de sport roi du pays ? A titre d'exemple, Galio Dan Kamacho clame haut et fort que ce qui a été annoncé pour lui, il n'a perçu qu'un dixième de la somme. Alors où sont passé le reste. Ceux qui sont au parfum du budget avancent qu'il un fonds destiné aux hautes personnalités pour gratifier les lutteurs quand ces derniers passent devant la tribune officielle pour saluer ces autorités. Donc le vainqueur et le vaincu reçoivent des cadeaux que les spectateurs leur donnent et tout cela se voit à travers la vidéo. Certaines personnalités n'ont jamais mis la main à poche ce que certains amateurs de la lutte traditionnelle qualifie de honte.

Ceux qui détournent les récompenses en espèces ou en nature faites à certains citoyens par des bonnes volontés sont-ils si vulnérables ? Comment ceux qui sont mis aux devant de la scène avec tous les honneurs de la nation agissent de la sorte ? Il convient de les identifier et de les châtier dans l'intérêt supérieur de la nation et ce conformément aux textes en vigueurs. Espérant que cette 40ème édition de sabre national se déroule dans la règle de l'art dans l'intérêt supérieure de la Nation, comme de part le passé.

TONARO

22 décembre 2018
Source : LA LETTRE DES CITOYENS

Imprimer E-mail

Sport