Rencontre d’échanges entre le ministre du Commerce et les Operateurs Economiques sur la flambée des prix : La hausse vertigineuse des prix des produits à forte consommation, une préoccupation

C’est au regard de la flambée des prix des produits de première nécessité sur les différents marchés de la capitale et même de l’intérieur du pays en l’espace de dix (10) jours dans le mois béni de Ramadan, que le ministre en charge du Commerce et de la Promotion du Secteur Privée M. Sadou Seydou a rencontré lundi dernier, à son cabinet, les operateurs économiques de Niamey. Au cours de cette rencontre le ministre du Commerce a demandé des explications aux operateurs économiques, alors que ces derniers avaient pris l’engagement à la veille du mois béni de Ramadan devant Dieu et les hommes de ne pas augmenter les prix des produits à forte consommation, à défaut de les revoir à la baisse.

En s’adressant aux operateurs économiques devant le président de la Chambre de Commerce et d’Industrie du Niger, le ministre du Commerce et de la Promotion du Secteur Privé a précisé que l’objectif de la réunion est de constater ensemble le suivi de l’approvisionnement des marchés en céréales et les prix des produits. "Nous avions sillonné plusieurs marchés et établissements Import-export à quelques jours du début du mois béni de Ramadan pour échanger et exprimer nos souhaits aux operateurs économiques de la place. A la veille du mois béni de Ramadan encore, les opérateurs économiques ont pris des engagements pour assurer un stock permanent pendant ce mois béni de Ramadan qui puisse nous garantir des prix stables. Si nous avons des prix stables au niveau des grossistes, l’augmentation doit se justifier par des charges supplémentaires et non par l’affluence des clients qui attendent chez le détaillant. Malheureusement, après vérification des informations qui nous sont parvenues, il ressort que le carton de sucre qui se vendait à 22.500F a connu une hausse vertigineuse, allant jusqu’à 30.000F dans certaines contrées du pays. Comment peut-on justifier cette augmentation vu les engagements qui ont été pris publiquement ? », s’est offusqué M. Sadou Seydou

D’après le ministre ces stocks existaient bien avant le mois de Ramadan. « Nous sommes stupéfaits de constater que la spéculation a joué son rôle. C’est dommage qu’on dise que toutes les quantités de sucre existant ont été écoulées dans la première décade du mois béni de Ramadan. La sortie de ces grosses quantités a été faite de manière régulière pour être stockées dans des familles », a déploré le ministre du Commerce.

Peu après l’adresse du ministre du Commerce, la parole a été donnée aux operateurs économiques pour apporter des explications par rapport à la hausse du prix du carton de sucre. La quasi-totalité des operateurs ont justifié cette augmentation par le fait que les grossistes ont épuisé leurs stocks et les nouvelles commandes sont en cours d’acheminement. Du coup, les détaillants ont profité pour faire grimper le prix du carton de sucre.

Par rapport à la pénurie du gaz, c’est un problème de production lié à la SORAZ. A ce niveau, le ministre du Commerce et de la Promotion du Secteur Privé M. Sadou Seydou a promis d’approcher son homologue en charge du Pétrole pour trouver des solutions à la rupture récurrente du gaz pendant le mois béni de Ramadan.

Hassane Daouda(onep)

07 juin 2017
Source : http://lesahel.org/

Like what you see?

Hit the buttons below to follow us, you won't regret it...