Sports : Droit de réponse du Directeur Général des Sports relatif au retrait de la délégation des pouvoirs aux Fédérations Nigériennes d’Athlètisme et des Sports Nautiques

Dans un article de votre parution du jeudi 26 mars 2020, suite au retrait de la délégation de pouvoirs des Fédérations Nigérienne d'Athlétisme et des Sports Nautiques, des contre-vérités ont été développées pour lesquelles nous apportons l'éclairage suivant:

L'auteur de l'article en question affirme que le retrait de délégation de pouvoirs à ces deux Fédérations par le Ministère de tutelle est perçu comme une flagrante ingérence dans les affaires du Sport.

Il est important de savoir que l'octroi de la délégation de pouvoirs, titre d'accès à la mission de service public est du ressort exclusif du Gouvernement à travers le Ministre en charge des Sports. En effet, seul le Ministre des Sports est habilité à l'octroyer et à la retirer aux Fédérations Sportives Nationales légalement constituées en vertu des dispositions règlementaires en vigueur dans notre pays.

Le retrait de la délégation de pouvoirs à la Fédération Nigérienne des Sports Nautiques est lié à la création par arrêté n°l199/M ISPD/ACR/DGAPJ /DLP du 11 décembre 2019 de la Fédération Nigérienne de Natation et qui a reçu délégation de pouvoirs de mon département ministériel afin de lui permettre d'accéder à cette mission de service public. La création de cette Fédération répond à une organisation ces dernières décennies des Sports Nautiques au niveau international en Fédérations assurant la promotion des disciplines de façon spécifique.

Cette subdivision des Sports Nautiques en Fédérations Nationales spécifiques garantit la vulgarisation de ces disciplines au niveau national et une meilleure promotion au plan international en étroite relation avec leurs instances internationales respectives.

Notre pays ne saurait donc rester en marge de cette évolution. Dans cette même lancée, l'Aviron, le Sauvetage Aquatique et le Triathlon se sont émancipés de la tutelle de la Fédération Nigérienne des Sports Nautiques.

En ce qui concerne la Fédération Nigérienne d'Athlétisme, le retrait de la délégation de pouvoirs intervient dans un contexte de forte suspicion dont fait l'objet le comité exécutif auquel l'ensemble des Huit (8) ligues régionales d'athlétisme reproche une mauvaise gestion des ressources financières allouées à la Fédération. Des allégations, du reste confirmées par le rapport des commissaires aux comptes de l'association. Ce retrait   répond à l'article 12, titre VI de l'arrêté N° 53/MJS/ C/SG/DGS /DSHN du 25 avril 2012 portant délégation de pouvoirs aux Fédérations ou Groupements Sportifs qui autorise le retrait pour :"manquement grave constaté par l'autorité de tutelle".

En tout état de cause, le Ministre de la Jeunesse et des Sports est dans l'exercice de ses prérogatives qui ne sauraient être contestées par aucune autre instance sportive, fût-elle internationale.

En ce qui concerne l'affiliation des Fédérations au COSNI, c'est certes un domaine réservé du Comité National Olympique, mais il nous semble qu'une certaine iniquité est établie quant aux conditions exigées pour y accéder.

En effet, Sept (7) Fédérations Sportives Nationales disposant de leur autorisation d'exercice du Ministère de l'Intérieur et de la délégation de pouvoirs du Ministère de la Jeunesse et des Sports sollicitent leur affiliation au COSNI, pour certaines depuis plusieurs années, se voient refuser l'accès à cette institution faîtière des Fédérations Sportives Nationales. Ces structures ont bien évidemment saisi le Ministère de la Jeunesse et des Sports, autorité de tutelle de l'ensemble du mouvement Sportif Nigérien en vue d'intercéder auprès du Comité Exécutif du COSNI pour une matérialisation de leur affiliation à l'instar de toutes les autres Fédérations légalement constituées.

En saisissant le président du COSNI de cette requête, Monsieur le Ministre a également attiré son attention sur le risque éventuel de partition du mouvement sportif que pourrait entrainer une marginalisation de certaines Fédérations. Cette démarche responsable du Ministre des Sports, garant de l'unité et de la stabilité du mouvement sportif nigérien, ne saurait être comprise comme une ingérence dans le champ des attributions du COSNI.

NDLR :

Il n’empêche que la menace est bien réelle et elle continue encore de planer sur le monde de l’athlétisme et celui des sports nautiques de notre pays à en juger par la teneur des courriers émanant, d’une part du président de la Confédération africaine d’athlétisme (CAA) et, d’autre part du président de la Confédération africaine de natation (CANA). Aussi, aujourd’hui encore, nous sommes en droit de craindre que cette situation ne soit préjudiciable aux athlètes de ces deux fédérations concernées qui, pourraient ne pas participer aux compétitions mondiales et autres événements africains.

ONEP

31 mars 2020
Source : http://www.lesahel.org/

Imprimer E-mail

Sport