Forfait Albarka

Annonce

Lack of access rights - File 'http:/nigerdiaspora.net/images/Lutte-Traditionelle-Danse-Zinder.jpg'

Sport

Sport/Lutte traditionnelle  Mise en place du comité d’organisation du championnat nationalImage d'illustrationQuelques jours après la déclaration rendue publique au siège du SNAD par les responsables de plusieurs ligues et districts de la lutte traditionnelle dans laquelle est annoncée la réhabilitation du président ABOUBACAR SEYDOU GANDA suspendu, la réplique du camp adverse, en l’occurrence celui d’ALI DAN MALLAN, vice-président et président par intérim n’a pas tardé.

En effet, dans une contre déclaration portée à la connaissance de la presse par le Secrétaire Général adjoint MAGAGI ELHADJI OUSMANE, le samedi 04 novembre 2017, les autres membres du Comité Exécutif de la Fédération Nigérienne de Lutte ont rejeté du revers de la main, la décision de réhabilitation du sieur GANDA. Pour les proches du vice-président assurant l’intérim du président suspendu, les personnes présentes à cette déclaration de soutien à ABOUBACAR GANDA n’ont pas qualité à se prononcer au nom des ligues et des districts pour les comptes desquels, elles disent avoir agi. Par conséquent, la réponse du berger à la bergère conclut sur une décision de réhabilitation d’ABOUBACAR GANDA est nulle et de nul effet. S’agissant de l’échec de l’Assemblée Générale de Zinder, le camp d’ALI DAN MALLAM l’explique par une mauvaise interprétation des textes révisés de la Fédération, notamment l’article 20. Pour lui, c’est dans souci d’apaisement que le ministère de tutelle a décidé d’opter pour une suspension des travaux et le report de l’AG à une date ultérieure en gardant les mêmes points inscrits à l’ordre à savoir l’adoption du règlement intérieur de la Fédération et l’examen de la suspension du président. Pour les signataires de la déclaration du samedi 4 novembre dernier, le premier vice-président ALI DANMALAN demeure président par intérim jusqu’ à la prochaine Assemblée Générale. Aussi, demandent-ils aux districts et aux ligues de continuer dans le bon sens les préparatifs pour la 39ème édition du sabre national. Comme on peut le constater, avec ces déclarations divergentes, la crise au sein de la FENILUTTE est loin de connaitre sa fin prenant ainsi la discipline la plus populaire au Niger en otage. A quelques jours de la tenue du championnat national de lutte traditionnelle, il est grand temps que les autorités, de surcroît le Ministère de la Jeunesse et des Sports, prennent le taureau par les cornes et mettre fin à cette situation qui n’a que trop duré.
Souleymane Salha

08 octobre 2017
Source : La Nation

 

Imprimer E-mail

Sport