L’ancien gouverneur Hamidou Garba : En découvrant le vrai visage d’Issoufou n’a eu de choix que pleurer comme un bébé

L’image a fait le tour du monde. Le désormais ancien gouverneur de la région de Niamey pleurant à chaudes larmes. C’était extraordinaire, inextricable. Comment un responsable à un si haut niveau peut-il se permettre une telle scène comme dans une pièce théâtrale ? Se demande-t-on un peu partout. Les esprits critiques eux s’interrogent sur le pourquoi de ces pleurs. Hamidou Garba s’est-il attaché à son poste au point de ne plus supporter de s’en départir ? Difficile à imaginer parce que l’homme politique qu’il est sait très bien que les postes politiques sont éphémères et qu’on ne peut jamais s’y éterniser. Ou alors, l’ancien Gouverneur voyait-il un danger que ni ses spectateurs encore moins ses téléspectateurs ne pouvaient voir ? Tout porte à le croire. D’aucuns pensent que l’ancien gouverneur pleurerait pour le sort qui l’attend relativement à la tuerie de l’étudiant Malla Bagalé le 10 avril dernier. N’est-ce pas se rappelle-t-on, un ministre avait publiquement déclaré être informé en temps réel sur les évènements du 10 avril par le PC-Mixte dirigé par le gouverneur de l’époque Hamidou Garba ? D’autres soutiennent qu’il se sentirait « trahi » par le Président Issoufou qui lui aurait donné toutes les garanties dans son œuvre de destruction de l’économie avec la tristement célèbre opération de déguerpissement. Si ça se trouve, l’on dira que le militant du MPR-Jamhuria n’est pas le premier et ne sera pas, non plus, le dernier.

Hama Amadou qui a été l’artisan de la victoire électorale d’Issoufou Mahamadou en 2011 est contraint à l’exil après plusieurs mois de prison et une humiliation internationale. Tout ça parce qu’il avait fait confiance au président du PNDS-Tarayya qu’il a aidé à conquérir le pouvoir.

Amadou Boubacar Cissé est aussi là. Il a travaillé dur dans le gouvernement et a mobilisé des milliers de milliards au profit du régime du président Issoufou. Aujourd’hui, il n’ose pas fouler le sol de son pays et se trouve dépouillé de son parti politique l’UDR-Tabatt.

Comment ne pas citer le cas d’Abdou Labo qui a accepté de déchiqueter son parti au profit du président Issoufou mais que le régime de ce dernier a impliqué dans une sale affaire de trafic de bébé avec à la clef un séjour en prison.

Les militants de base du parti au pouvoir PNDS-Tarayya qui ont mouillé les boubous et les pagnes pendant les décennies d’opposition se sentent également trahis par leur propre parti politique qu’ils ont réussi à propulser au sommet de l’Etat. D’ailleurs, le parti lui-même n’est pas à l’abri. Il est aujourd’hui menacé d’explosion à cause d’un clanisme que le président de la République, même s’il n’en est pas à la base, pouvait quand même conjurer.

De toutes les façons, si l’ancien Gouverneur pleure parce qu’il se sent trahi, il ne sera pas le dernier. C’est la marque de fabrique de la Renaissance du Président Issoufou Mahamadou.

25 mai 2017
Source : Le Monde d'Aujourd'hui

Like what you see?

Hit the buttons below to follow us, you won't regret it...