Congrès d’investiture de l’Union Démocratique des Socialistes de la Renaissance (UDSR- Martaba) : M. Cheick Boureima Abdou Daouda investi candidat du parti à la présidentielle de 2020-2021

L’Union Démocratique des Socialistes de la Renaissance (UDSR) a tenu, le samedi 31 octobre dernier, son congrès d’investiture dans les locaux du CCOG à Niamey. Etaient présents les leaders des partis politiques alliés notamment, M. Maliki Amadou du parti Al Houd-Houd et M. Khalilou Seydou Moussa du parti Karama-CPC ainsi que les membres du bureau, les militants et sympathisants du parti UDSR.

A l’issue de ses assises, le parti a investi à l’unanimité Cheick Boureima Daouda, en tant que candidat à la présidentielle de 2020-2021. Cheick Boureima a rendu tout d’abord hommage à Abdou Badjé Ibrahima en ces termes : «Permettez- moi mesdames et messieurs de rendre un vibrant hommage à cet homme qui a su garder avec honneur et sagesse notre parti dont je suis le père fondateur depuis le 27 Septembre 1999 ; il l’a conservé jusqu’aujourd’hui malgré toutes les adversités auxquelles il fit face». Pour Cheick Boureima le 31 octobre est un jour historique qui sera gravé dans les annales de la politique nigérienne car c’est la première fois qu’un Imâm entre dans l’arène politique et se présente pour les présidentielles. Il a souligné que cette décision est née de la volonté de son parti d’apporter une contribution dans la résolution des problèmes auxquels fait face le Niger depuis l’indépendance jusqu’aujourd’hui. «Nous comptons rompre totalement avec la pratique de la politique classique qui consiste à bombarder le peuple avec de longs et beaux discours ainsi que de belles promesses qui se font à chaque occasion alors que la réalité du terrain témoigne du contraire de ces discours et de ces promesses», a-t-il déclaré. Aussi, Cheick Boureima Daouda a rendu également hommage aux Forces de Défense et de Sécurité et à tous ceux qui assurent la sécurité des personnes et des biens nuit et jour.

Quant à M. Abdou Badjé, un des leaders du parti, il a relevé que le 31 octobre marque assurément un tournant décisif dans la vie du parti UDSR Martaba. «Le congrès d’investiture de notre candidat résulte de la volonté de multiples associations qui ont décidé de joindre leur intelligence à celle du parti pour d’une part porter haut le flambeau du parti Martaba et pour d’autre part porter à la présidence de la République du Niger notre candidat le 27 décembre 2020», a-t-il dit, avant de conclure que leur action commune vise à apporter un souffle nouveau au pays.

Quant à M. Maliki Amadou du parti Al Houd-Houd, il a témoigné son soutien à Cheick Boureima Daouda pour l’initiative louable qu’il a eu à prendre. Il a rappelé le taux d’abstention élevé lors des élections passées au Niger. Ce qui, estime-t-il, est dû au fait que la majorité de citoyens ne retrouve pas un représentant digne de ce nom. «Cette majorité silencieuse et notre parti accompagneront certainement le Cheick dans son combat politique», a-t-il dit avant d’ajouter que Cheick Boureima est venu dans l’arène au moment opportun. Pour M. Khalilou Seydou Moussa, un autre intervenant «l’arrivée du Cheick Boureima pourrait sous-entendre la venue du sérieux dans le cadre politique nigérien», a-t-il affirmé avant d’appeler le candidat investi de l’UDSR à la patience car, il se trouve sur un terrain hostile.

 Ibrahim Maïga

03 novembre 2020

Source : http://www.lesahel.org/   

Like what you see?

Hit the buttons below to follow us, you won't regret it...