Oumarou Noma, Issoufou Issaka et Seyni Yacouba : Des mousquetaires ou des pieds nickelés

Avant que la télévision ne de vienne vraiment un instrument de communication de masse, la lecture était un important moyen de distraction. Elle était aussi, avant l’arrivée d’Internet, l’un des moyens d’acquisition de connaissances. Il y en avait pour tous les âges : de la littérature de tous les continents et dans tous les domaines pour les plus grands ; de la littérature rose des collections Arlequin pour adolescentes et adolescents ; et des bandes dessinées pour les plus jeunes. C’est dans cette catégorie qu’on retrouve deux oeuvres qui décrivent des situations ressemblant à celles de Oumarou Noma, Issoufou Issaka et Seyni Yacouba dit Mereda : les Mousquetaires et les pieds nickelés. La première oeuvre est de Alexandre Dumas. Elle est intitulée les Trois Mousquetaires et a été publiée au milieu du 19ème siècle. Athos, Porthos et Aramis sont, avec D’Artagnan, des fidèles du roi Louis XIII dont le règne fut dominé par les intrigues du Cardinal de Richelieu. Les mousquetaires s’opposeront à ce dernier et remporteront des victoires.

Tout comme Athos, Porthos et Aramis ont juré fidélité à Louis XIII, Noma, Issaka et Yacouba ont juré fidélité à Hama Amadou. Mais ces derniers n’étant pas des gentils hommes, ils ont vite montré leur vrai visage. C’est Noma qui dégainera le premier sa lame pour entailler Hama Amadou. Le premier référé qui a permis à la justice de prononcer la déchéance de ce dernier. Depuis, les tentatives de déstabilisation du parti Lumana n’ont pas cessé. Depuis sa victoire après la décision de la Cour d’Appel, il montrera deux visages. Un semblant de réconciliation et un travail de sape. Après avoir décidé unilatéralement la suspension de plus d’une centaine de membres du bureau politique, il portera son coup fourré en se désolidarisant de l’appartenance du parti à la Coalition pour l’Alternance politique (CAP 20- 21). Inexplicable pour le premier parti de l’opposition. C’est à partir de ce moment que les membres du bureau politique se rendront compte définitivement qu’une réconciliation devenait difficile, voire impossible. Et même la tenue du congrès, pourtant convoqué pour le 19 septembre 2020, risque d’échouer d’autant que des préalables pourtant statutaires, ne semblent pas être le souci du président par intérim et ses amis. Une conférence nationale fait des préalables. C’est pourquoi une partie du bureau politique — les deux tiers — assignera Noma devant les tribunaux. La sentence, connue le vendredi 11 septembre 2020, intimera à Noma la convocation de la Conférence. Cette décision, Noma et ses amis ne l’ont pas vue venir. Quelques heures avant ladite décision, les trois étaient à la mosquée du vendredi du quartier terminus où ils ont échangé avec notre confrère du Courrier, Ali Soumana, très critique, trouvent-ils, à leur égard. Depuis, Noma, Issaka et Yacouba sont devenus les Pieds Nickelés de la politique nigérienne. C’est aussi une bande dessinée de Louis Forton qui met en scène « trois petits filous, à la fois escrocs, hâbleurs et indolents. » Il s’agit de Croquignol, de Filochard et de Ribouldingue. Aucune intention d’assimiler les trois pieds nickelés nigériens à de petits filous, escrocs ou hâbleurs indolents. Le premier épisode est paru en 1908. On les qualifie de « ceux qui ne sont pas portés sur le travail » et évoluent dans des « aventures où ils ont rarement le dessus. » Enfin, contrairement aux gentils hommes qui ont pour devise « un pour tous, tous pour un », les chemins des trois pieds nickelés nigériens risquent de se séparer. Déjà, l’on parle du départ de Issoufou Issaka pour le PNDS.

Modibo

Like what you see?

Hit the buttons below to follow us, you won't regret it...