Levée de l’immunité parlementaire : Qui bloque les demandes ?

"assemblee nationale nigerLe mois dernier, dans un communiqué des conclusions de conseil des ministres, le Secrétaire Général du gouvernement portait à la connaissance de la nation, son intention de transmettre au bureau de l’Assemblée nationale la demande de levée d’immunité parlementaire d’un député et celle relative à la mise en accusation de deux anciens ministres. Depuis lors, rien. Du moins, les choses trainent.
Si les noms des personnalités concernées n’ont pas tardé à être connues, les demandes, elles, semblent être en longueur à l’Assemblée Nationale. Si bien qu’au sein de l’opinion, l’on commence à s’interroger sur ces requêtes du gouvernement, notamment si celles-ci pourront être examinées lors de cette session en cours qui s’achemine vers sa fin.
Débutée en mars dernier, la fin de cette session dite session des lois qui, conformément aux dispositions de la constitution, ne doit pas excéder 3 mois,  est normalement prévue pour fin mars-début juin. Il ne reste donc pas plus de deux semaines pour le bouclage de la présente session.  Alors même que les informations et les analyses sur les requêtes du gouvernement ne présagent rien de bon, en tout cas, rien allant dans le sens de satisfaire les demandes de l’exécutif.  Il se susurre qu’en dehors des députés membres de l’opposition parlementaire, la majorité parlementaire compte en son sein un groupe hostile, favorable aux requêtes du gouvernement, principalement, celle relative à la mise en accusation des deux anciens ministres, en l’occurrence, Laouali Chaibou qui bénéficierait d’un fort courant de sympathie.


 A propos, un de nos confrères devait disserter dans une de ses récentes parutions sur une réunion convoquée à la primature sur ce sujet mais qui, malheureusement, aurait terminé en queue de poisson.
 Faut-il pour autant en déduire que les députés de la majorité parlementaire bloquent les requêtes du gouvernement ? Auquel cas, ils donnent dorénavant raison à l’opposition politique et au-delà à une certaine opinion nationale qui a toujours douté de la bonne volonté de toutes les institutions à accompagner l’opération Maiboulala (opérations mains propres).
L’un dans l’autre, le Président de la République, Issoufou Mahamadou, lui, a montré sa détermination à moraliser la vie publique au Niger. En dehors des requêtes ci-dessus mentionnées sorties d’une session de conseils de ministres qu’il a, lui-même, présidée, il s’est illustré à nouveau, en n’intercédant pas dans l’affaire Wallgates pour laquelle des membres importants de son cabinet ont été interpellés par la police. Comme on le voit, le Président de la République est déterminé à assainir les mœurs publiques. La balle est, dans le cas ici concerné, dans le camp de l’Assemblée Nationale sur laquelle tous les regards convergent en ce moment.
OM

25 mai 2017
Source : La Nation

Like what you see?

Hit the buttons below to follow us, you won't regret it...