Au quartier des forgerons au marché de Katako : De la fabrication à la commercialisation des marmites locales

Dans un coin du marché de Katako dans la capitale Niamey, se trouvent différents fabricants de marmites locales et d’autres ustensiles de cuisine. Jeunes et vieillards travaillent l’aluminium qui est utilisé pour la fabrication de ces marmites. Ce métal provient généralement des pièces d’automobiles usées ou des cannettes de boisson souvent ramassées par les enfants.

Agé de 49 ans, Mamane Oumarou est un fabricant de marmites en aluminium au marché de katako. ‘’Ce métier, je l’ai hérité de mon papa depuis mon jeune âge. Je travaille actuellement pour mon propre compte et j’ai plus d’une dizaine d’ouvriers’’ a-t-il affirmé. Pour lui, la fabrication d’une marmite ne dure pas, mais nécessite un grand effort. 

Dans l’atelier, Mamane Oumarou dispose de plusieurs tailles de marmites préalablement coupées qu’ils utilisent comme moule.

« Tout d’abord nous préparons bien l’espace réservé pour disposer les planches, qui seront utilisées comme support pour les moules. Ensuite, nous les remplissons de sable puis à l’aide d’un morceau de planche, nous tapotons le sable pour qu’il soit uniforme au moule. Ensuite, nous laissons un tout petit trou pour pouvoir y couler l’aluminium fondu, qui va prendre la forme de la marmite. Ce processus prendra dix (10) à quinze (15) minutes pour enfin démouler »a-t-il expliqué. Après les avoir démoulés, Mamane Oumarou, confie qu’un groupe de jeunes passe enfin au lissage des marmites. « Ici, nous sommes nombreux et nous travaillons par groupe. J’ai au moins 20 jeunes qui travaillent avec moi. Par jour, nous pouvons fabriquer plus de quarante (40) marmites » a-t-il affirmé. Les marmites sont vendues en fonction de leurs tailles auxquelles des numéros sont attribués. Les prix varient de 1750 FCFA pour les plus petites à 35.000 FCFA pour les grandes marmites.

Rafia Yahaya, une cliente venue acheter une marmite moyenne, affirme qu’elle ne peut utiliser que ces marmites locales du fait qu’elle a pris l’habitude depuis qu’elle était jeune fille. « Je suis venue payer la marmite numéro 4. Et le vendeur me confie que les prix ont augmenté car le kilogramme d’aluminium a considérablement augmenté. Ainsi, j’ai payé la marmite à 5500 FCFA et je trouve  le prix abordable » a-t-elle indiqué.

Par  Rachida Abdou Ibrahim (Stagiaire)

Like what you see?

Hit the buttons below to follow us, you won't regret it...